Netflix

Lupin : Loupé !

Par Christophe Dordain

 

Il y a 25 ans, la vie du jeune Assane Diop est bouleversée lorsque son père meurt après avoir été accusé d'un crime qu'il n'a pas commis. Aujourd’hui, Assane va s'inspirer de son héros, Arsène Lupin - Gentleman Cambrioleur, pour le venger…

C'est quoi cette série ?
Il y a 25 ans, la vie du jeune Assane Diop est bouleversée lorsque son père meurt après avoir été accusé d'un crime qu'il n'a pas commis. Aujourd’hui, Assane va s'inspirer de son héros, Arsène Lupin - Gentleman Cambrioleur, pour le venger…
Saison 1 - 5 épisodes - Avec Omar Sy, Ludivine Sagnier, Clotilde Hesme


Mais quelle mouche a donc piqué les créateurs de la série "Lupin", le nouveau programme-phare proposé par Netflix et développé en partenariat avec Gaumont ? Telle est la légitime réaction que l'on peut avoir en découvrant le premier épisode. Certes, il ne s'agit pas en la circonstance de tomber dans le piège d'une télé-nostalgie de mauvais aloi, mais il est bien difficile d'oublier la version des années 70 face à cette variation moderne sur le mythe d’Arsène Lupin. Librement inspiré de l'oeuvre littéraire de Maurice Leblanc est-il écrit ? Le générique de "Lupin" fait bien de le rappeler.

En guise de préliminaire, évacuons tout de suite les polémiques nauséabondes qui se sont développées çà et là en apprenant que le comédien Omar Sy allait reprendre le rôle principal. Certes, on sait que le choix d'Omar Sy a suscité une profonde acrimonie de la part d'un certain public, mais se serait-on posé la question dans le cadre d'une adaptation à l'américaine avec Denzel Washington ou Jamie Foxx ? Non ! Alors demeurons sérieux et concentrés sur notre sujet...

"Lupin" est une série qui dérape en toute beauté, car la série est visuellement agréable, en se transformant en une sorte de blockbuster reflet de notre époque. Bien évidemment, la mini-série offre son lot de scènes d’action dont une jolie poursuite en voitures qui finit en apocalypse à la sauce égyptienne (vous comprendrez en voyant le premier épisode); bien évidemment, les moyens mis en oeuvre sont conséquents; bien évidemment, le casting est solide (cela fait plaisir de retrouver Ludivine Sagnier ainsi que Nicole Garcia) et Omar Sy s'en sort avec les honneurs en personnage obsédé par les aventures du gentleman cambrioleur imaginées par Maurice Leblanc. Et pourtant... De trop nombreux et rédhibitoires défauts parsèment cette relecture du mythe Lupin.

En son temps, Georges Descrières, l'ancien sociétaire de la Comédie-Française, avait su connaître un immense succès au petit écran en interprétant avec panache et haute tenue le héros de Maurice Leblanc dans une série diffusée au début des années 70 sur la 2ème chaîne de l'ORTF et qui, encore aujourd'hui, demeure reconnue comme une réussite du genre. Ses aventures ponctuées par de nombreuses escarmouches avec le policier Bouchard (magistral Roger Carel) avait enchanté le public de la France pompidolienne. Alors Omar Sy se hisse-t-il au niveau de son illustre prédécesseur ? Oui et non serait-on tenté de répondre. La "cool attitude" qu'il met en avant pour "Lupin", aussi sympathique soit-elle au premier abord, et qui peut rappeler par instants celle de Georges Descrières, semble ici hors-sujet dans cette version modernisée. Fallait-il la jouer plus badass ? Un avatar de Lupin en plus méchant en somme ? La question mérite d'être posée.

Qui plus est, et le constat est sans appel pour le coup, "Lupin" est une série qui manque diablement de rythme, car c'est bien là que réside l'un des autres défauts majeurs de la série en plus d'un héros trop peu convaincant : des intrigues se développant à une vitesse bien trop lente et dont la structure est parfois décousue à l'image du premier épisode. Louis Leterrier (tel Jean-Paul Salomé et son "Arsène Lupin" avec Romain Duris) tombe dans le piège d'une mise en scène peu tonique. Voilà qui est quand même étonnant de la part de quelqu'un qui a commis jadis un honorable "Insaisissable". On fera la preuve de moins de mansuétude pour "L'Incroyable Hulk" (tiens, encore une adaptation d'une série télévisée).

Au fond, on finit par se demander si la référence à l'oeuvre de Maurice Leblanc ne devient pas trop pesante. Car, entendons-nous bien, Omar Sy n'est pas Arsène Lupin, mais bel et bien un informaticien surdoué, vivant dans un confortable appartement parisien, amateur de costumes de bonne coupe et qui, à travers les récits de l'écrivain, va trouver des clés pour accomplir sa vengeance personnelle. Pourquoi ne pas avoir tout simplement inventé un héros nouveau, débarrassé de références qui finissent par devenir handicapantes ? De surcroît, le caractère trop prévisible du scénario de cette mini-série, observation que l'on peut faire dès le premier épisode, doublé du manque d'enjeux scénaristiques forts font de "Lupin" un divertissement, certes classieux, mais parfois à la limite de l'ennuyeux. Dommage !

ça peut vous interesser

La Une est à Vous : 20 avril 1974

Rédaction

La Une est à Vous : Guide des épisodes saison 1

Rédaction

La Une est à Vous : 13 Avril 1974

Rédaction