7 décembre 2019
News

Milos Forman : ses oeuvres de jeunesse

MILOS FORMAN

4 oeuvres de jeunesse au cinéma dès le 20 Novembre 2019

Distribué par Carlotta Films

Milos Forman naît en 1932 à Čáslav, en Tchécoslovaquie. Passionné par le théâtre depuis sa plus tendre enfance, il entre en 1950 à la FAMU, l’école de cinéma de Prague, en section scénario. À ses côtés se trouvent son ami de lycée et futur coscénariste Ivan Passer (qui deviendra lui-même réalisateur) et le futur chef opérateur Miroslav Ondricek, qui signera la photo de presque tous ses films.

Cette école, «îlot de liberté en plein cœur du régime communiste» selon Forman, formera cette nouvelle génération de cinéastes dite de la Nouvelle Vague, qui fera une entrée fracassante sur la scène cinématographique tchèque au début des années 1960 avec les premiers films de Věra Chytilová ("Something Different", 1963), Jan Nemec ("Les Diamants de la nuit", 1964), Jirí Menzel ("Trains étroitement surveillés", 1965) et Ivan Passer ("Éclairage intime", 1965).

Dès 1963 avec la sortie de ses premiers moyens-métrages, regroupés dans le programme "L’Audition", et de son premier long-métrage "L’As de pique", Milos Forman devient le chef de file de ce mouvement et son plus célèbre représentant. En rupture totale avec l’esthétique du réalisme socialiste, le jeune Tchèque prend pour héros de ses films des personnages ordinaires montrés dans la vie de tous les jours, sans didactisme ni portée moralisatrice.

En brouillant la frontière entre fiction et documentaire, Forman veut que ses spectateurs se reconnaissent dans les personnages. Son choix de mélanger acteurs professionnels et amateurs, son goût pour la semi-improvisation (le cinéaste ne donnait jamais de scénario à ses interprètes) et ses tournages en décors réels,caméra à l’épaule, l’ont souvent rapproché du néo-réalisme italien et de la Nouvelle Vague française, appliquant le principe de cinéma-vérité. Car Milos Forman souhaite, à travers ses premiers films, livrer une vision authentique de la jeunesse, alors totalement inédite à l’époque.

milos-forman-2
Ce regard si singulier, où la musique occupe une place essentielle, fera le sel de ses deux premiers longs-métrages, les sensibles et mordants "L’As de pique" et "Les Amours d’une blonde". Son dernier film tchèque, la comédie satirique "Au feu, les pompiers !", sera comme un cri de liberté dans les ténèbres pragoises et conduira à l’exil de son réalisateur.

Présent en France durant les manifestations de Mai 1968, notamment à Cannes –il retirera son film de la sélection par solidarité avec le mouvement, contribuant à l’arrêt prématuré du festival –, ce sera à Paris qu’il apprendra trois mois plus tard l’arrivée des chars russes à Prague et qu’il décidera de partir s’installer aux États-Unis. "Taking Off", son premier film outre-Atlantique coécrit avec Jean-Claude Carrière, reste encore largement inspiré par ses œuvres tchèques, avec sa peinture de la jeunesse américaine et l’exploration musicale de la période hippie.

Le triomphe arrivera en 1975 avec "Vol au-dessus d’un nid de coucou" (produit par Michael Douglas) et ses cinq Oscars. Désormais naturalisé américain, Milos Forman n’abandonnera pas pour autant les thèmes de prédilection de sa période tchèque: de la comédie musicale "Hair" (1979) à "Man on the Moon" (1999) en passant par "Amadeus" (1984), il ne cessera d’interroger le monde du spectacle et ses illusions, et de portraiturer la jeunesse et les personnages d’insoumis.

(Sources consultées : dossier de presse).

ça peut vous interesser

Concours Bluray et DVD : Cartouche avec Jean-Paul Belmondo

Rédaction

Vampire, vous avez dire vampire ? de Tom Holland

Rédaction

Ozu en 20 films !

Rédaction