16 octobre 2021
En Une Netflix

Maid : Ode à la résilience

Par Clara Lefèvre-Manond


Tirée des mémoires de la journaliste Stephanie Land, Maid : Hard Work, Low Pay, and a Mother’s Will to Survive, la mini-série "Maid" a fait son entrée dans le catalogue Netflix en octobre 2021. Cette création originale met en lumière les difficultés que peut rencontrer une mère célibataire. Mais que vaut vraiment la mini-série ? Est-ce un drame stéréotypé ? Ou au contraire, une mise abyme réaliste ?

C'est quoi cette série ?

"Maid" est l’adaptation d’une histoire vraie, celle de Stephanie Land, qui raconte l’histoire d’Alex, une mère célibataire en proie à des difficultés financières et émotionnelles, qui décide de devenir femme de ménage pour subvenir à ses besoins et ceux de sa fille.

1 saison (en cours) - 10 épisodes - Avec Billy Burke, Andie MacDowell, Margaret Qualley

Dans "Maid", il est rapide de constater qu’Alex mène un combat contre la vie et contre la société. Un constat amer, rageant et touchant pour le spectateur. Touchant, car nous savons que tout cela est tiré d’une histoire vraie et qu’il en existe des milliers qui vivent la même chose. Amer et rageante, car on suppose de facto, qu’Alex est alcoolique, droguée ou même sortie de prison pour se retrouver dans une telle situation. Comme s’il fallait impérativement avoir un problème avec des substances illicites ou avoir commis un crime pour être en situation de précarité.

Maid ou le combat et la résilience

Certaines séquences sont rudes et brutales, comme le fait de supposer qu’une femme de ménage ne sait pas lire, ou de voir une mère qui ne peut qu’offrir le siège arrière de sa voiture comme lit à son enfant. Il est aussi douloureux de découvrir le passé d’Alex et la situation de sa mère, Paula.

Mais, "Maid", c’est aussi une ode à la liberté et à la résilience. Car Alex ne se démonte pas, elle se bat bec et ongles pour subvenir aux besoins de sa fille, trouver des solutions, si bien qu’elle se découvre une force, qu’elle-même ne se soupçonnait pas.

netflix-maid2
Margaret Qualley et Rylea Nevaeh Whittet - Copyright Ricardo Hubbs/Netflix

"Maid" aborde les questions des violences conjugales, les problèmes financiers et les stéréotypes/préjugés auxquels peuvent être confrontées les mères célibataires. La mini-série interroge également le spectateur sur l’idée que l’on se fait de la violence conjugale. Est-il nécessaire qu’un coup soit forcément porté pour être une femme battue ? La réponse est évidemment non. Mais elle n’est pas évidente pour tout le monde (y compris Alex) et encore moins pour l’État dans lequel résident les protagonistes. La série illustre aussi la sororité, notamment au refuge pour femmes battues, mais aussi les relations entre mères et filles, tant dans la relation qu’Alex a avec sa mère, que celle d’Alex et sa propre fille, Maddy.

Ce que "Maid" a de meilleur ? La façon dont la série transmet le thème de la pauvreté, et tous les sujets sociaux qui peuvent s’y rapprocher. On comprend malheureusement bien vite, que si Alex était née dans un milieu plus aisé, les opportunités seraient plus nombreuses.

Une première création réussie avec brio

Bien qu’il s’agisse de sa toute première création, la scénariste, Molly Smith Metzler a réussi sa mission avec brio. Cela n’a rien d’étonnant lorsque l’on connaît son pedigree : "Shameless", "Orange is the New Black" ou encore "Casual". Des drames avec une pointe d’humour acerbe, dont se réclame également "Maid", notamment grâce à la narration en voix-off déconcertante ou des séquences « d’imagination » du personnage principal.

Côté réalisation, c’est une femme également qui tire les ficelles : Maggie Betts. Qui brille également dans son domaine. L’insert de flashback ou de séquence « imagination », viennent rythmer les épisodes de la mini-série.

netflix-maid1
Nick Robinson - Copyright RICARDO HUBBS/NETFLIX

Il faut aussi souligner, la bande originale de "Maid" qui vaut sérieusement le détour et qui s’ajoute à la qualité de la série, comme : Up From A Dream de Haim, Don’t Stop Me Now de Queen ou encore Something Like Summer de Caveboy.

Une réunion mère/fille, jusqu’au casting !

Le rôle principal a été confié à Margaret Qualley. Nouvelle coqueluche du cinéma indépendant américain, elle a été révélée par "The Leftovers" et récemment vue chez Quentin Tarantino ("Once Upon a Time… in Hollywood"). Son interprétation du rôle est d’une justesse qui rend le récit encore plus poignant. Margaret Qualley donne pour la première fois, la réplique à Andie MacDowell, sa mère, qui joue le rôle de Paula, la mère d’Alex. Une réunion mère/fille dans la série que dans le casting !

On retrouve également Billy Burke ("Twilight", "La Faille") dans le rôle du père d’Alex et Nick Robinson ("Bodyguard", "Jurassic World"), qui interprète l’ex-compagnon d’Alex, Sean.

Pour résumé, Maid est une série dramatique poignante et pertinente. Le récit d’une mère en difficulté et son combat est aussi juste que beau, il est aussi une leçon. Maid est l’exemple même qu’une série sans intrigue bourrée d’action et de rebondissement peut être un réel succès. Les dix épisodes se dévorent rapidement, ils nous montrent une réalité brutale, crue, qui est nécessaire pour comprendre les difficultés qu’affrontent les mères célibataires au quotidien. Une série à regarder sans modération, disponible sur Netflix.

ça peut vous interesser

Deserter Pursuit : Gare aux déserteurs !

Rédaction

Nick Robinson : Que devient Simon ?

Rédaction

Bartkowiak : Un bon film d’action, mais sans surprise

Rédaction