22 janvier 2022
Festivals

Monzon : Le Champion n’est plus

LA SERIE MONZON



Avec : Mauricio Paniagua, Jorge Roman, Paloma Ker, Belen Chavanne, Gustavo Garzón, Fabian Wolfrom

Réalisateur : Jesus Braceras

Scénaristes : Fransisco Barone, Leandro Custo, Gabriel Nicoli, Gabriela Llaralde

serie-monzon
Vitrine des productions latino-américaines dans le Panorama International du festival Séries Mania, "Monzón", venue d’Argentine, traite de la vie controversée de l’un des plus grands boxeurs de tous les temps. Carlos Monzón, triple champion du monde des poids moyen dans les années 70, est accusé du meurtre de sa femme Alicia Muniz peu après avoir raccroché les gants.

S’en suit alors une affaire hors-norme suivie par tout le continent, Monzón étant vu comme un dieu vivant dans son pays natal.

La série met ainsi en scène l’enquête qui conclura à la culpabilité de Monzón, sans pour autant oublier de narrer les origines plus que modestes du boxeur.

La série va donc alterner entre deux phases narratives. L’une, dans le présent de l’enquête, avec un Monzón usé et désavoué par son public. L’autre, qui nous montre un Monzón jeune à la rage de vaincre grâce à des flash-back.

Le scénario installe toute une dichotomie intéressante entre ces deux versions d’un même personnage. Tantôt dépeint comme un monstre égocentrique que le public aimera détester, tantôt comme un garçon prêt à chaque sacrifice pour réussir, tout l’intérêt de la série sera de montrer que rien n’est tout noir ou tout blanc, on en revient toujours à une nuance de gris.

Les scénaristes ont choisi la meilleure manière pour traiter ce personnage fantasmé qu’a pu être Carlos Monzón. Les échos entre les flash-back et le présent sont nombreux, bien utilisés et font de ces deux époques des supports identiques pour décrire un personnage métamorphosé.

La série reste sombre, crue et violente, dans la pure tradition des productions latinos. On y retrouve leurs éléments récurrents : drogues, alcool, combats et argent sale.

Sans en faire un copier-coller de ce que l’on a déjà pu voir dans d’autres séries policières, les scénaristes ont réussit à instiller de l’originalité et du suspens dans une affaire dont on connait déjà la conclusion.

En rajoutant une belle maitrise de la lumière et une bande-originale soignée, l’ambiance pesante est parfaitement retranscrite.

Au final, "Monzon" est une série qui fonctionne. L’histoire de ce personnage est bien traitée, bien mise en scène et surtout très bien jouée.

Figure peu abordée dans les productions audiovisuelles, Carlos Monzón reste dans cette lignée d’anti-héros qui auront défrayé la chronique et passionné les foules.

Cette série de 13 épisodes est distribuée par Disney Latin America. Elle sera donc certainement disponible sur Disney +


Barthélémy Cabusel

ça peut vous interesser

L’animation face au covid : Le Festival d’Annecy en vie mais en ligne

Rédaction

L’animation face au covid : Un impact direct sur les nouveaux projets

Rédaction

YouTube & Cinéma : Dead Will, un zombie qui vous veut du bien

Rédaction