2 décembre 2020
Netflix

Social Distance : La série confinée à ne pas louper

Par Clara Lefèvre-Manond

Produite, tournée et montée pendant la quarantaine aux États-Unis, on ne peut pas faire plus d’actualité avec "Social Distance". Composée de huit épisodes, la série a été mise en ligne mi-octobre sur Netflix. Retour sur une agréable surprise, où l’on peut vraiment s’identifier aux personnages.


De quoi ça parle ?

La fiction a déjà rattrapé la réalité. Alors que nous sommes confinés et soumis à la distanciation sociale depuis quelques mois, Netflix s’est inspiré de la situation globale pour nous proposer une série d’anthologie. À chaque épisode, on retrouve des protagonistes différents alors qu’ils font face à la quarantaine et l’éloignement avec leurs proches.


De quoi sourire et faire réfléchir

On aurait tendance à se dire « oh non, on vient déjà de subir un confinement, on commence peine le deuxième, ce n’est pas pour revivre le premier ! ». Et pourtant… Créée par Hilary Weisman Graham et Jenji Kohan ("Weeds", "Orange Is The New Black"), "Social Distance", c’est la série qui vous comprend. Les épisodes illustrent comment nous avons repensé nos moyens de communication avec nos proches et les difficultés qui en découlent.

Les épisodes sont courts et nous font entrer dans l’intimité des personnages durant leur confinement, de la fin du mois de mars à la fin du mois de mai. On va alors assister à des funérailles en ligne, à la drague online de deux ados. Tous s’en remettent à la technologie pour maintenir le contact avec les amis, la famille ou même un groupe de soutien, comme on peut le voir lors de l’épisode 1. Aborder les relations humaines sous cet angle, enfin, comme nous les vivons actuellement, pousse à réfléchir. Car Social Distance ne s’arrête pas là.

netflix-social-distance1
Les créatrices ne se sont pas seulement appuyées sur la pandémie actuelle, mais sur tous les sujets sociaux qui ont affecté le monde ces derniers mois, et ici aux États-Unis. On va, par exemple, assister à un vif échange entre deux hommes Afro-Américains sur la mort brutale de George Floyd et le mouvement Black Lives Matter. Ou encore au dilemme conjugal d’une travailleuse médicale retournée au front pour prêter main-forte à ses collègues. Les échanges entre les protagonistes nous font aussi réfléchir.

Un tournage différent au style réussit

Tournée essentiellement via webcams et caméras du quotidien (caméra de surveillance), cette manière de produire le contenu visuel de la série, s’impose comme un style réussi. Une réponse à la fois artistique et sanitaire, car les acteurs ne sont, au final, pas croisés.

Bien que l’ensemble du projet se soit fait à distance, nous n’avons pas l’impression d’assister à un brouillon réalisé en toute hâte pour nous vendre un contenu tendance actuelle. Bien au contraire, les discours sont réfléchis, bien pensés et la qualité visuelle est irréprochable dans ces circonstances. Car oui, rappelons-le, les zoomcall ne sont pas imités, tout cela est bien réel. On se doute que tout cela n’a pas dû être simple à réaliser, mais le résultat est bluffant.

Les acteurs ont tourné eux-mêmes et fait appel à leur famille pour des rôles secondaires, mieux l’épisode 6 réunit un vrai couple (Becky Ann et Dylan Baker), puisque confinement oblige ! Tout le casting est à saluer. Les acteurs sont généreux, ils nous donnent le sourire, l’envie de continuer et de quoi réfléchir. Et en plus, on ne retrouve pas n’importe qui : Mike Colter (Luke Cage), Danielle Brooks (OITNB)

"Social Distance", est un petit bijou passé inaperçu. Netflix ne s’est pas trompé. Il est rare de voir des séries où tous, nous pouvons nous identifier aux personnages et à leur vécu, c’est maintenant chose faite. La série nous rebooste, et ne capitalise absolument pas sur la tendance actuelle (même si techniquement… un peu, on le sent pas une seule seconde). En bref, "Social Distance" est une série à ne surtout pas louper, qui devrait séduire toutes les tranches d’âge. Allez, foncez et promis, vous ne le regretterez pas.

ça peut vous interesser

Ava : Futur carton ou gros flop ?

Rédaction

The Undoing : Mais qui diable est le coupable ?

Rédaction

Pourquoi aimons-nous autant les films de Noël ?

Rédaction