Netflix Séries

Jessica Jones avec Krysten Ritter sur Netflix : c’est fini !

PLUS DE JESSICA JONES SUR NETFLIX !

serie-jessica-jones-2
Krysten Ritter

Après "Daredevil", et avant "Luke Cage" et "Iron Fist", les aventures de cette détective privée aux pouvoirs surnaturels préfiguraient l'alléchante mini-série "The Defenders" où les quatre super-héros auront été réunis (en 2017).

A priori, cette série partait avec quelques handicaps. En premier lieu, Miss Jones, même si elle occupe une place de plus en plus importante dans l'univers Marvel, n'en reste pas moins un personnage relativement secondaire.

Moins charismatique que certaines de ses consœurs, elle est apparue, en 2001 pour sa première aventure, dans l'éphémère série "Alias" et reste par conséquent un personnage récent.

Créé par Brian Michael Bendis, un des plus grands auteurs de comics, ce personnage possède au regard de sa « jeunesse » un vécu et une mythologie très faibles vis-à-vis d'autres super-héroïnes qui arpentent les rues américaines depuis plus de cinquante ans.

Le deuxième handicap de cette seconde livraison Netflix, aura été inévitablement son passage après la superbe série "Daredevil" dont les éloges méritées résonnent encore sur la toile.

Trahis par les adaptations cinématographiques de plus en plus décevantes (dont malheureusement "Avengers : L'Ere d'Ultron" aura été l'exemple type), les fans de l'éditeur Marvel, qui ont vu leur moyenne d'âge largement augmenter ces dernières années, se retrouvèrent dans cette série adulte qui voyait son personnage principal correspondre parfaitement à son modèle de papier.

Suivre cette œuvre, qui étonna par son absence d'aseptisation, ainsi que par la qualité haut-de-gamme de son traitement, semblait une charge trop importante pour les épaules de la « frêle » Jessica.

Enfin le casting alloué à cette série semblait être un point supplémentaire qui pouvait anticiper une légère déception. Embauchée comme scénariste, Melissa Rosenberg arrivait sur le projet avec, à son actif, un travail peu acclamé sur la saga "Twilight" c'est le moins que l'on puisse dire.

Engagée comme actrice principale, Krysten Ritter ne possédait guère de références en dehors de son rôle remarqué de petite amie de Jesse Pinkman sur "Breaking Bad". Seule les présences de David ("Dr Who") Tennant et de Carrie-Anne Moss (Trinity dans "Matrix") résonnaient comme un sérieux motif d'espoir….

serie-jessica-jones-3
Toutefois, malgré un a priori négatif, vous l'avez compris, en trois saisons (la 3ème devant être programmée par Netflix cette année) "Jessica Jones" aura profité de tous les ingrédients réunis pour être une belle réussite : clarté des intrigues, mise en situation simple et efficace, travail poussé dans le traitement de la multitude de personnages, etc. Les qualités de cette série sont nombreuses.

Remplie de personnages secondaires fouillés (mention spéciale évidemment au terrifiant David Tennant), "Jessica Jones" reste néanmoins portée par son actrice principale dont l'interprétation laisse parfaitement percevoir les traumas de son personnage.

Violente, agressive, alcoolique ! Le tableau dépeint de cette Bad Ass urbaine qui squatte le même quartier (Hell's kitchen) que le casse-cou aveugle ne semble toutefois correspondre au tableau que l'on dresse idéalement d'un héros capable de défendre la veuve et l'orphelin.

Spectatrice impuissante de sa vie qu'elle voit partir en lambeaux, Jessica Jones n'est en rien l'archétype du super-héros bienveillant, ou conciliant, capable de voler au secours des plus faibles d'entre nous.

Munie de pouvoirs qu'elle utilise avec parcimonie, elle se contraint à une vie empreinte de normalité afin d'échapper aux crimes qu'elle a commis sous l'influence de l'Homme-pourpre, un être malfaisant capable de contrôler tous les esprits.

Au début de la série, psychiquement torturée, Jessica Jones se remet difficilement des actes illégaux perpétrés sous l'emprise de son geôlier mental. Culpabilité, remords et mauvaise conscience constituent alors son quotidien devenu particulièrement morose.

Lorsque ce criminel qu'elle pensait mort refait surface, son monde s'écroule et Jessica ne pense qu'à fuir. Contrainte moralement de rester, elle entreprend alors de se venger de son violeur psychique.

Parfaitement scénarisée et interprétée, cette série s'imposa, avec sa consœur "Daredevil", comme le summum de l'adaptation de comics. Plus cérébrale et moins spectaculaire toutefois que son aîné, elle démontrait l'importance qu'avait prise Netflix dans la production télévisuelle actuelle.

Malheureusement, on vient d'apprendre que la rupture entre Netflix et Marvel est désormais consommée. Plus de "Jessica Jones", ni de "Punisher" par la même occasion. Avant un retour sur une nouvelle plate-formée gérée par Disney cette fois ?

Fabrice Simon

ça peut vous interesser

Ben Affleck : Un acteur qui veut redevenir bankable

Rédaction

Ton Fils de Miguel Ángel Vivas

Rédaction

Le Magazine des Séries : 02 mars 2019

Rédaction