Netflix

Loin du périph : Le choc des poulets

Par François Bour


Loin du Périph, c’est le retour d’un duo qui a convaincu près de deux millions de spectateurs il y a dix ans. Omar Sy et Laurent Laffite se sont connus « De l’autre côté du périph », Netflix leur a proposé des retrouvailles en montagne. Une nouvelle enquête toujours dans le même registre du buddy movie, mais plus spectaculaire. Le periph parisien a presque traversé l'Atlantique.

Omar Sy a beau vivre à Los Angeles et être internationalement connu, Netflix n’a pas délocalisé le periph parisien aux état unis. "Loin du Periph" n’est pas un remake américain mais bien une suite directe du film « De l’autre côté du périph ». On y retrouve donc les deux flics que tout opposait il y a dix ans avant de devenir amis. Depuis chacun a suivi sa route. Tous deux ont évolué, ou pas. D’ailleurs pourquoi changer une recette qui a fonctionné. Il suffit juste d'un ajouter une dose de trash et une grosse pincée d'action à l'américaine.

Omar Sy et Laurent Laffite font (toujours) lit commun

Une enquête va donc être l’occasion de reformé ce duo improbable. Le scénario prend racine sur l’angle des sujets engagés et d’actualité. Au lendemain d’une élection présidentielle, la caméra se pose dans une petite ville des Alpes. Le Maire est le leader de l’extrême-droite française. Le nationalisme s’affiche partout y compris dans le nom des commerces. C’est là qu’Ousmane et François vont aller de surprises en rebondissements.

Alors ce fameux « tandem de choc » au cœur de « Loin du périh » est sans aucun doute le principal atout du film. Les deux personnages sont, en effet, biens écrits. Car si les deux acteurs n’ont pas à feinter leur évidente complicité, elle est facilitée par leurs personnages. Le flic à la carrière exemplaire bien qu’un peu chien fou d'un coté. De l'autre, le collègue hyper rigide et imbu de lui-même qui se prend pour un super flic sans en être un. C’est dans leur différence que leur relation est la plus intéressante, c’est la source de la comédie du film. C’est ce qui fonctionne. Que ce soit dans des situations un peu gênantes ou des dialogues décalés. Dans les nombreuses incompréhensions aussi. Il n’y a pas à dire, ceux-là ce sont trouvés, au point d’avoir l’habitude de dormir ensemble.

netflix-loin-periph1
Laurent Lafitte et Omar Sy - Copyright Netflix
Le sur-classement américain

Alors oui les deux personnages sont restés presque les mêmes. Pour autant, il fallait bien apporter une nouveauté dans « Loin du Périph » par rapport au premier volet. Qui plus est pour une production Netflix. La nouveauté à un nom, celui de Louis Leterrier. Petit rappel : C’est un réalisateur français qui a dans sa filmographie deux volets de la saga « Le Transporteur » mais aussi « Danny The Dog », « Le Choc des Titans », « Insaisissables ». Sans oublier trois épisodes de la série « Lupin ». Oui, le cinéaste connait Omar Sy et oui, c’est un peu plus près d’hollywood que vient s’installer « Loin du périph ». C’est donc dans la réalisation et dans l’action spectaculaire que cette comédie d’action française tente de se rapprocher du « buddy movie » à l’américaine.

Alors que Mark Wahlberg ou Dwayne Johnson en sont deux des acteurs privilégiés, il faut quand même reconnaitre que le savoir-faire français est quelque peu différent. C’est d’ailleurs sur ce point que « Loin du Périph » parait superficiel. En effet, la réalisation sur vitaminé, dopée par exemples par des poursuites explosives et un montage dynamique ne colle pas vraiment avec le ton du duo. La débauche de moyens est louable, mais ne constitue pas une véritable valeur ajoutée autour des deux personnages principaux. Omar Sy à de la carrure, certes, mais ce n’est pas The Rock. Les scènes de baston semblent peu crédibles. Enfin, explosions et poursuites doivent être pertinentes. Ici, c’est juste un artifice autour du duo.

« Loin du périph » est une bonne comédie française. Avec un duo efficace aussi bien dans le scénario que face à la caméra. Netflix a voulu copier une fabrication « Made in US » dans la volonté de transposer le savoir-faire français en « buddy movie ». Ce n'est pas la meilleure idée, mais le film reste plaisant à regarder.

ça peut vous interesser

Les Aventuriers des Salles Obscures : 16 avril 2022

Rédaction

GoldenEye : Un vrai gamin ce james

Rédaction

The Contractor : Contrat précaire

Rédaction