23 septembre 2019
News

Les aventures de Rabbi Jacob avec Louis de Funès

LES AVENTURES DE RABBI JACOB

Sortie en version restaurée 4k

Le 10 juillet 2019

Distribué par Carlotta Films

film-les-aventures-de-rabbi-jacob-2

SYNOPSIS

Dans "Les Aventures de Rabbi Jacob" , Victor Pivert, homme d’affaires irascible et foncièrement xénophobe, se rend à Paris pour le mariage de sa fille. Victime d’un accident de la route sans gravité, il entre dans une usine de chewing-gum pour trouver du secours.

Là, il croise le chemin de dangereux terroristes qui s’apprêtent à éliminer un leader révolutionnaire nommé Slimane. Celui-ci parvient à s’échapper aux côtés de Victor Pivert. Les deux hommes gagnent l’aéroport d’Orly, bientôt suivis par leurs ravisseurs. Pour leur échapper, ils n’auront d’autre choix que de se déguiser en rabbins.

Pivert est alors pris pour Rabbi Jacob, sommité new-yorkaise attendue en grande pompe par la communauté juive de la rue des Rosiers…


A PROPOS DU FILM

Parmi les collaborations marquantes du cinéma français, celle du réalisateur Gérard Oury et de l’acteur Louis de Funès se hisse en tête du classement. En seulement quatre films, le duo aura marqué à jamais l’histoire de la comédie hexagonale avec "Le Corniaud" (1965), "La Grande Vadrouille" (1966), "La Folie des grandeurs" (1972) et bien sûr "Les Aventures de Rabbi Jacob" (1973), leur plus grand succès public et critique (7,3 millions d’entrées en salles !).

Pourtant, il fallait oser faire un film mettant en scène des juifs orthodoxes, des catholiques réactionnaires et des Arabes en plein règlement de comptes – pour ne rien arranger, le film sortit douze jours après le déclenchement de la guerre du Kippour.

À l’instar de Charlie Chaplin avec "Le Dictateur" (1940) et d’Ernst Lubitsch avec "To Be or Not to Be" (1942), Gérard Oury part d’un sujet sensible et grave – le racisme et l’antisémitisme – et s’en sert comme d’une arme… au service de la comédie.

Les péripéties rocambolesques de Victor Pivert, cet industriel réactionnaire et fier de l’être, évoquent tout autant les grands maîtres du burlesque américain (Laurel et Hardy, Mack Sennett, Buster Keaton) que les vaudevilles à la Feydeau. Car si les intentions de Gérard Oury sont claires dès le départ – dénoncer le racisme et toute forme de préjugés –, c’est uniquement par le rire qu’il souhaite s’y prendre, dans une pure optique de divertissement.

Outre ses gags fusant de toute part et ses répliques devenues culte écrites par Gérard Oury et sa fille Danièle Thompson ("Le code a changé", "Des gens qui s'embrassent", "Cézanne et moi"), "Les Aventures de Rabbi Jacob" ne serait pas entré dans la légende sans son interprète de génie, l’immense Louis de Funès, mais aussi ses seconds rôles savoureux (Henri Guybet/Salomon, Marcel Dalio/le vrai Rabbi Jacob ou Claude Giraud/Slimane).

Toujours aussi drôle 46 ans après sa sortie, le film de Gérard Oury reste l’une des rares comédies françaises à avoir su toucher toutes les générations et tous les milieux. À voir et revoir dans sa nouvelle restauration 4K !

ça peut vous interesser

Le Dindon : Le théâtre au cinéma, ça marche ?

Rédaction

Christine de John Carpenter

Rédaction

Exposition Gérard Oury à Lille : Il est l’or !

Rédaction