Netflix

Ava : Futur carton ou gros flop ?

Par Clara Lefèvre-Manond

Diffusé sur Netflix, ce thriller d’action met en scène Jessica Chastain en tueuse à gages badass et menacée, un croisement entre "Nikita", "Red Sparrow" et "Atomic Blonde". Mais que vaut vraiment le nouveau film proposé par la plateforme au logo rouge ? Futur carton ou énorme flop ?

Ava (Jessica Chastain) incarne une tueuse surentraînée qui se retrouve soudainement à être une contrainte pour ses employeurs. Après l’échec d’une mission, elle doit alors lutter pour sa propre survie et celle de sa famille, tout en gérant ses démons personnels.

Peut mieux faire…

De prime abord, on se dit ça promet d’être sympa, même si ce scénario et vu et revu. Mais en fait, c’est un peu décevant. En regardant le film, on se dit très vite qu’il s’agit d’un énième film d’action avec une tueuse au caractère bien trempé, qui se retrouve trahie et veut se venger. Sur ce plan donc, rien de nouveau puisqu’on a déjà vu ça ailleurs dans "Atomic Blonde" ou encore "Salt". Mais c’est de voir Jessica Chastain dans ce genre de film qui, en revanche, est surprenant. Et malgré tout le bien que l’on peut penser d’elle (personnellement, je l’adore), elle ne vaut pas grand-chose dans ce long-métrage…

netflix-ava1
Jessica Chastain - Copyright EuroVideo Medien GmbH

Pourtant, on l’a déjà vue incarner des rôles de femmes fortes comme dans "Miss Sloane" ou encore "Le Grand Jeu" et être plus que convaincante. Mais ce n’est pas tout. Chastain produit également le film et au casting on retrouve Colin Farrell, John Malkovich et Tate Taylor ("La couleur des sentiments", "La fille du train") à la réalisation. On se demande alors pour quelles raisons tout ce beau monde a pu signer pour ce film s’il était voué à film de série B. Sûrement parce que le personnage principal se différencie des habituelles tueuses à gages que l’on connaît.

Ava, une personnalité complexe

Certes, on voit du déjà vu dans l’histoire et dans le personnage éponyme du film. Par exemple, elle aussi possède un esprit moral, une bonne conscience, elle veut savoir pourquoi elle tue ces gens, et arrive à épargner une femme de la maffia. Mais ce qui la différencie des autres héroïnes, c’est sa personnalité complexe. Toute la psychologie de son personnage, ce qui fait d’elle ce qu’elle est, ancienne toxicomane et alcoolique. Le film explore aussi d’autres aspects de sa personnalité via sa relation avec son mentor qui est devenu par la suite son agent de liaison ou encore ses relations familiales.

En proie à ses propres démons, Ava lutte contre eux, l’exemple typique est le moment où elle commande un verre d’alcool quand elle apprend que sa sœur est fiancée à son ex-fiancé. Ces angles plus rares dans les films d’action sont les bienvenus et sauvent "Ava" d’un flop très certain. Fait plus rare aussi, les personnages secondaires ont de la profondeur et des rôles peu caricaturaux, que ce soit Toni la patronne du club ou la sœur d’Ava, Judy.

netflix-ava2
Colin Farrell - Copyright EuroVideo Medien GmbH
Scènes d’actions : rien de révolutionnaire

Là encore, "Ava" déçoit. Ce n’est pas non plus horrible à voir — sauf peut-être la scène de combat entre Duke et Simon — mais ce n’est pas incroyable. Les combats sont distrayants, bien sentis, mais pas révolutionnaires. Ils sont même parfois mal tournés. On remarque vite que Jessica Chastain est remplacée par une cascadeuse pour les séquences de combat, gros plans ou toujours de dos, tout est fait pour berner le spectateur… mais un œil averti (ou pas) le remarque très vite. Pas sûre que Tate Taylor soit le meilleur choix pour ce genre de scène, voire même de film.

Film très attendu, "Ava" peine à convaincre. Entre ceux qui vont dire que c’est du 100 % réchauffé et ceux qui vont adorer, le thriller d’action est à mon sens un mix entre une réussite et un échec cuisant. Le mot idéal pour qualifier Ava serait : bof. Si vous souhaitez regarder un film sans prise de tête, foncez, sinon, passez votre tour, vous ne manquerez rien.

ça peut vous interesser

The One : Quand Tinder rencontre le thriller

Rédaction

Paris Police 1900 : La Belle Époque n’a de belle que le nom

Rédaction

Désenchantée : Bienvenue à Dreamland !

Rédaction