21 janvier 2021
Netflix

13 novembre : Ceux qui restent

Par Denis Dutronc

"13 Novembre", le documentaire produit par Netflix, est basé sur une quarantaine de témoignages exclusifs recueillis auprès de survivants, victimes, sauveteurs, policiers, ministres en place à l'époque, l'ex-président François Hollande. De cette masse conséquente les deux réalisateurs assemblent astucieusement un récit en trois parties d’une quarantaine de minutes où l'horreur s'accroît au fil des événements. Le premier épisode traite du Stade de France avec les attaques des restaurants et des bars, Les deux suivants, quant à eux, se concentrent principalement sur le concert des Eagles of Death au Bataclan, représentation qui fut brusquement interrompue par des coups de feu et le massacre qui s'y est déroulé.

Fluctuat Nec Mergitur

Telle est la devise latine qui énonce le principe suivant : « Il est battu par les flots, mais ne sombre pas. » Cette phrase, inscrite sur le blason de la capitale fait référence à ce que disait la Corporation d’armateurs marins : Il ne fallait pas sombrer parce que la ville avait souvent fait face à des inondation. Aujourd’hui la devise est devenue tel un slogan de la résistance après les attentats du 13 Novembre 2015.

Le documentaire, objectivement sobre, avec un style narratif immersif, n’est jamais ennuyeux bien au contraire. Dès les premières minutes, il est difficile de décrocher tellement "13 Novembre" est bouleversant, dur à regarder, mais nécessaire voire indispensable. C’est un précieux film où chacun livre son vécu, ses anecdotes, ses sentiments et prend le temps de le faire. L’émotion est là et ne vous lâche plus pendant ces trois parties qui structurent "13 Novembre". Nous sommes en totale immersion totale, sans aucun temps mort, avec son lot d’horreurs et de souffrances.

Histoires humaines

Même si l’on évoque le fait que l'état islamique ait revendiqué la responsabilité des attaques en réponse aux frappes aériennes françaises en Syrie et en Irak,  "13 Novembre" se concentre avant tout sur des personnes ordinaires qui ont été touchées par les multiples attaques. Ici pas de jugement. Uniquement l'émotion de l’instant avec une incroyable solidarité entre les victimes.

La profondeur d’âme des témoins, des personnes marquées à vie, des témoignages tragiques, précis, véritablement émouvants avec parfois des scènes surréalistes, font toute la puissance de "13 Novembre". Il est très important de les écouter, de ne jamais oublier cette nuit-là, ces visages, ces voix, ces témoignages d’otages, fatalistes face à une mort imminente. Pourtant, ils n'ont rien lâché et ont continué d'espérer. Cette découverte de soi, du courage qu’on peut avoir au fond de nous. Admirable !

Un documentaire poignant

Chacun raconte à sa manière, avec ces mots, son tempérament, ses émotions. les hurlements, les cris, «et en même temps cette espèce de silence.» La solitude au moment où la mort semble inéluctable : « nous voulions que la parole prenne vraiment ses aises pour permettre aux spectateurs d’entrer peu à peu dans la peau des victimes. » Voilà pourquoi "13 Novembre" dure 3 heures...

Netflix à produit un documentaire exceptionnel qui parlera aux victimes du terrorisme bien au-delà de la France pour que chacun sache qu'il y a une vie après... Pour ne jamais oublier les 130 personnes qui sont mortes ainsi que les 350 ont été blessées dans la capitale. Et pour ne pas oublier aussi que le seul membre des commandos encore en vie, le franco-belge Salah Abdeslam, doit être jugé à Paris début 2021...