Charlotte Gainsbourg

debat-mon-chien-est-stupide
Nationalité : Française

Métier : Actrice

Dernier film : Mon Chien Stupide

Crédits photographiques : StudioCanal

suzanna-andler-charlotte-gainsbourg
PORTRAIT

Charlotte Gainsbourg est née le 21 juillet 1971 dans un hôpital londonien. Jolie filiation : elle est la fille de Jane Birkin et de Serge Gainsbourg (et la filleule de Yul Brynner). On peut franchement rêver pire comme parents... Elevée dans un milieu éminemment artistique, donc, elle enregistre très jeune un album de chansons sous la férule de son père ("Charlotte For Ever") et se passionne pour le piano, Chopin, voudrait faire les Beaux-Arts, les commence puis abandonne... Mais le cinéma l'avait rattrapée depuis longtemps.

Dès ses 12 ans, en fait, âge auquel elle incarne la fille de Catherine Deneuve dans "Paroles et musique". Un petit rôle, et c'est "L'effrontée" qui la révélera, en 1985, dans le rôle d'une adolescente en pleine crise existentielle. Un rôle très fort et un film qui rallie tous les suffrages, critiques et commerciaux. Mais Charlotte ne se laisse pas griser, et tourne parcimonieusement, tout d'abord pour son père Serge dans "Charlotte for Ever", un drame en huis-clos qui alimente encore les troubles rapports entre le père et sa fille.

On la voit ensuite aux côtés de sa mère dans deux films, une fiction et un semi-documentaire, réalisés par Agnès Varda. Charlotte retrouve Claude Miller pour un rôle d'ado assez proche de celui qu'elle tenait dans "L'effrontée", mais avec une histoire située dans les années 50, et d'après un scénario de Truffaut. Le film de la maturité sera sans doute "Merci la vie", dans lequel Charlotte partage la vedette avec Anouk Grinberg au cours d'un road-movie existentiel et onirique, comme seul Bertrand Blier sait en tricoter.

Toujours très attirée par des personnages intériorisés à l'extrême, fragiles et intenses, Charlotte incarne pourtant une jeune femme lumineuse dans "Amoureuse", où elle a pour partenaire Yvan Attal, qui devient son compagnon dans la vie. Retour aux tourments de l'adolescence dans le très lugubre "Cement garden", signé Andrew Birkin, frère de Jane, puis participation amicale à la "Grosse fatigue" de Michel Blanc, et, en 1994, Charlotte campe une très subtile Jane Eyre dans la version pourtant assez conventionnelle réalisée par Franco Zeffirelli. La fantasmagorie "Anna Oz" entre Venise et Paris, rêve et réalité, ne convainc pas grand monde, mais c'est l'occasion pour Charlotte de tourner pour la première fois avec Gérard Lanvin, qu'elle retrouvera deux ans plus tard à l'occasion de "Passionnément", une romance enfiévrée signée Bruno Nuytten, tournée sur l'île de Porquerolles.

Tournant peu, choisissant ses rôles avec soin, Charlotte Gainsbourg a entretenu, toutes ces années, l'image d'une personne hyper-sensible, effacée et complexe. Avec "Love, etc.", et "La bûche", elle casse cette image-là pour composer des personnages forts, rebelles et anticonformistes. Elle est par contre très évanescente dans le polar canadien stylisé Suspicion, et dans la romance poétisée "Félix et Lola", qui lui donne l'occasion de tourner pour la première fois avec Patrice Leconte.

Happée par les spotlights de la télévision (elle était Fantine dans l'adaptation des "Misérables" par Josée Dayan, et un témoin au procès de Nüremberg dans la coproduction télé internationale "Nüremberg"), Charlotte Gainsbourg revient ensuite sous la direction de son mari Yvan Attal, pour son premier film judicieusement titré "Ma femme est une actrice", où la belle joue son propre rôle, puis dans "21 grammes" où elle joue la femme de Sean Penn.

Mais ayant décidément apprécié de tourner sous la direction et aux côtés de son petit mari d'Yvan Attal, le duo remet ça avec "Ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants". La même année, elle tourne "L'un reste, l'autre part" de Claude Berri, une comédie dramatique où elle a pour partenaires Pierre Arditi, Daniel Auteuil et Nathalie Baye. Pour "Lemming" de Dominik Moll, elle interprète judicieusement Bénédicte, personnage troublant et ambigu. Puis, sous la direction de Michel Gondry, elle révèle à nouveau aux prises avec l'imaginaire fertile du fameux réalisateur dans "La Science des Rêves". Elle y incarnait Stéphanie, la voisine de l'excentrique Gael García Bernal.

En 2006, elle enregistre un deuxième album entièrement en anglais, participe à la comédie "Prête-moi ta main" et mène désormais une carrière internationale : elle tourne en Argentine "The Golden Door" (2006), film d'époque de l'Italien Crialese avant de rejoindre le luxueux casting de "I'm not there", évocation de la vie de Dylan par Todd Haynes et d'être dirigée par le Danois provocateur Lars von Trier dans "Antichrist", film d'épouvante présenté à Cannes en 2009.

Honorée du prestigieux Prix d'Interprétation Féminine pour ce film, l'actrice poursuit dans le registre dramatique, en vivant une relation tortueuse avec Romain Duris dans le troublant "Persécution" de Patrice Chéreau, avant d'interpréter une mère de famille frêle mais déterminée dans "L'Arbre" de Julie Bertuccelli.

En 2011, Charlotte retrouve le réalisateur Lars von Trier pour son film "Melancholia", une histoire de mariage et de fin de vie sur la Terre, dans lequel elle donne la réplique à Kirsten Dunst. Elle accompagne par la suite les débuts d'acteur du rocker Pete Doherty dans "Confession d'un enfant du siècle", l'adaptation de l'oeuvre de Musset par Sylvie Verheyde. L'année suivante, le réalisateur danois fait de nouveau appel à elle pour les polémiques "Nymphomaniac - Volume 1" et "Nymphomaniac - Volume 2", longs métrages érotico-dramatiques initialement prévus en un seul et même film, mais finalement divisés en deux à la demande des producteurs.

En 2014, elle a partagé l'affiche de "Jacky au royaume des filles", la comédie de Riad Sattouf, avec Vincent Lacoste, Michel Hazanavicius, Didier Bourdon, Noémie Lvovsky, Valérie Bonneton ou encore Anémone. En septembre, place était faite à "3 Coeurs" aux cotés de Benoît Poelvoorde. Ont suivi "Samba", du duo Toledano/Nakache et "Every Thing Will Be Fine" de Wim Wenders. Après "Les Fantômes d'Ismaël", dirigé par Arnaud Despléchin et présenté à Cannes en 2017, "Le Bonhomme de Neige" et "La Promesse de l'Aube" d'Eric Barbier, elle était récemment à l'affiche de "Mon Chien Stupide" sorti fin Octobre 2019. En Septembre prochain, on reverra l'actrice dans le film "Suzanna Andler", réalisé par Benoît Jacquot.

(Sources consultées : dossier de presse du film).

concours-film-mon-chien-stupide-2
Mon Chien Stupide. Un film réalisé par Yvan Attal avec Yvan Attal, Charlotte Gainsbourg, Pascale Arbillot dans les rôles principaux - Sortie le 30 Octobre 2019 - Distribué par StudioCanal.
FILMOGRAPHIE

1984 - Paroles et Musique (Elie Chouraqui)

1985 - La tentation d'Isabelle (Jacques Doillon)

1985 - L'effrontée (Claude Miller)

1986 - Charlotte for ever (Serge Gainsbourg)

1987 - Kung-Fu Master (Agnès Varda)

1987 - Jane B. par Agnès V. (Agnès Varda)

1988 - La Petite Voleuse (Claude Miller)

1989 - Le soleil même la nuit (P. & V. Taviani)

1990 - Merci la vie (Bertrand Blier)

1990 - Aux yeux du monde (Eric Rochant)

1991 - Amoureuse (Jacques Doillon)

1992 - The Cement Garden (Jane Birkin)

1994 - Grosse fatigue (Michel Blanc)

1995 - Jane Eyre (Franco Zeffirelli)

1995 - Anna Oz (Eric Rochant)

1996 - Love, etc. (Marion Vernoux)

1998 - Passionnément (Bruno Nuytten)

1999 - La bûche (Danièle Thompson)

1999 - The Intruder (Bailey)

2000 - Félix et Lola (Patrice Leconte)

2001 - Ma femme est une actrice (Yvan Attal)

2002 - Paris, je t'aime (Bernardo Bertolucci, Seijun Suzuki)

2002 - 21 grammes (Alejandro Inárritu)

2004 - Ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants (Yvan Attal)

2004 - L'un reste, l'autre part (Claude Berri)

2004 - Lemming (Dominik Moll)

2005 - La Science des Rêves (Michel Gondry)

2006 - Prête-moi ta main (Eric Lartigau)

2006 - The Golden Door (Emanuele Crialese)

2007 - Nuovomondo (Emanuele Crialese)

2007 - I'm not there (Todd Haynes)

2008 - Antichrist (Lars von Trier)

2008 - Persécution (Patrice Chéreau)

2009 - L'arbre (Julie Bertuccelli)

2011 - Melancholia (Lars von Trier)

2011 - Confession d'un enfant du siècle (Sylvie Verheyde)

2012 - Do Not Disturb (Yvan Attal)

2013 - Nymphomaniac - Volume 1 (Lars von Trier)

2013 - Nymphomaniac - Volume 2 (Lars von Trier)

2013 - Jacky au royaume des filles (Riad Sattouf)

2013 - Son épouse (Michel Spinosa)

2014 - 3 Coeurs (Benoît Jacquot)

2014 - Samba (Olivier Nakache)

2015 - Every Thing Will Be Fine (Wim Wenders)

2017 - Les Fantômes d'Ismaël (Arnaud Despléchin)

2017 - Le Bonhomme de Neige (Tomas Alfredson)

2017 - La Promesse de l'Aube (Eric Barbier)

2019 - Mon Chien Stupide (Yvan Attal)

2020 - Suzanna Andler (Benoît Jacquot)

Tous nos contenus sur "Charlotte Gainsbourg"