25 janvier 2022
Netflix

Don’t Look Up : Entre folie et désarroi

Par Sophie Chomel

 

"Don’t Look Up", le tout nouveau film de Adam Mckay est disponible sur la plate-forme de streaming, Netflix et, on peut le dire, c’est un beau cadeau !

Ce long-métrage suit deux protagonistes, le docteur Randall Mindy et son élève, une doctorante du nom de Kate Diabiasky. Ils sont tous deux témoins de l’arrivée prochaine d’une comète de 9 à 10 m de diamètre pouvant alors décimer l’ensemble de la population. Dans un récit satirique, accompagné par une poignée de bons acteurs, "Don’t Look Up" met en exergue certaines de nos vérités actuelles tout en recourant au comique.

La fin est proche

"Don’t Look Up", qui relève a priori du genre film-catastrophe, aborde la thématique de la fin du monde. Les deux protagonistes exposent, tant bien que mal, leur découverte aux plus riches qui n’en ont que faire. Le grand message du film est le suivant : le plus important dans notre société est l’argent. Car, comme vous le découvrirez, même après avoir compris et cerné l'imminence de la catastrophe, les dirigeants politiques et les élites économiques souhaitent lancer, après un premier échec, un projet de récupération de matériaux. Faire exploser la comète et en récupérer les pierres précieuses avec lesquelles elle est constituée.

Les responsables concernés incarnent une figure déjantée de cette désastreuse vérité. Ainsi, la présidente ne cherche-t-elle qu’à sauver son élection et en aucun cas les habitants de la Terre. Une élection présidentielle approche. C’est son statut qui lui paraît plus important que le sort de millions de gens. Ces proches conseillers, y compris son fils, sont sur la même longueur d'ondes. Ils ne sont que des ignorants imbus de leur personne.

Quel casting !

En tête d’affiche, nous pouvons retrouver Leonardo Dicaprio incarnant un personnage très différent de ce que l’on a déjà pu voir sur grand écran. Un docteur très découragé, timide et stressé. Il est accompagné de la sublime Jennifer Lawrence complètement métamorphosée. Elle est surprenante ! Son jeu se rapproche de celui vu dans "Hapiness Therapy". Ici, elle incarne la froideur, la bravoure, et le réalisme d’une jeune adulte rebelle.

critique-dot-look-up3
Cate Blanchett, Tyler Perry, Leonardo DiCaprio et Jennifer Lawrence - Copyright NIKO TAVERNISE/NETFLIX


À côté de ce superbe duo nous pouvons retrouver un mélange d’acteurs et actrices qui ne nous sont pas inconnus et pour cause. On pense plus particulièrement à Meryl Streep, marquante dans son rôle de la présidente complètement désintéressée par cette fin du monde. Elle est accompagnée par Jonah Hill qui joue son fils. N'oublions pas également Rob Morgan, Mark Rylance et Cate Blanchett. Cela dit, un constat s'impose : certains des comédiens ne sont pas assez exploités. Tel est le cas de Timothée Chalamet qui incarne un personnage intéressant. Pourtant, il n’apparaît qu’en deuxième partie du film. Après un succès tel que "Dune", on est attaché à l’acteur,. On souhaite donc plus le voir assez à l’écran et ce n’est pas le cas.

Le déni cosmique se fait attendre

Malgré une solide réalisation d'Adam Mckay, le rythme attendu pour un tel film n’est pas vraiment au rendez-vous. Pas d'ennui à l'horizon pour autant, mais l’impatience de la prochaine séquence a tendance à se changer parfois en attente. L’humour est bien dosé cela dit et c'est un bon point à souligner. En effet, c’est le côté comique qui prend le dessus sur la dénonciation. Un humour qui déstabilise et déroute le spectateur. Le public navigue-t-il ainsi entre rire et prise de conscience. Parallèlement, malgré les quelques reproches cités plus tôt, "Don’t Look Up" offre une véritable profondeur à son récit. C'est surement là que réside la force principale du film.

critique-dot-look-up4
Jennifer Lawrence, Leonardo DiCaprio et Rob Morgan (IV) - Copyright NIKO TAVERNISE/NETFLIX
Netflix a encore frappé !

Comme dans chacune de ses productions, Netflix ne se rate que très peu esthétiquement. Les illustrations de la comète sont soignées, et plutôt réalistes, ce qui permet une immersion dans cette potentielle catastrophe spatiale. La dernière séquence du film en est la pertinente illustration tant elle est majestueuse. L’utilisation des ralentis renforce la fatalité visible à l’écran. "Don’t Look Up" est finalement un film à double enjeu : faire rire le public en nous rappelant certaines des réalités que nous supportons aujourd'hui tout en éveillant nos consciences.


Tous nos contenus sur "Don’t Look Up"

Toutes les critiques de "Sophie Chomel"

ça peut vous interesser

Nightmare Alley : L’arnaqueur arnaqué

Rédaction

Don’t Look Up : Adam McKay revient sur terre

Rédaction

West Side Story : Une ode au réalisme

Rédaction