28 septembre 2021
Focus

Ocean’s Eleven : Un film hommage

Les voleurs ont toujours été au centre des légendes et de l'imaginaire. Depuis Prométhée qui vole le feu sacré aux dieux, jusqu'à Robin des Bois. Les arts s'influencent entre eux, il est donc naturel que le cinéma se soit emparé de ce thème notamment avec "Ocean's Eleven". Plus que cela, il en a fait un sujet récurrent dans l'histoire du cinéma et des films aussi différents que "Bonnie and Clyde" ou "Inception" traitent tous deux d'un braquage.

Si l'action de voler est condamnable, les braqueurs le font en général à une banque ou un mauvais bougre. La banque représente donc l'institution. Les dieux de Prométhée ou le shérif de Nottingham n'en sont que des ancêtres. C'est toujours le même processus qui se met en place. Les voleurs tentent de déjouer la sécurité d'une institution. 

photo-hommage-ocean-eleven
Robin des Bois est une des figures des “voleurs” les plus célèbres au monde

Un remake avec le respect en plus
À ce petit jeu, Steven Soderbergh a voulu rendre hommage à ce mythe tant répété dans l'histoire du cinéma. Le grand écran est souvent un excellent moyen pour ce genre d’exercice. Que cela soit pour célébrer un homme ou une idée. Le réalisateur a donc rassemblé une brochette de stars pour un remake d'un film des années 1960. Et pour le casting, il se devait d'être à la hauteur quand on sait que Frank Sinatra et Dean Martin tiennent le haut de l'affiche de L'inconnu de Las Vegas, la version originale de "Ocean's Eleven".

Le film de Soderbergh est construit comme un hommage au genre du film de braquage. Il reprend les codes de l'époque tout en déclarant son amour à la magie. Plongée dans le premier volet d'une série qui a eu un grand succès public.


Des relations basées sur le jeu
Sans conter l’histoire, contentons-nous de rappeler qu’il s’agit d’un groupe de 11 voleurs tentant de plumer un grand propriétaire de casinos à Las Vegas. Dans "Ocean's Eleven", on suit Danny Ocean, tout juste sorti de prison et son acolyte Rusty, un beau garçon qui n’arrête pas de s'empiffrer. La relation entre les personnages est très importante dans le film, car elle conditionne tout le reste.

Les personnages ne communiquent qu’au travers du jeu de bluff et de dupe. Tout tourne autour de ce vol. De ce jeu du chat et de la souris. Mais, en réalité, au travers d’une prétendue chance, rien n’est jamais laissé au hasard.

Dans ce sens, la véritable rencontre pour le spectateur entre Rusty (Brad Pitt) et Dany (George Clooney) se fait donc autour d’une table de poker. La scène est amusante notamment grâce à la présence de plusieurs célébrités de séries des années 2000 en étudiants studieux. Une sorte d'école du jeu mythique pour acteurs en mal de notoriété qui veulent découvrir le monde du poker.

Dany se joint à la partie et finit par remporter la mise devant tous les acteurs. Ici, c’est le jeu de regards entre les personnages qui est intéressant. La complicité des deux est frappante, construisant un récit sur le fil pour laisser Dany remporter la partie. Tout est subtil et sous-entendu, une sorte de prémisse de ce qu’ils vont faire. Une bonne dose de culot camouflée par un calme olympien.

C’est d’ailleurs le sens des leçons de Rusty aux acteurs de série. Le poker n’est pas un jeu de hasard, tout comme la vie.


Rien n’est hasard dans la magie
Le braquage sera alors construit par le réalisateur comme une suite de scènes que l'on pourrait croire décousues. Il y a tout d'abord Danny, qui, sous couvert de vouloir récupérer sa femme, plonge dans la gueule du loup. Il est dès lors molesté dans une salle fermée. Les autres membres de l'équipe font face à plusieurs coups de malchance, ce qui met à mal leur plan. Enfin, le groupe s'échappe en camionnette et est vite rattrapé. Mais l'argent et les membres ne sont pas dans la camionnette.

On revient alors sur le braquage en lui-même pour comprendre qu'absolument tout était prévu. La discussion avec l'ex de Danny, qui provoque son enfermement. L'arrivée de la police qui gaze tout le monde et sauvegarde le magot. Tout est déconstruit et revu sous un angle différent. On comprend alors que les policiers ne sont autres que les membres du groupe qui ont usé de cette couverture pour sortir tranquillement du casino La succession de faits ne veut montrer qu'une chose. Depuis le départ, et quoi qu'on en pense, l'équipe était en parfaite maîtrise des éléments.

photo1-hommage-ocean-eleven
Soderbergh, comme tous les réalisateurs, est un magicien. Voilà son instrument d’illusionniste.

La magie du vol pour illustrer la magie du cinéma
C'est donc le champ du prestidigitateur qui est mis en place. Comme un immense tour de magie, le film invoque des éléments contingents qui ne le sont pas du tout. Si les magiciens utilisent souvent des cartes pour tromper les spectateurs, ce n'est pas un hasard. Le film se voit comme un véritable hommage à la magie du cinéma.

À la fois justicier et magicien, la popularité des voleurs au cinéma et dans la littérature ne risque pas de se déliter.

Crédits photo principale : Warner Bros. France


Le film Ocean's Eleven est actuellement à découvrir ou redécouvrir sur Netflix

ça peut vous interesser

L’Exorciste : Le démon à ma porte

Rédaction

Dune : Une épopée mystique

Rédaction

Reminiscence : Entre espoirs et désillusions

Rédaction