28 octobre 2020
Netflix

Warrior Nun : Une série pas très catholique

Par Clara Lefèvre-Manond

Warrior Nun, c’est la nouvelle série fantastique Netflix. Au programme : des démons, des nonnes ninjas et le sempiternel combat entre le bien et le mal. Développée par Simon Barry et inspiré d’un comic book des années 90. Après la bande-annonce, on se disait que ça allait être notre péché mignon de l’été… Mais que vaut vraiment "Warrior Nun" ?

C'est quoi cette série ?
Une jeune femme (Ava) dans la vingtaine, orpheline, se réveille vivante à la morgue avec un artefact implanté dans le dos. Elle va vite découvrir ses supers pouvoirs, mais surtout qu’elle est maintenant membre d’un ordre ancien qui a pour mission de combattre les démons sur Terre.
Saison 1 - 10 épisodes - Avec Alba Baptista, Toya Turner, Lorena Andrea

Des dialogues plats mais quelques bonnes idées 
Sur le papier, le synopsis de "Warrior Nun" donne envie, on se dit pourquoi pas, ça à l’air loufoque. Mais malheureusement l’envie s’estompe rapidement…

Le premier épisode peine à convaincre, le rythme est lent, il ne se passe pas grand chose. Il faut attendre les dernières minutes de l’épisode deux pour obtenir un peu d’action et l’envie de continuer directement la suite. Mais pour autant, après plusieurs épisodes, le rythme de la série est toujours lent. Peut-être que la platitude des dialogues en est la raison principale. Les personnages ont l’air dénué de tout bon sens. Parfois la voix off d’Ava (Alba Baptista) apporte un petit peu de piquant dans les dialogues et peut nous faire rire ou sourire.

netflix-warrior-nun2
Kristina Tonteri et Young, Olivia Delcán -Copyright Netflix
On retrouve aussi beaucoup de questions qui existent depuis la nuit des temps, telles le combat entre le bien et le mal, ou les relations entre la science et la religion. En ce sens, la série affiche des idées convaincantes et plutôt réalistes. "Warrior Nun", c’est surtout une série survitaminée, franchement des nonnes ninjas devraient suffire à comprendre pourquoi. Le scénario part un peu dans tous les sens. On s’ennuie beaucoup devant l’épisode 1 et la plupart du deuxième, les premiers combats sont risibles, ça court à droite et à gauche. Bon, pour ce qui est des combats, ça s’améliore au fil des épisodes et nous offre des scènes plutôt sympas.

Dans la série, chacun décide du chemin qu’il veut prendre, entre Ava qui ne veut pas se retrouver piégée dans le rôle de l’élue (et bon il y a de quoi la comprendre, mais je ne vous spoil pas promis) ou encore soeur Mary qui veut défendre son ancienne boss. Bref, le scénario est un mix de 36 intrigues qui nous fait dire que les scénaristes devaient être en roue libre au moment de la production. Au final, il n’y a rien de très religieux dans cette histoire, mis à part l’Ordre de l’Épée Cruciforme.

netflix-warrior-nun1
Alba Baptista, Kristina Tonteri-Young, Lorena Andrea, Olivia Delcán et Toya Turner - Copyright Netflix

La recette miracle de Netflix
Le casting est presque exclusivement féminin, enfin oui il y a des hommes mais ce ne sont pas eux les têtes d’affiches. C’est aussi un casting inconnu pour nous les Français. On retrouve la jeune Portugaise Alba Baptista dans le rôle d’Ava, star nationale, elle connaît ses débuts sur la scène internationale avec cette production Netflix. Ou encore Thekla Reuten, actrice internationale que l’on a déjà pu voir dans "Red Sparrow".

Cela étant dit, "Warrior Nun" c’est encore de la recette 100% Netflix pour appâter le chaland, et surtout les adolescents. On mélange, des jeunes gens plutôt mignons, une histoire d’amour, un peu de rebelle attitude et une intrigue dramatique et hop le tour est joué ! "Warrior Nun", ce n’est pas complètement nul, ça se regarde, ça reste intéressant, mais c’est bien moins prometteur que ce qui nous est vendu avec la bande-annonce, comme c’est souvent le cas avec les productions Netflix depuis plusieurs années maintenant…

ça peut vous interesser

Le Jeu de la Dame : L’histoire d’une prodige des échecs

Rédaction

Les Sept de Chicago : Un procès rocambolesque

Rédaction

Ryan Murphy : La coqueluche de tous les écrans

Rédaction