23 octobre 2019
Festivals

CineComedies 2019 : Rencontre avec Bertrand Blier

LE 2èME FESTIVAL CINECOMEDIES A LILLE

Du 02 au 06 Octobre 2019

Le site du festival


festival-cine-comedies-lille-2019-1

Le festival CineComedies a programmé une soirée en l'honneur du cinéaste Bertrand Blier, en projetant ses films "Buffet froid" et "Calmos". Les spectateurs ont également pu lui poser des questions lors d'une masterclass. Dans le cadre du festival, nous avons eu le plaisir de le rencontrer.


Le festival CineComedies a organisé une soirée spéciale Bertrand Blier, est-ce que cela vous touche ?

Ça fait plaisir... c'est un geste amical. Ce qui est agréable, c'est de parler au public, d'être sur scène face à eux et de parler à 300 ou 400 personnes. Ils posent des questions et ils sont contents. Nous sommes contents d'être ensemble. Ce n'est pas comme de la politique, c'est même mieux !

Quel film que vous avez réalisé préférez-vous ? Quel est celui que vous aimez le moins ?

Celui que je préfère... C'est "Merci la vie", je crois. Celui que j'aime le moins, c'est "Mon homme".

Quel est votre acteur comique préféré ?

J'ai connu de grands acteurs comiques comme Bourvil ou de Funès... Après aujourd'hui, je ne sais pas. Je ne vais pas beaucoup au cinéma. Il y a quand même des gens biens. Par exemple, Albert Dupontel est un acteur formidable.

Quentin Dupieux dit s'être beaucoup inspiré de "Buffet froid" pour son film "Au Poste !", l'avez-vous vu ?

Il exagère. Il est toujours en train de parler de moi pour expliquer ces films, alors que ça n'a aucun rapport. J'ai vu son film "Au poste !", il y a un petit cousinage, mais c'est tout... Il est sympa, Quentin Dupieux, mais il faut qu'il arrête de dire « Je fais du cinéma comme Bertrand Blier », parce que ce n'est pas vrai.

On a parfois du mal à définir quel type de comédie est présent dans votre cinéma...

Tant mieux. Ça prouve que c'est compliqué.

On dit beaucoup de votre cinéma qu'il a une certaine maturité et pour les épicuriens, est-ce que vous êtes d'accord ?

Je ne sais pas... Je ne sais pas quoi vous répondre, car j'ai fait très peu de philo. Il faudrait poser cette question à ma fille, qui est en classe préparatoire, elle est beaucoup plus forte que moi en philo, elle pourrait vous répondre.

Quel est votre meilleur souvenir de tournage ?

Je n'ai que des bons souvenirs... sauf quand il y en a des très mauvais, mais c'est rare. Parfois, c'est dur, on a du mal. Mes meilleurs souvenirs sont des petites choses. Par exemple, la grande scène sur Mozart dans "Préparez vos mouchoirs", que j'ai revu récemment, il y a des moments fantastiques.

Quel film avez-vous eu le plus de mal à produire ?

Personne ne voulait financer "Buffet froid". Tout le monde disait « Mais Blier, vous êtes fous, vous n'allez pas réaliser un film pareil ! ». Ils ne voulaient pas et on l'a fait quand même.

Actuellement, vous vous faîtes rare dans le cinéma, est-ce une question de financement ?

C'est une question de financement, mais d'âge aussi. Je n'ai pas envie de mourir en disant « Moteur » et pas « Coupez ». Mais j'ai un projet en ce moment.

Juste avant le tournage de "Convoi exceptionnel", vous deviez adapter votre roman « Existe en blanc » et ça ne s'est pas fait ?

Oui, on devait le faire. On a travaillé dessus, j'ai même écrit le scénario. J'ai laissé tombé car le sujet est trop hard. Ce n'était pas le bon moment pour ce projet. Je n'ai pas envie de me réveiller un matin avec une manifestation de femen devant chez moi sur le trottoir. Le livre existe, c'est déjà pas mal.

Quel film comique avez-vous le plus vu ?

C'est sans doute un film français... Sûrement un film avec de Funès. Par exemple, j'aime beaucoup "La Traversée de Paris" avec Gabin, Bourvil et de Funès. C'est merveilleux !

De tous vos projets abandonnés, lequel regrettez-vous de ne pas avoir vu se concrétiser ?

Je ne regrette pas. Je sais qu'il y en a que je n'ai pas fait et que je ferai peut-être un jour. De toute façon, ce n'est pas très important. Ce qui est important, c'est de faire assez de films dont les gens se souviennent.

Quel est votre regard sur le cinéma actuel ?

Je le regarde de biais. Le cinéma est une magie extraordinaire à condition d'y croire. A un moment, on n'y croit plus, quand on a passé l'âge. Les américains nous inventent des effets spéciaux dont on n'en a rien à foutre. Le cinéma américain n'est pas mieux portant que le cinéma français.

Dans le cinéma actuel, avec quels acteurs aimeriez-vous tourner ?

Alain Chabat... Après, Benoit Poelvoorde que j'aime beaucoup, j'ai des projets avec lui. Il y en a plein.

Quel est votre premier souvenir de cinéma ?

Mon père m'emmenait souvent au cinéma, lorsque j'étais petit, le mercredi après-midi et le jeudi. J'allais voir des films américains. Il aimait beaucoup les westerns. Je me souviens avoir vu le film "Le Retour de Franck James", en noir et blanc évidemment, mis en scène par Fritz Lang, avec Henry Fonda. C'est un film extraordinaire. Ce n'est pas forcément mon premier souvenir de cinéma, à la maison, il y avait un projecteur et j'ai vu des films avec Charlie Chaplin. Mais au cinéma, je pense que c'était quand même un western.


Propos recueillis par nos envoyés spéciaux : Christophe Colpaert et Jérémy Joly

ça peut vous interesser

Calmos de Bertrand Blier : Eloge de la testostérone

Rédaction

Ne nous fâchons pas : Michalon !

Rédaction

CineComedies 2019 : Rencontre avec Laurent Ventura

Rédaction