Netflix

White Lines : Meurtre à Ibiza

Par Clara Lefèvre-Manond

White Lines c’est le nouveau bébé d’Álex Pina, le créateur de "La Casa de Papel". Apparemment très attendue, la série a fait sa sortie sur la plateforme Netflix vendredi 15 mai. Avec "White Lines" en route pour Ibiza où il ne règne pas que le « sea sex & sun »… Retour sur la série.

C'est quoi cette série ?
Le corps du jeune DJ Alex Walker disparu 20 ans plus tôt, est retrouvé dans le désert espagnol. Sa sœur, Zoe, décide alors de se rendre à Ibiza, là où son frère a été vu pour la dernière fois, afin de savoir ce qui s’est passé. Mais tout ne va pas se passer pas comme elle l’espérait...
Saison 1 - 10 épisodes - Avec Laura Haddock, Tom Rhys Harries, Daniel Mays

Un thriller léger et excitant 
Autant le dire de suite, "White Lines" n’est pas la série de l’année, mais pourtant vous aller adorer la regarder. "La Casa de Papel", d’Álex Pina est connue aussi pour ses plot twists, révélations et péripéties, où parfois le spectateur peut se perdre. Avec "White Lines", le créateur fait toujours appel aux flashbacks et aux rebondissements pour accentuer le suspens, mais à (beaucoup) plus petite dose. Ce qui permet de poser un cadre, les personnages et de donner une ambiance. Ce qui rend du coup l’épisode 1 un peu longuet… Aussi, certaines scènes sont un peu brutes de décoffrage comme celle où Zoé se retrouve, comme par hasard, au même endroit que l’homme de main d’une grande famille. Ce sont quelques petites erreurs ou grossièretés qui font de "White Lines" un thriller sympa à regarder mais sans plus. Pour autant, on sent bien que derrière tout cela, l’écriture de la série a été faite pour haranguer les foules.

Le mystère est ce qui tout nous tient en haleine du début à la fin. On y va de nos pronostics : « c’est lui qui l’a tué ! », « ah non c’est elle ! », « à moins que ça ne soit eux ? ». La manière dont Pina a construit son scénario, rend obligatoire le suspense et la tension liés à cette affaire de meurtre. Mais qui diable a bien pu assassiner ce jeune DJ ? La révélation ne se produit qu’à l’épisode final, mais avec un peu de flair on trouve nos suspects bien avant l’épisode 8 (je ne veux pas vous spoiler, mais je le sentais gros comme une maison !).

netflix-white-lines1
Laura Haddock - Copyright Netflix

Le cliché d’Ibiza et de ses nuits torrides
Quand on vous parle d’Ibiza vous pensez forcément : soleil, boîte de nuit et David Guetta. Et bien avec "White Lines" vous serez servi(e)s. Ajoutez à cela une bonne dose de sexe et de drogue et le tour est joué ! Les critères d’une série à succès aujourd’hui ? Peut-être…. Mais soyons honnêtes, quand on regarde la série pendant le confinement, on ne peut que jalouser tous ces fêtards qui profitent de la mer, du soleil et d’un paysage époustouflant.

À propos des paysages, la série n’a pas été tournée à Ibiza, mais aux Baléares, courant été 2019. Ahhhh ! Comme la vie devait être belle pour les acteurs ! D’ailleurs on le voit très bien, qu’au fil des épisodes, ils nous paraissent de plus en plus bronzés… Comme quoi, ils n’ont pas fait que travailler !


Gros bonus pour Daniel Mays et Tom Rhys Harries
Première série en anglais pour Álex Pina, avec un casting international. Zoe Walker est interprétée par Laura Haddock, qui est très convaincante dans son rôle de soeur en quête de la vérité mais aussi en quête d’elle-même. On retrouve aussi Juan Diego Botto, que l’on a déjà vu jouer outre-Atlantique dans "Good Behavior" notamment. Toutefois, les deux acteurs qui se démarquent le plus dans la série sont Tom Rhys Harries et Daniel Mays.

Le premier joue le rôle d’Alex Walker. Sa présence à beau être éphémère dans la série puisqu’il joue uniquement (enfin presque) dans les flashbacks, Tom Rhys Harries nous bluffe. Son jeu d’acteur est juste et convaincant. On éprouve divers sentiments pour lui au fur et à mesure que l’on avance dans les épisodes.

Mais c’est Daniel Mays qui est le plus épatant. Déjà il nous fait mourir de rire, mais c’est la sensibilité de son personnage qui est d’autant plus touchante. Daniel Mays joue son rôle de DJ dépassé avec brio. Tous les gestes, toutes les mimiques de l’acteur, le rendent d’autant plus crédible.

En bref "White Lines", c’est le thriller de l’été. Rien d’incroyable mais une échappée très agréable. Pour le moment, la série ne compte qu’une seule saison à son actif, et si on ne voyait pas de saison 2, ça ne serait absolument pas grave au vu de la fin du dernier épisode. Justement, une saison 2 serait peut-être la saison de trop….

ça peut vous interesser

Stateless : Un bouleversant drame australien

Rédaction

La révolution féministe au cinéma

Rédaction

Warrior Nun : Une série pas très catholique

Rédaction