Focus

Les choses de la vie ont 50 ans !

Par Jérémy Joly


Le 13 mars 1970 sortait sur les écrans « Les Choses de la vie », nouveau film de Claude Sautet, d'après le roman de Paul Guimard.

En 1955, Claude Sautet réalise « Bonjour sourire », un film qu'il reniera jusqu'à sa mort. Après avoir été plusieurs années assistant-réalisateur, il a été appelé à la rescousse pour finaliser ce film. Pour Claude Sautet, « Bonjour sourire » n'est pas « son » film, puisqu'il n'a fait que suivre le plan de travail réalisé par Robert Dhéry, qui s'est retiré du projet.

Cinq ans plus tard, il réalise son premier film, « Classe tous risques », un polar noir réunissant Lino Ventura, acteur qui enchaîne les rôles principaux et un jeune premier prometteur, Jean-Paul Belmondo. « Classe tous risques » est un succès public, avec presque deux millions d'entrées et un succès critique, la presse écrit des éloges sur la réalisation de Claude Sautet.



En 1965, Claude Sautet fait de nouveau appel à Lino Ventura pour être en tête d'affiche de son nouveau film « L'arme à gauche ». Lino Ventura est Jacques Cournot, engagé pour l'expertise d'un yacht qui disparaît et se retrouve plongé dans une affaire de trafic d'armes. Malheureusement, ce film d'aventure, un genre qui aura du mal à percer dans le cinéma français, n'attire pas le public et la critique le boude.

Son précédent film étant un échec commercial, Claude Sautet décide d'arrêter de réaliser des polars. Le 5 avril 1969, il donne le premier coup de manivelle au film « Les Choses de la vie », qui inaugure un cinéma reconnaissable du style de Claude Sautet, avec des portraits intimistes contemporains.

Au départ, Claude Sautet pense à Annie Girardot et Yves Montand pour les rôles principaux. Ils ont tous les deux joué un couple fascinant devant la caméra de Claude Lelouch dans « Vivre pour vivre », deux ans plus tôt. Puis Claude Sautet propose le rôle masculin à Lino Ventura. Mais tous les trois refusent. Un jour, le réalisateur Pierre Granier-Deferre montre les rushes du film « La Piscine » de Jacques Deray. La sensualité de Romy Schneider présente dans ce long-métrage arrive à convaincre Claude Sautet qu'elle serait à la hauteur pour jouer le rôle d'Hélène.

Romy Schneider connaissait alors à l'époque un passage à vide, le cinéma lui proposait le même type de rôles à cause de la série « Sissi » dont le personnage lui collait. Ces deux films marquent un tournant dans sa carrière, lui permettant de changer de registre et de regagner les premiers rôles. Dans « Les Choses de la vie », Claude Sautet semble soigner chaque plan où apparaît Romy Schneider, une actrice photogénique dont il saura mettre en valeur la grâce. Elle deviendra son actrice fétiche.

Michel Piccoli accepte le rôle de Pierre. Il a déjà joué avec Romy Schneider en 1966 dans « La Voleuse » de Jean Chapot, où ils formaient déjà un couple à l'écran. Le film raconte l'histoire d'une jeune femme qui avoue à son époux qu'elle a eu un enfant à l'âge de dix-neuf ans et qu'elle l'a abandonné à un couple stérile. Les années ont passé et cette femme souhaite nouer des liens avec le petit garçon. Michel Piccoli retournera plusieurs fois sous la direction de Claude Sautet.

Afin d'écrire le scénario, Claude Sautet s'entoure de Paul Guimard, l'auteur du livre et de Jean-Loup Dabadie, qui deviendra un de ses proches collaborateurs. « Les Choses de la vie » est l'histoire de Pierre, un architecte d'une quarantaine d'années qui est victime d'un accident de la route. Après avoir été éjecté du véhicule, il est dans le coma, au bord de la route. Il se remémore son passé, notamment les deux femmes de sa vie : Catherine dont il est séparé et Hélène avec qui sa relation amoureuse est à un tournant. Il voit sa vie défiler avec ces petites choses de l'existence, les joies et les peines.

Claude Sautet rencontre aussi Philippe Sarde qui vient tout juste d'être majeur. Alors que ce dernier hésite encore entre la réalisation cinématographique et la musique, Claude Sautet lui propose de composer la musique de son film. Philippe Sarde accepte, se met au travail et écrit en un mois seulement, la partition de cette sublime bande originale, orchestrée avec soixante-dix musiciens. « Les Choses de la vie » est le début d'une longue carrière de ce compositeur qui signera les musiques de tous les films de Claude Sautet. Michel Piccoli et Romy Schneider chantent « La Chanson d'Hélène », qui n'est pas présente dans le long-métrage, mais qui connaît un succès.



La scène la plus importante du film est celle de l'accident de voiture (coordonnée et réalisée par le cascadeur Gérard Streiff). Le tournage de cette séquence dure pas moins de dix jours. Cette scène d'accident est visible à plusieurs moments du film, à vitesse normale, en ralenti et en accéléré. Ces plans impressionnants n'ont à ce jour pris aucune ride et continuent d'influencer les générations suivantes de réalisateurs. La phobie de l'accident de la route qu'avait Claude Sautet se ressent dans ces scènes, qui semblent être des cauchemars à l'écran.

« Les Choses de la vie » est un succès avec près de trois millions d'entrées au box-office. Il a reçu le prix Louis-Delluc, une récompense cinématographique considérée comme le « Goncourt du cinéma » et a été en compétition au festival de Cannes. En 1993, Mark Rydell réalise le remake américain peu réussi « Intersection » avec Richard Gere et Sharon Stone.

En plus d'avoir participé aux scénarios, adaptations et dialogues de plusieurs grands films du cinéma français, Claude Sautet a signé plus d'une dizaine de chefs d’œuvre qui méritent d'être redécouverts.

ça peut vous interesser

Les Tribulations d’un Chinois en Chine : Un voyage loufoque

Rédaction

Les Mariés de l’an II : Vive les mariés !

Rédaction

Cent mille dollars au soleil : Un western moderne

Rédaction