Netflix

The Dig : Une belle découverte

Par Fantine Descard

Six ans après la sortie de "The Daughter" (2015), le réalisateur/scénariste Simon Stone revient sur le devant de la scène en réalisant "The Dig", disponible sur Netflix. Ce drame historique met en scène le livre du même nom de John Preston, une histoire basée sur des faits réels : la découverte en Angleterre de Sutton Hoo, un site archéologique ayant dévoilé en 1939 un bateau funéraire datant de « l’Âge Sombre » anglo-saxon.

Durant presque deux heures, nous plongeons au cœur de la fabuleuse histoire de Basil Brown (Ralph Fiennes), archéologue amateur engagé par Edith Pretty (Carey Mulligan), riche veuve, afin de faire des fouilles sur ses nombreuses terres aux alentours de Woodbridge. Ensemble, ils font une découverte d’intérêt national attisant la curiosité de beaucoup, notamment le British Museum.

Entre guerre et paix

Prenant place en 1939, les événements racontés dans "The Dig" sont discrètement, mais profondément, influencés par l’arrivée imminente de la Seconde Guerre mondiale en Angleterre et dans le reste de l’Europe. Il est très intéressant de remarquer le paradoxe alors présent dans le film : toutes ces personnes essaient de comprendre une découverte venant du passé alors que leur avenir est plus incertain que jamais. On ne voit pas la guerre dans The Dig, on la ressent. Et lorsqu’on l’oublie enfin, elle nous est rappelée par une lettre de recrutement, ou par un avion dans le ciel.

Des performances poignantes

"The Dig" nous fait découvrir le monde de l’archéologie. Si vous ne connaissez pas bien ce domaine, ce film est une occasion rêvée pour en apprendre plus sur les méthodes utilisées, les étapes d’une fouille ou encore la rivalité au sein du projet.

netflix-the-dig1
Carey Mulligan et Ralph Fiennes - Copyrights Netflix

Le film présente l’archéologie de manière très touchante à travers des personnages avides. En effet, Ralph Fiennes, Carey Mulligan et bien d’autres délivrent des performances attachantes qui nous attrapent grâce à la passion que chacun dégage et qui transperce l’écran. Très vite, chaque découverte est aussi excitante pour Basil Brown et son équipe que pour le spectateur !

Une esthétique harmonieuse

Visuellement, "The Dig" est simple, mais redoutablement efficace ! La majorité des plans sont filmés à la main, ce qui donne cet aspect rustique et naturel que l’on attend de la campagne anglaise à cette époque. Le film est assez homogène dans sa palette de couleurs et présente différents tons de marron, vert et beige, rendant splendides les plans larges sur les paysages anglais.

Pour la musique, Stefan Gregory a opté pour des pièces de musique classique. Ce choix donne un charme phénoménal au film et amène une dimension nostalgique. Quand ces mélodies ne guident pas les pas des archéologues, ce sont les chants des oiseaux, le souffle du vent, le courant d’une rivière ou encore le bourdonnement des premiers avions de guerre qui les accompagnent.

Simon Stone présente une histoire dont on ne parle que (trop) peu sur une majestueuse découverte. Ses personnages captivants et son esthétique élégante nous transportent dans le monde de l’archéologie dont on ne veut plus ressortir. Séduisant et passionnant, "The Dig" nous laisse avec une évidente soif d’exploration !

ça peut vous interesser

Promising Young Woman : Une savoureuse revanche

Rédaction

I Care A Lot : Une comédie sombre réussie

Rédaction

We are who we are : Retour sur la série

Rédaction