16 octobre 2021
En Une Netflix

The Guilty : Un remake en tête à tête

Par François Bour

"The Guilty" version Netflix est une adaptation américaine d'un thriller danois sorti au cinéma en 2018. Un huis-clos au coeur du centre d'appel d'urgence de Los Angeles. Un tête à tête entre un opérateur et les spectateurs. Une vraie performance d'acteur.

Joe est un homme brisé. Un flic en colère. Un père complètement perdu. C'est aussi l'opérateur 625 du centre d'appel. Il répond aux nombreux appels au fameux "911". Un service ordinaire au bureau, c'est donc de répondre à la détresse des californiens. Pas simple. Surtout pour Joe. L'homme est en pleine séparation, il doit passer au tribunal le lendemain et il est là par obligation. C'est un flic de terrain, il n'attend qu'une chose : Pouvoir retourner en patrouille. Jusqu'à l'appel d'une femme kidnappée. Le policier va tout faire pour la retrouver de là où il est. Avec ses moyens, c'est à dire le téléphone. "The Guilty" sur Netflix, c'est ça.

Un thriller en huis-clos

Il n'est pas question ici d'évoquer la version danoise de "The Guilty". Parce qu'il s'agit ici d'un huis-clos dont la seule comparaison se limiterait à la performance des deux acteurs. Ce thriller, en effet, un peu particulier. "The Guilty", version Netflix comme la version originale, est un long-métrage qui ne repose que sur un personnage. Joe l'opérateur qui se démène pour garder le contact téléphonique d'une manière ou d'une autre avec une femme kidnappée.

Dès lors, le spectateur se retrouve non seulement face à un huis-clos mais surtout face à un tête à tête avec l'opérateur. Difficile pour Antoine Fuqua, le réalisateur des deux "Equalizer", d'avoir une grande marge de manoeuvre. Il se contente de filmer son acteur, le plus souvent de très près. Les décors se limitent à 3 pièces, en dehors d'un seul plan extérieur de quelques secondes. C'est simple, tout repose sur Jake Gyllenhaal. Le rythme, l'intensité du thriller repose sur sa prestation.

Jake Gyllenhaal en gros plan

Au poker, c'est ce qui s'appelle faire tapis. All-in sur Jake Gyllenhaal. "The Guilty" version Netflix prend un certain risque. La plateforme américaine a l'habitude de construire ses créations sur un acteur hollywoodien. Thriller ou film d'action. Ici la méthode est la même mais le pari est plus risqué car il n'y a aucune autre distraction autour de l'acteur. Il y a ces interlocuteurs au téléphone et lui. Et le spectateur. Le pari réside donc dans la capacité de l'acteur à incarner son personnage, pour capter l'attention du spectateur. Dès lors, il n'y a qu'à évoquer la performance de Jake Gyllenhaal. Il faut reconnaitre à l'américain une certaine audace.

Après "Spider-Man : Far from home", le voici en gros plan dans la peau d'un personnage instable, au bord de l'explosion en permanence. Un rôle qui semble lourd à porter. Tant le personnage de Joe repose sur l'interprétation d'émotions. Le stress, la peur, la colère, la tristesse. Des facettes que l'acteur parvient à incarner. Oui la performance d'acteur est bien là mais seul le spectateur suffisamment réceptif à ce seul élément pourra pleinement entrer dans le film

"The Guilty" sur Netflix est un thriller atypique. Un parfait client pour les starters qui n'iront pas au bout ou qui utiliseront l'avance rapide. Il faut, en effet, savoir entrer dans l'histoire par le seul véhicule du jeu d'un acteur. C'est sur lui que repose un récit cette bien construit mais de fait ultra dépendant à la relation entre Jake et les spectateurs. Jake est coupable d'une performance d'acteur, "The Guilty" sur Netflix, ce n'est que ça.

ça peut vous interesser

Eiffel : Le symbole de l’amour

Rédaction

Mourir peut attendre : Diviser pour mieux régner

Rédaction

Infinite : Mais où est Highlander ?

Rédaction