Netflix

Innocent : Un thriller d’une complexité fascinante

Par Clara Laine

Quatorze. C'est le nombre d'adaptations des romans écrits par Harlan Coben qui seront disponibles en exclusivité sur le catalogue Netflix. Pour l'instant, seuls trois d'entre eux ont vu le jour. Le dernier en date, "Innocent", est une mini-série de huit épisodes qui relate l'histoire de Mateo Vidal, un jeune homme d'une vingtaine d'années qui se retrouve malgré lui au cœur d'une bagarre en boîte de nuit et dont la vie bascule à ce moment-là : au cours de l'altercation, il tue accidentellement un autre étudiant et écope de quatre ans de prison.

C'est quoi cette série ?

Après avoir tué accidentellement un homme, il plonge dans une spirale tragique. Mais comme il retrouve enfin amour et liberté, un coup de fil vient raviver son cauchemar.

1 saison - 8 épisodes - Avec Mario CasasAura GarridoAlexandra Jiménez


Un début de scénario relativement classique, donc pour "Innocent". Pourtant, vous auriez tort de vous fier à ce synopsis et d'en conclure (un peu trop rapidement) qu'Innocent surfe sur les tendances actuelles et ne propose que du réchauffé. Le réalisateur espagnol Oriol Paulo se distingue grâce à ce thriller sous forme de poupées russes : prostitution, vengeance, suicide, notion de mal et de bien, parentalité, violences sexuelles, problématiques de couple, honte... Les thèmes sont profonds et pas des plus joyeux : pour autant, cette ambiance sombre n'entrave pas l'aspect addictif de cette fiction qui se déroule en Espagne (contrairement au roman qui situe l'intrigue aux USA). En ce qui me concerne, je dois avouer que le visionnage s'est révélé tantôt pénible, tantôt palpitant.

Pourquoi pénible ? Parce que les images sont crues, parce que les scènes de violence sont éprouvantes à visionner, parce que la construction de la série met notre patience à rude épreuve (accrochez-vous notamment au début du deuxième épisode), parce que les personnages se multiplient au point de parfois nous perdre, parce que les intrigues secondaires s'entremêlent avec une enquête principale qui manque déjà de clarté et parce qu'en plus, on perd nos repères à chaque début d'épisode dans la mesure où on adopte à chaque fois le point de vue d'un nouveau protagoniste.

netflix-innocent1
Mario Casas - Copyright Quim Vives/Netflix

Pour autant, il serait dommage de ne pas persévérer : il y a quelque chose de magique à voir les pièces du puzzle s'assembler au fur et à mesure et surtout, chacun sait combien il est jouissif de deviner avec un temps d'avance l'issue d'une intrigue, surtout lorsque cette dernière est à ce point alambiquée ! Parce que oui, je persiste malgré tout : attendez-vous à un scénario qui va vous faire des nœuds au cerveau et à des séquences qui vous donneront des haut-le-cœur.

Mais alors, pourquoi palpitant, me direz-vous ? Disons que la richesse, pour ne pas dire l'imbroglio de la trame narrative comporte l'avantage considérable qu'il est difficile de s'ennuyer : une fois que l'on s'est attaché aux personnages (ce qui est relativement facile au vu des performances d'acteurs de Mario Casas et Aura Garrido), impossible de les lâcher avant d'avoir une preuve tangible qu'ils obtiendront réparation (encore que la définition d' « obtenir réparation » évolue au fur et à mesure que de nouveaux éléments émergent). Dès lors, binger n'est plus une option : qu'est-ce que huit heures de notre vie face à la possibilité d'assouvir notre curiosité avec laquelle Oriol Paulo prend un malin plaisir à jouer tout au long de la série ?

Enfin, dernier argument convaincant : l'épisode final de la série "Innocent" vous donnera TOUTES les réponses que vous attendiez depuis le début. Oui oui, vous avez bien lu : pas de cliffhanger au programme ! Et sincèrement, ça fait du bien de terminer sur un générique sans ressentir la moindre trace de frustration : on peut clore définitivement le chapitre dans notre tête sans pester intérieurement contre le réalisateur. Alors, n'hésitez pas : si vous cherchez un programme haletant, si vous n'avez pas peur de vous triturer un peu les méninges et surtout, si vous aimez le concept de thriller choral foncez découvrir cette mini-série ! Le risque que vous soyez déçu équivaut à peu prés à celui de retrouver un monde sans covid d'ici 2022... Autant vous dire que les statistiques jouent en votre faveur !

ça peut vous interesser

Suzanna Andlers : Du pathos lent-goureux

Rédaction

Petite maman : Un charme déconcertant

Rédaction

Sky Rojo : Un shot de violence acidulé

Rédaction