Netflix

Narcos avec Wagner Moura, Boyd Holbrook, Pedro Pascal

NARCOS

2015)

À la tête du cartel de Medellin, Pablo Escobar est le plus célèbre trafiquant de drogue des années Son organisation criminelle qui domine le marché mondial de la cocaïne est impitoyablement pourchassée par les agents de DEA (Drug Enforcement Administration) et par les autorités colombiennes. Deux agents de la DEA, Steve Murphy et Javier Peña, participent en Colombie à cette lutte contre le cartel et à la traque de Pablo Escobar.


De "L'Homme qui tua Liberty Valence", sublime western de John Ford, la petite histoire du cinéma retient surtout la phrase suivante : « Quand la légende est plus belle que la réalité, imprimez la légende ». Concernant Pablo Escobar, célèbre trafiquant de drogue colombien, nul besoin d'imprimer la légende ! Celui qui sert de modèle à la très intéressante série "Narcos", diffusée sur Netflix depuis le 28 août dernier, possédait une vie suffisamment remplie de situations dantesques pour qu'elle semble relever du domaine de l'irréel.

Pablo Emilio Escobar Gaviria est né le 01 décembre 1949 à Rionegro, ville du Sud de la Colombie. Trafiquant de cocaïne à la tête du trop fameux cartel de Medellin, il reste une figure du grand banditisme des années 80. Se présentant comme un Robin des Bois moderne, il tenta même d'entrer en politique avant que ses affaires criminelles ne le rattrapent. Il est abattu par la police colombienne en décembre 1993 après avoir notamment fait construire une citadelle imprenable en plein cœur de la jungle sud-américaine.

Mais ces quelques lignes ne suffisent pas à représenter la « légende » qu'était Pablo Escobar. Personnage de cinéma idéal, il a déjà inspiré quelques films (par exemple "Blow" de Ted Demme ou "Paradise Lost" de Andrea Di Stefano), des documentaires (dont l'excellent "The Two Escobar" de Jeff et Michael Zimbalist) et même une série télé colombienne ("Pablo Escobar: el patrón del mal" qui date de 2012). Et parfois, avec ce type de personnage, la réalité dépasse la fiction.


D'ailleurs, dans un souci de crédibilité, les scénaristes de la série "Narcos" ont gommé de nombreuses situations qu'ils jugeaient impossibles bien qu'elles eurent été vécues par ce personnage haut en couleurs. Toutefois, attention ! La grande force de cette série, toute en essayant de comprendre les motivations d'Escobar, c'est de ne jamais tomber dans une idolâtrie béate voire malsaine. Car le Escobar de "Narcos" est un criminel de la pire espèce. Éradiquant chaque menace, homme politique ou policier, d'un revers de la main, exécutant des anciens alliés de sang froid ou même posant une bombe dans un avion surbooké, Pablo Escobar est une ordure ultime, le genre d'anti-héros que le public adore tant il révèle nos plus bas instincts. Inspiré de faits réels, la série raconte sa traque par deux agents de la DEA ayant existé et participé au scénario final de cette œuvre télévisuelle.

Intégrant de nombreuses images d'archives, "Narcos" possède une volonté documentaire que contre-balance l'aspect irréel de certaines situation. Portée par ce scénario solide, cette série possède également un casting à l'avenant. Si Boyd Holbrook peut paraître légèrement tendre, ces partenaires crèvent littéralement l'écran. L'acteur brésilien Wagner Moura campe un Pablo Escabor excessivement crédible et Pedro Pascal, qui avait déjà illuminé la saison 4 de "Game of Thrones", interprète magistralement un agent de la DEA d'aspect désinvolte, mais obnubilé par l'arrestation de son ennemi.

Cependant, l'immense réussite de cette série, malgré une baisse de qualité compréhensible en milieu de saison, provient indéniablement de sa réalisation au sommet duquel trône le réalisateur brésilien José Padhila. Découvert par son diptyque d'action, "Troupe d'élite", puis vampirisé par Hollywood (avec le remake de "Robocop"), Padhila est un cinéaste talentueux sachant parfaitement intégrer des scènes d'actions brillamment réalisées dans des récits complexes.

Visuellement superbes, les deux premiers épisodes de la série qu'il a réalisés imposent dès lors un standard que ses collègues suivent pour la plus grand joie du téléspectateur. Mélange de drame, de rire, d'action mais également de romance, "Narcos" devient alors, par ce parfait dosage, une des séries phares de la rentrée et indéniablement, une œuvre à regarder.

Bénéficiant donc de toutes les qualités d'une énorme série, elle vient d'obtenir le droit à une deuxième livraison, prévue l'année prochaine sur Netflix. Cette dernière devenant alors, par son impressionnant catalogue de séries, l'un des acteurs majeurs de la création télévisuelle.

Fabrice Simon

ça peut vous interesser

Cobra Kaï : Saison 3

Rédaction

Mank : Le grand retour de David Fincher

Rédaction

Cobra Kaï : Karate Kid en mode inversé

Rédaction