2 décembre 2020
Focus

Pourquoi aimons-nous autant les films de Noël ?

Par Clara Lefèvre-Manond

Le mois de novembre est déjà bien entamé, le froid hivernal s’installe doucement et les décorations de Noël commencent à apparaitre de tous les côtés. La saison des chocolats chauds, du beau sapin et du Père Noël est enfin lancée ou presque avec cette foutue pandémie. Et, à cette même période, les films de Noël font aussi leur grand retour. Comédies romantiques, familiales, drames… Il en sort des nouveaux chaque année. Et nul besoin de se le cacher, on adore ça. Mais pourquoi ? Focus sur un phénomène annuel qui met du baume au cœur, avec Penelope 25 ans et Camille 23 ans, deux jeunes femmes qui ont déjà enfilé leur pull de Noël.

Qu’on se le dise, il commence à faire froid et on est bien content d’être blotti sous son plaid ou sous sa couette. Et c’est précisément à ce moment que l’on se dit « tiens et si on se regardait un petit film de Noël ? ». Car le froid et ce genre de cinéma ont un lien intrinsèque.

Ça réchauffe les cœurs

Les films et les téléfilms de Noël (vous allez voir, il y a une différence entre les deux) nous apportent du réconfort. Pour Camille « ça réchauffe les cœurs, c’est convivial, ça donne envie d’être avec ses proches ». Et ce n’est pas la psychanalyste, Evelyne Dillenseger, qui nous dira le contraire : « Il fait froid. On a envie de cocooning. On a envie de réconfort, de chaleur », estime cette dernière. Les « feel good movies », comme on les appelle, nous détendent. Ça tombe bien, « nous sommes en congés (ou presque !). On a du temps à perdre ».

focus-films-noel1
Esprit de famille sorti en 2005

Toutefois, les films de Noël, c’est avant tout la famille. Tout le monde se retrouve, partage, et célèbre une période qui est censée apporter de la joie. C’est en partie pour ça que Pénélope apprécie ce genre de film, « l’idée de l’esprit de Noël, c’est la famille qui est réunie. Et le film "Esprit de famille", avec Diane Keaton, c’est pour moi la représentation réaliste et idéale de ce que sont ces fêtes ».

Faire rêver

Soyons honnêtes là aussi, nous n’avons pas tous cette vie avec cette grande maison, cette famille super chouette, ce travail de rêve, les enfants adorables avec leurs parents… Et comme tout se passe bien dans ces films-là, on jalouse et on en rêve un peu. Mais quoi de plus normal  ? Surtout avec les temps actuels, on se rassure comme on peut...

Il se dégage un esprit bien particulier des films de Noël. L’ambiance typique avec la neige, les sapins, les décorations, les musiques… Tout un folklore bien précis qui nous met en condition. En effet, nous ne passons pas tous les fêtes de fin d’année sous une grosse couche de neige, ou dans un manoir familial digne du château de Versailles. Camille explique que « ça nous conforte dans l’idée que nous allons vivre Noël, par exemple si tu vis en bord de mer, tu peux rêver et aspirer à un Noël plus typique ».

focus-films-noel2
Le drôle de noël de Scrooge, sorti en 2009

Il y a aussi un aspect thérapeutique, où d’un seul coup, on a envie de croire en l’amour, la famille unie, le job de rêve + le couple parfait… tout comme le héros du film qui ne croyait plus en rien au début du film et retrouve le goût de la vie au fil du feuilleton grâce à une réconciliation. Le happy-end, bien que prévisible avant le début du film, reste satisfaisant. Cependant, Noël c’est aussi la période où même les plus grands redeviennent de grands enfants.

Retomber en enfance

C’est bien la période où l’on redevient presque tous des gamins. Et les films de Noël y sont également pour quelque chose. Qu’il s’agisse d’un dessin animé comme "La légende de Klauss", du "Drôle de Noël de Scrooge", ou d’un film comme "Le Pôle Express", on retrouve tous une âme d’enfant. Et on voudrait presque croire à nouveau au Père Noël. Pourtant, les films et les téléfilms de Noël ne font pas consensus….

Attention il y a les films et les téléfilms ! Et gare à vous si vous osez les confondre ! D’un côté on va retrouver les films comme : "Love Actually" ou "The Holiday", deux classiques du genre. Et de l’autre ceux diffusés exclusivement sur les chaînes comme TF1, M6 ou ceux proposés par Netflix ("A Christmas Prince", "Last Christmas", "Holidate"). Et autant vous dire qu’ils ne font pas tous l’unanimité dans cette catégorie… Pour Camille et Pénélope les raisons énoncées sont les mêmes : trop niais, toujours les mêmes histoires « c’est toujours la jeune femme bosseuse qui rentre au bercail et retombe sur son petit ami du lycée, devenu bûcheron. Ils se recroisent et hop, ils finissent ensemble ! On connaît la fin avant et ça n’apporte rien » explique Camille.

focus-films-noel3
Le casting de Love Actually

Pas tous fans non plus

Il y a les aficionados des films de Noël et puis il y a les autres. Ceux qui détestent ça, parce que trop « cucul », et ceux qui clament ne pas aimer, mais qui, secrètement adorent ça (oui oui on vous voit). Pour ceux qui ne sont absolument pas férus des films de Noël, comme Pierre-Alexis, c’est parce que c’est « toujours pareil », qu’importe le lieu de diffusion, pour lui aucune différence. Cependant, tout le monde s’accorde à dire que ces films ne sont pas réalistes. La vie n’a pas toujours une fin heureuse, les familles ne se réconcilient pas toujours, nous n’avons pas d’énooooooormes cadeaux… Bref, tout ça, c’est quand même beaucoup de paillettes.

Les films de Noël ont beau être kitschs à souhait, milieux, niais, cucul la praline, on ne peut pas s’empêcher d’en regarder au moins un (ou cinq…) à cette période de l’année, sans pour autant s’en lasser. Alors oui on va lever les yeux au ciel, parce qu’évidemment c’est prévisible, mais il ne faut pas cacher que ça nous fait du bien. Il n’y a aucune honte à avoir d’aimer les films de Noël, alors assumons-le ! Et pour oublier le confinement et les crises actuelles, on ne se refuse surtout pas un bon chocolat chaud (ou un thé chacun sa team) et un film de Noël...

ça peut vous interesser

Ava : Futur carton ou gros flop ?

Rédaction

The Undoing : Mais qui diable est le coupable ?

Rédaction

Thomas Brodie-Sangster se (re)prend au jeu

Rédaction