Netflix

Destin – La saga Winx : Un remake réussi

Par Sashah Hillairet


Mon enfance aura été bercée par les nombreuses aventures de Bloom, Stella, Flora, Techna, Musa et Leila ("Winx Club " est un dessin animé italien, créé par Iginio Straffi en 2004). Vous vous douterez certainement de mon enthousiasme fou en apprenant que Netflix avait adapté l’histoire de ces fées et de leurs acolytes sous la forme d’une série nommée "Destin : La saga Winx", le tout revisité par Brian Young.

C'est quoi cette série ?

Bloom est une jeune fille de 18 ans venant d’apprendre récemment qu’elle était dotée de pouvoirs magiques. Son arrivée à Alféa, une école destinée aux fées et aux spécialistes, des soldats surentraînés pour la guerre contre des créatures malfaisantes, ne se déroule pas sans encombre. Bloom y fait la connaissance de différentes fées qui font partie de sa colocation : Stella, Musa, Terra et Aïcha. Mais alors que tout semble bien se passer pour elle, Bloom va faire d’étonnantes découvertes sur son passé et sur la puissance de ses pouvoirs…

1 saison (en cours) - 6 épisodes - Avec Abigail Cowen, Hannah van der Westhuysen, Precious Mustapha

D’étonnants changements…

J’avoue avoir été bien septique quant aux nombreuses différences entre le dessin animé et son adaptation. Tout d’abord, les prénoms des fées Flora et Leila ont été transformés en Terra et Aïcha, le personnage de Techna n’apparaît pas dans le remake… Avant que la série ne sorte sur Netflix, de nombreux fans, ayant pris connaissance de ces changements, se sont exprimés de manière négative sur la question, ne comprenant pas vraiment les raisons de toutes ces différences.

En découvrant la série, nous nous rendons compte que ces différences sont bien plus nombreuses. Par exemple, le couple complexe Musa/Riven est remplacé par l’idylle que Musa vit avec Sam; les Trix, le trio de sorcières défiant constamment les Winx dans le dessin animé, sont remplacées par un personnage unique : Béatrix.

On remarque également que les traits de caractère de certains personnages ont été modifiés, voire transformés, comme celui de Stella, beaucoup plus amorale et désobligeante. Bloom est, quant à elle, plus virulente avec ses parents. Terra est très complexe et timorée, ce qui n’était pas le cas dans le dessin animé. Bon ou mauvais choix  ? On demeure partagé(e)s, mais la qualité du scénario va finalement faire pencher la balance.

netflix-destin-la-saga-winx1
Abigail Cowen, Eliot Salt, Elisha Applebaum, Hannah van der Westhuysen et Precious Mustapha - Copyright Jonathan Hession/Netflix
Un scénario réadapté

Ce n’est pas une surprise de voir que le scénariste de "Destin : La saga Winx", Brian Young, a travaillé sur la série fantastique "The Vampire Diaries", créée par Julie Plec et Kevin Williamson, et diffusée pour la première fois en 2009 sur la chaîne américaine The CW. "Destin : La saga Winx" a ainsi été adaptée au public qui regardait "Winx Club", c’est-à-dire de jeunes enfants, qui ont bien grandi depuis, et sont devenus de jeunes adultes… 

Alors comment réaliser un mélange adroit pour ce type de public ? À peu de choses près, le scénario tire les mêmes ficelles que des séries telle que "Riverdale" (créée par Roberto Aquirre-Sacasa et également disponible sur Netflix). La seule différence résidant dans les pouvoirs magiques des personnages et dans la présence de créatures tels les les démons. Une crainte potentielle était de redouter ue l’histoire soit un peu trop à l’eau de rose, mais l’écriture du scénario permet de présenter de vrais enjeux pour les protagonistes et leurs acolytes.

Un doublage réussi

D’habitude, je ne regarde que des séries en VO (voix originales), mais j’ai été intriguée par les voix de comédiens doubleurs que j’avais pu entendre dans la bande-annonce en langue française, car il me semblait en reconnaître quelques-unes. Je n’ai pas été déçue de le faire. Le studio de doublage n’est autre que le très connu « Dubbing Brothers » qui s’est souvent chargé du doublage de séries et de films Disney, Marvel, DC, mais aussi de nombreuses productions de Netflix.

Pour le rôle de Bloom, c’est Jessica Monceau (notamment connue pour être le pendant français de Shailene Woodley et Daisy Ridley) qui a repris le flambeau. Pour le rôle du formateur des spécialistes, Saul, c’est Stéphane Pouplard (doubleur attitré de Paul Wesley, John Krasinski et Tim Kang). Pour finir, le personnage de la directrice Farah Dowling est doublé par Marjorie Frantz (Cameron Diaz, Mila Kunis et Hilary Swank, c'est elle !). L’ensemble de ces voix très connues, et que nous entendons régulièrement, amène ainsi le spectateur à se sentir en terrain déjà familier lorsqu’il visionne cette série.

On ne sait pas encore si une deuxième saison de "Destin : La saga Winx" est officiellement envisagée. Comme il s’agit d’une « saga », on peut néanmoins deviner qu’une suite de la série sera prévue par Netflix, d’autant qu’au terme du dernier épisode et de la dernière scène, on peut imaginer que les scénaristes ont prévu de continuer à faire vivre ces personnages. En attendant cela, n’hésitez pas à regarder "Destin : La saga des Winx" pour vous en faire votre propre avis et peut-être vous-même souhaiter la sortie d’une autre saison !

ça peut vous interesser

La Fièvre du Samedi Soir : Musique et sociologie

Rédaction

30 jours max : Une comédie burlesque

Rédaction

Poly : Pour enfants, petits et grands

Rédaction