26 novembre 2020
News

Sean Connery : 1930-2020

Immense acteur populaire, élu acteur britannique préféré des américains, anobli par la Reine en 2000, Sean Connery fut un des plus grands fervents défenseurs d’une Ecosse libre et indépendante. C’est donc non sans fierté qu’il portera le kilt traditionnel lors de sa présentation devant la Reine. Toutefois, et avant tout, pour le grand public, il demeurera l'incroyable acteur recto du verso du 007 de Ian Fleming.

En plus de 50 ans de carrière, Sean Connery aura tourné plus de 74 films accompagnant ses rôles avec cet accent écossais si particulier liant les prononciations des « s » en « che », des « yes » en « yech ». Ce visage unique, ce regard enjôleur ; un rien peu espiègle ; mais tout aussi profond et percutant et cette barbe poivre et sel de ses derniers films projette la gente féminine dans des états seconds.

Des films-phares viennent immédiatement à notre mémoire tel "La colline des hommes perdus" et, comme pour ne plus être prisonnier de son rôle étouffant de 007, il tournera le méconnu "Zardoz" avec John Boorman, mais aussi les aventures de "L’Homme qui voulut être roi" du grand John Huston, puis "Le Lion et le Vent", réalisé par John Millius. Et comment ne pas oublier, bien plus tard, le papa d'Indiana Jones dans "Indiana Jones et la Dernière Croisade" ? Cependant, au début des années 60, il avait rencontré Tippie Hedren dans "Pas de Printemps pour Marnie", sous les bons offices libidineux du père Hitchcock. Sean Connery était sur sa lancée...

Et pourtant il vient de si loin, tout comme les autre Cogney des bords de la Tamise : Sir Charles Chaplin et Sir Alfred Hitchcock. Ils viennent de la banlieue de Londres que rien ne pardonne si ce n’est qu’aux nantis. Les riches n’aiment pas les pauvres mais les pauvres admirent toujours les riches, triste constat. Alors Sean Connery va travailler d’arrache-pied pour gravir marche après marche les lumières et les plateaux des studios de Pinewood et de Elstree. La gloire ne s’arrêtera plus. L’Amérique et Hollywood sont dorénavant à ses pieds jusqu’en 2003 ou il décide de non pas de renoncer mais de s’arrêter, tout simplement.

Alors Sir Sean Connery, comme nous l’avait si bien suggéré un jour à propos de son sport favori (in « Dr No ») : « Si vous trichez au golf, vous serez le perdant, car vous trompez votre seule personne. » Cela en dit beaucoup sur vous et votre vie ne pourra jamais se résumer à une enquête aussi subtile soit elle de Guillaume de Baskerville du "Nom de la Rose", elle va bien au-delà, sans doute au-dessus de "La Rose et de la Flèche". Toutes nos roses vous accompagnent vers d’autres horizons.

Pierre Delarra

ça peut vous interesser

Les Trois Jours du Condor : Espion lève-toi !

Rédaction

Fleming : Gagnez la série en Bluray

Rédaction

Braveheart : A coeur vaillant…

Rédaction