13 juillet 2020
Netflix

The Last Day of American Crime : Un bon film Netflix ?

Par Clara Lefèvre-Manond

"The Last Day of American Crime" est le nouveau long-métrage du français Olivier Megaton, sorti vendredi dernier sur Netflix. Basé sur le roman graphique éponyme de Rick Remender et Greg Tocchini, on pouvait y voir un film prometteur grâce à sa bande annonce. Mais est-ce vraiment le cas ? Retour sur le nouveau film made in Netflix mélangeant action et thriller.

De quoi ça parle ?

Dans un futur proche, le gouvernement américain a trouvé LA solution pour lutter contre le crime : utiliser un signal sonore pour rendre impossible le moindre acte illégal. Mesure douteuse, le gouvernement décide alors de détourner l’attention de ces concitoyens en mettant en place un système de cartes monétaires digitales rechargeables grâce à des stations spécialisées. Un criminel de haut vol, Graham Brick, décide de monter le casse du siècle pour dévaliser une de ces stations. Mais il découvre vite le plan préparé par le gouvernement, il a alors une semaine pour commettre son délit avant que le signal anti-crime ne soit mis en place.

the-last-day-of-american-crime-film-netflix-2
Edgar Ramirez
C’était presque ça… ou pas

On voulait y croire, synopsis intriguant, bande annonce prometteuse et Olivier Megaton à la réalisation ("Taken 2")… mais ce n’était qu’une illusion. Il nous faut pas plus de 30 minutes pour décrocher. Après une scène de torture bien sympathique, on retrouve tous les clichés du film d’action : violences, armes, sang, fille sexy, drogue et scène de sexe dans un lieu bien crade. Le tout mixé dans une mise en scène tout autant laborieuse. Visuellement, la photographie nous laisse coi. Mais pas dans un sens positif ! Là aussi, on ne voit rien d’extraordinaire. Ce qui rend "The Last of American Crime" encore plus creux.

Et autant ne pas mentionner les dialogues qui sont d’une platitude et d’une nullité qui friserait presque le ridicule. C’est peut-être pour ça que l’on ne parvient pas à se prendre d’affection pour les protagonistes… d’ailleurs eux aussi souffrent de terribles clichés : le fils d’un caïd qui veut se faire bien voir (tout est relatif pour un malfrat), le héros qui a perdu son frère en prison, la femme badass super sexy et reine du combat… Bref, on s’ennuie. Et ça risque d’être long.

the-last-day-of-american-crime-film-netflix-3
Michael Pitt
Bien trop longuet

Il faut le vouloir pour tenir les 2h30 de film ! Ce qui est une erreur pour un film d’action comme celui-ci. Ce n’est pas "Pulp Fiction" ou "Reservoir Dogs" (n’est pas Tarantino qui veut). Mais le pire dans tout cela, c’est qu’au final la bande annonce en révélait bien trop sur le film. On devine tout très vite, il n’y a pas d’effet de surprise. "The Last of American Crime", c’est du sang et de la castagne à gogo sans rebondissements spécifiques. Autant résumé cela à 2h30 de supplice. Il est indéniable qu’il y a un problème dans le scénario. Résumer les trois volumes du roman graphique de Rick Remender et Greg Tocchini a été laborieux pour les scénaristes.

Ultime remarque : "The Last of American Crime" semble faire écho à l’actualité. C’est à se demander si c’est fait exprès. En effet, le long-métrage nous emmène aux États-Unis où le pays a sombré dans une dictature policière, tendance qui est actuellement décriée par de nombreux manifestants à la suite du décès de George Floyd. Toutefois, "The Last of American Crime" n’est pas pour autant un succès. Olivier Megaton, qui pourtant est maître dans l’art du film d’action de ce type, s’est complètement planté avec cette production Netflix. L’énergie que l’on ressent les premières minutes s’estompe très rapidement, ce qui est bien dommage car, pour une fois, c’était presque ça...

ça peut vous interesser

Frères de Sang : Un Spike Lee mineur

Rédaction

Frères de Sang : Black Live Matter

Rédaction

Balle Perdue avec Nicolas Duvauchelle

Rédaction