Netflix

Black Crab : Du patinage apocalyptique

Par Robin Hussong

"Black Crab" est une production Netflix. C'est le premier film du suédois Adam Berg. Il est à la fois réalisateur et coscénariste. Nous y retrouvons Noomie Rapace en tête d’affiche. Une comédienne habituée de films relevant du thriller et/ou de la science-fiction (tels que que "Prometheus" et "Seven Sisters"). Elle interprète ici le personnage de Caroline Edh. Pour un résultat intéressant sans pour autant être mémorable.

Dans "Black Crab", long-métrage post-apocalyptique, une guerre glaçante règne dans les charmantes contrées suédoises. Pour y mettre un terme, notre héroïne (Noomie Rapace), ainsi qu’un groupe de soldats, sont mis à l’épreuve afin d’effectuer l’impossible : sauver le monde ! Leur mission est simple mais délicate. Le but est d'atteindre un centre de recherche avec l'espoir de mettre fin au conflit. L'espoir en question réside dans une petite capsule qui leur a été confiée. Méthode inédite cependant pour y arriver. Car, pour cela, ils devront patiner sur des hectares de glace. Le tout en évitant secrètement les forces ennemies.

L'artistique plutôt que la technique
Une entrée en action rapide ? Peut-être trop rapide ? Peu d’informations sont données, la caractéristique principale du film sera donc vite présentée. Aussitôt nous retrouverons notre escouade, patins aux pieds, sur l’étendue d’eau glacée. C’est ici que commence l’aventure. Une bonne heure passe, alternant patinage et péripéties, avec, au menu, des rencontres, des découvertes, des rebondissements... Bref, on sent que c’est froid, sombre, cruel et sans pitié. Voilà qui ajoute un certain degré de réalisme à l’action.

netflix-black-crab1
Noomi Rapace - Copyright Jonas Alarik / Netflix
Le rythme est présent. On se laissera facilement distraire par les différentes scènes d'actions,. Quant aux différents soldats de l'escouade, peu captent vraiment l’attention. Leur histoire est inconnue, leur utilité est moindre. Seule l'héroïne, incarnée par le talent de Noomie Rapace, poussera le groupe vers le haut. Nous apercevons aussi très vite un autre élément fort du film : le paysage nordique.


Un décor sans fin
Dans un environnement pareil, on sent une réelle mise en valeur du contexte glacial, avec des scènes contenant des plans et des jeux de lumières vraiment soignés. Visuellement, il faut le dire : c’est sublime ! Une fois arrivé à la dernière partie du film, fini le patinage, la conclusion s’approche. Malheureusement, une certaine amertume s’en fera sentir avec une fin assez rocambolesque, et peu convaincante, qui nous laissera sur notre faim.

Au final, "Black Crab" se termine avec un sentiment de frustration ressenti envers un scénario qui manque de contexte et de complexité. Pour autant, malgré ses points faibles, le long-métrage saura tout de même satisfaire avec son rythme soutenu, son visuel séduisant, et son idée originale. Un film, certes, vite oublié, mais qui n’en reste pas moins divertissant et agréable à regarder.


Tous nos contenus sur "Black Crab" Toutes les critiques de "Robin Hussong"

ça peut vous interesser

Cannes 2022 : En direct du festival

Rédaction

Sherlock Holmes 2 : Jeu Edition limitée SteelBook

Rédaction

Sherlock Holmes 2 : Edition limitée Steelbook

Rédaction