Festivals

Romy Schneider à la Cinémathèque

Par Pierre Delarra

La Cinémathèque française aura pris l'heureuse initiative de consacrer une rétrospective à Romy Schneider, du 16 mars au 31 juillet. Comme le précise justement Clémentine Deroudille (Commissaire de l'exposition) : "quarante ans après sa disparition, Romy Schneider (23 septembre 1938-29 mai 1982) est toujours aussi aimée et populaire. Actrice européenne, avec une carrière débutée en Allemagne et poursuivie en France, elle est devenue une star grâce à des films qui ont marqué à jamais l'histoire du cinéma." Aussi, avons-nous décidé de vous proposer ces quelques lignes pour célébrer cet événement...

« Vincent, François, Paul et les autres... » ! Ce sont des hommes qui régissent ses films. Mais Claude Sautet a plus d’une arme dans son sac et ces armes sont les femmes… Elles sont les icônes. Les femmes rayonnantes. Celles qui font "Les choses de la vie" et qui existent. Celles de "Max et les ferrailleurs", de "Mado" aussi.

Romy Schneider ! L’exclue et l’incluse. L’aura, l’or et l’aurore du patrimoine du cinéma français. Quelle vie ! Si courte de 43 ans et excusez du peu de 53 films ! Alors, les cinéphiles que nous sommes, nous oublierons les "Sissi" de ces débuts. Car, c’est sans nul doute grâce aux bonnes volontés de Monsieur Alain Delon (qui en fera sa promise, et tous deux ferons un petit bout de chemin ensemble) qu’elle réussira cette foudroyante carrière. Rappelons-nous de tous ces films. Tels "Max et les Ferrailleurs", "La Piscine", "Les choses de la vie", "César et Rosalie", etc.

Qui êtes-vous Lily, Madame Romy Schneider ? Rosemarie Magdanela Albach est née à Vienne (Autriche) et meurt tragiquement des abus de bonnes choses de la vie et de la mort de son fils adoré de quatorze ans…Nous l’avons peut-être oublié mais cette dame a été deux fois Césarisée pour "L’Important c’est d’Aimer" (Andrej Zulawski-1975) et de "Une Histoire Simple" (1978) du même Claude Sautet. La famille de Romy Schneider est somme toute empreinte des Alpes Bavaroises. Peut-être un peu proche du « Nid d’Aigle » du tristement célèbre qui vous savez… Nonobstant cette origine douloureuse, elle demeure et demeurera notre Romy. Celle que l’on voudrait croiser à tous les coins de nos rues. Celle dont François Truffaut dira : « elle représente l’idée de la féminité du cinéma français. »

max-et-les-ferrailleurs-5
Copyright : Lira Films (France), Sonocam SA (France), Fida Cinematografica (Italie) / Société de distribution : Les Acacias.

Elle est partie, tragiquement, un 29 mai 1982. Et Alain Delon de répéter avec ses quelques mots d’allemand : « Ich libe dich, meine libe ». Et d'écrire sur un bout de papier : « tu n’as jamais été aussi belle. » Alors qui est cette Lily ? Cette femme qui se fourvoie avec Max (le grand Michel Piccoli) et Abel (formidable Bernard Fresson) dans le tragique et désespérant film policier qu’est "Max et les Ferrailleurs" ? Notre Lily ? Notre Romy ? Une des plus belles filles qui soit. De celles dont on se retourne pour dire : « Mince alors ! Quelle belle femme ! » Parce que habillée par Karl Lagerfeld ou Christian Dior, car magnifiquement cintrée par ce haut de cuir noir ou de ce si simplement pull-over rouge, c’est vous Romy Schneider !

ça peut vous interesser

Le village des damnés : Les coucous de Midwich

Rédaction

Alain Delon célébré à La Rochelle

Rédaction

Le Vieux Fusil : L’arme de la revanche

Rédaction