22 septembre 2019
News

Jurassic World : Une nouvelle ère

Colin Trevorrow, réalisateur de Jurassic World (quatrième opus de la franchise initiée par Steven Spielberg en 1993 avec Jurassic Park) a récemment confié au Magasine Empire quelques éclaircissements concernant les nouveautés à l'honneur dans le premier trailer dévoilé il y a peu et qui déchaine les réactions.


Jurassic World, on le sait à présent, montrera un parc ouvert au public et totalement fonctionnel, avec ses attractions, ses restaurants, et bien évidemment, ses dinosaures, soit le rêve de John Hammond enfin concrétisé. Il ne s'agira pas pour autant d'une simple resucée du premier film !


« Il n'y a rien dans le film qui n'ait été suggéré dans les romans de Michael Crichton » affirmait Trevorrow pour calmer les fans inquiets. Une assertion, qui aussi rassurante qu'elle soit ne met pas fin à l'interminable flot des réactions suite à la découverte du trailer. La première inquiétude concerne cet hybride créé de toute pièce par les scientifiques du Jurassic World et qui va bien entendu jouer un rôle majeur dans le chaos qui va fatalement ravager le parc :


« J'aimerai vraiment pouvoir en dire le moins possible (…). On ne manque pas de « vrais » dinosaures impressionnants, nous aurions pu repeupler le parc de nouvelles espèces qui n'étaient pas dans les films précédents. Mais cette nouvelle création est ce qui me donne une raison de raconter une nouvelle version de Jurassic Park. Nous avons devant les yeux les créatures les plus fabuleuses et les plus redoutables que la terre ait connue, mais étrangement, ça n'est pas assez. Nous sommes toujours dans l'attente de quelque chose de nouveau, et ceux qui tirent profit de cette attente cherchent avant tout à la satisfaire. » 


Il est vrai qu'au-delà de son statut de chef d'œuvre, Jurassic  Park ne propose aujourd'hui plus rien dont toute grosse production ne soit capable, et Trevorrow semble faire l'analogie entre le public des salles obscures et celui du Jurassic World :  


« Et si les gens s'étaient déjà fait à l'idée ? On imaginait un ado qui enverrait des sms à sa copine en tournant le dos à un T.Rex (…) Cette image pour nous représentait totalement ce que le public ressent devant les films eux-mêmes : « On a déjà vu des dinosaures. Vous avez quoi d'autre ? »


Evasif à propos de la bête, Trevorrow rappelle : « Il n'est pas le seul danger, loin de là ! ».  Est-ce à dire que le Tyrannosaure sera de la partie ? Réponse « Et Comment ! »


Mais l'idée d'un animal plus gros que le T.Rex s'accorde aussi avec la première incursion dans la franchise d'une créature marine, le Mosasaure, star de la bande annonce qui renvoie le Bruce des Dents de la Mer au placard !


« L'idée à fait surface lors des premières réunions. Je ne savais pas si Steven (Spielberg) et Frank (Marshall) avaient songé à un reptile marin, alors j'ai suggéré l'idée du Mosasaure. J'ai pensé que ce serait cool d'avoir un animal aussi imposant pour lequel l'un des plus grands prédateurs actuels ne serait que nourriture. Il pourrait y avoir tout un laboratoire de clonage dédié à la production en masse de requins pour nourrir la bête. C'est une idée folle, mais je suis à l'aise sur la route de Folie-ville, j'y ai vécu étant gosse : les enfants ont cette créativité sans borne que j'envie ! »


Concernant enfin les raptors qu'on s'étonnera peut-être de ne pas voir reprendre leur rôle initial, le réalisateur apporte des précisions, évoquant en même temps le rôle de Chris Pratt :


« La relation entre Owen et les raptors est complexe. Ils ne sont pas amis ! Ces animaux sont imprévisibles et dangereux, ils vous sautent à la gorge au moindre faux-mouvement. Mais il y a aujourd'hui des hommes et des femmes qui ont forgé des liens ténus avec de grands prédateurs actuels. C'est un terrain qui m'intéresse particulièrement. »


Et qui nous intéresse aussi ! Malgré toutes les inquiétudes que suscitent ces éléments nouveaux, reconnaissons, à la vue des premières images, que Trevorrow ne fait aucunement insulte au sens de l'émerveillement spielbergien qui donnait à Jurassic Park sont souffle ébouriffant ! Verdict le 10 juin 2015 !



Propos traduits par Gabriel Carton

Source : http://www.empireonline.com/news/story.asp?NID=42864

ça peut vous interesser

L’homme qui rétrécit de Jack Arnold : Trop petit mon ami

Rédaction

Good Boys : Plutôt de vilains garçons ?

Rédaction

Tarantula de Jack Arnold : Arachnophobes s’abstenir !

Rédaction