Netflix

Toujours là pour toi : Du feel good pas si good

Par Clara Laine

Firefly Lane (Toujours là pour toi) est une nouvelle série adaptée d'une œuvre littéraire. Avec en vedette Katherine Heigl (Greys Anatomy, Suits) et Sarah Chalke (Scrubs), cette série relate l'histoire d’une amitié à partir d'une recette copiée sur des séries des années 90.

C'est quoi cette série ?


Sur trente ans, les hauts et les bas de Kate et Tully qui, depuis l'adolescence, sont meilleures amies et se soutiennent dans les bons comme les mauvais moments. Un jour, une trahison impensable est commise, leur belle amitié vole en éclats. Pourront-elles se réconcilier ?

1 saison (en cours) - 10 épisodes - Avec Katherine Heigl, Sarah Chalke, Ben Lawson

Ce serait mentir que d’écrire que j’ai eu du mal à aller au bout de cette série : "Toujours là pour toi", même si ça a un petit goût de réchauffé, c’est une histoire bourrée de charme qui se laisse regarder avec plaisir. Cependant, je n’ai pu m’empêcher de ressentir un petit élan de culpabilité en constatant à quel point je m’étais laissée prendre au jeu.

Non pas que l’idée d’avoir un coup de cœur pour une histoire si classique me rebute : au contraire, faire la promotion d’une série légère, intelligente et pleine de good vibes, ça n’aurait pas été pour me déplaire, surtout vu la période actuelle… Malheureusement, un de ces trois adjectifs manque cruellement à l’appel : si l’ambiance qui règne dans "Toujours là pour toi" est plutôt savoureuse, le moins que l’on puisse dire, c’est que côté réflexion, c’est loin d’être un pari réussi…

netflix-toujours-la-pour-toi2
Katherine Heigl et Sarah Chalke - Copyright Netflix

Vous allez peut-être me dire qu’il ne faut pas s’attendre à trop de profondeur en voyant l’affiche et en lisant le synopsis et je vous accorde volontiers que j’ai tendance à placer la barre un peu haute. Toutefois, si je ne suis absolument pas contre l’idée de débrancher mon cerveau le temps de dix épisodes, j’admets que j’ai dû mal à laisser passer une telle glorification des relations toxiques…

Pourtant, je veux bien faire preuve de bonne volonté. Je veux bien reconnaître que le duo Katherine Heigl/Sarah Chalke fonctionne à merveille. Je veux bien admettre que le pathos est un élément incontournable de ce genre de séries. Je veux bien aussi accepter que le scénariste parte du principe que le spectateur attende qu’on lui vende du rêve.

Mais là, c’est trop. Si j’étais tombée sur cette histoire à 12 ans, je n’ai aucun doute sur le fait que j’aurais bingé tous les épisodes et que j’aurais secrètement rêvé de vivre un jour l’amitié qui unit Kate et Tully. Heureusement, j’ai un peu plus de recul aujourd’hui et c’est ce qui me permet d’émettre cette réserve : si "Toujours là pour toi" a l’effet d’un chocolat chaud sur le moral, gardez bien à l’esprit que son propos est, sinon problématique, au moins largement discutable.

Certes, les efforts sont là et les problèmes rencontrés par les protagonistes ne sont pas tous de l’ordre de « je me suis cassé un ongle », heureusement : l’homosexualité, le deuil, le tabou qui règne autour des fausses couches, la tromperie, la complexité d’un couple, le viol, la peur du célibat, la dépendance affective… Tous ces sujets sont effleurés avec plus ou moins de justesse, mais ils ont au moins le mérite d’être mentionnés.

Impossible, donc, de reprocher à Toujours là pour toi d’avoir la profondeur d’une piscine gonflable : mais impossible non plus de ne pas déplorer son manque cruel d’épaisseur.

netflix-toujours-la-pour-toi1
Katherine Heigl et Sarah Chalke - Copyright Netflix

Mention spéciale tout de même aux actrices Ali Skovbye et Roan Curtis qui incarnent Kate et Tully lorsque ces dernières sont adolescentes. Je n’ai trouvé aucune fausse note à leur performance ; les deux jeunes filles sont aussi attachantes que crédibles. Un bon point également pour la BO désespérément clichée, mais qui ravira les plus nostalgiques d’entre nous. Enfin, j’ai été plutôt convaincue par le parti pris des flash-backs : trois époques sont représentées au sein de chaque épisode et, si c’est un peu perturbant au début, on adhère rapidement au principe. C’est d’ailleurs probablement ce qui sauve la série : faute d’originalité, on se rattrape avec un bon rythme.

Concernant la performance de Katherine Heigl, très décriée par les journaux aux États-Unis, je suis plutôt partagée : elle ne m’a pas insupportée (ce qui, au regard du personnage qu’elle incarne, est déjà un exploit), mais il est vrai qu’il y avait un côté « je me contemple jouer » un peu agaçant. Heureusement que la pétulance naturelle de Sarah Chalke venait contrebalancer cette impression…

Pour conclure, je ne vous déconseille pas formellement de vous poser devant "Toujours là pour toi" emmitouflé dans votre plus beau pyjama : c’est le genre de recette dans le style « Friends » qui a déjà prouvé son efficacité par le passé. Toutefois, ne vous attendez pas à autre chose que du réchauffé. Pour débrancher votre cerveau, c’est parfait, mais une fois que vous aurez enclenché de nouveau le bouton « on », vous risquez fortement de regretter d’avoir perdu dix heures de votre vie.

ça peut vous interesser

L’Ultimo Paradiso : Un paradis sombre et élégant

Rédaction

Pieces Of A Woman : Vous réduira en miettes

Rédaction

Après toi le chaos : Une série addictive

Rédaction