18 novembre 2019

Edward Norton

Edward Norton
Nationalité : AméricainMétier : ActeurDernier film : Beauté CachéeCrédits photographiques : Warner Bros France



Né le 18 août 1969 à Columbia, dans l'Etat du Maryland, Edward Norton est le quatrième enfant d'un père avocat et d'une mère professeur. Très vite, le bambin se découvre une passion pour la comédie, puisque dès l'âge de 5 ans il fait ses premiers pas sur les planches.

Durant ses années d'université à Yale, Ed se produit de nombreuses fois sur scène, et, après un détour par la Japon où il participe activement à l'Enterprise Foundation, qui s'occupe de trouver des logements aux familles défavorisées, il tente sa chance à New York, accumulant les expériences théâtrales off-Broadway. La chance de sa vie, il la connaît grâce au dramaturge Edward Albee, qui l'engage après audition pour jouer dans l'une de ses pièces, "Fragments".

Par la suite, Norton intègre le conseil d'administration de la New York Signature Theatre Company, mais son démarrage au cinéma est encore plus fulgurant : après l'audition de plus de deux mille postulants, il est choisi pour interpréter le rôle d'Aaron Stampler (Leonardo Di Caprio fut le premier retenu, avant de déclarer forfait) dans "Peur primale". Un petit polar, certes, mais un rôle formidablement écrit, ambigu et inquiétant, dont Norton saisit toutes les nuances et éclipse sans ménagement son partenaire Richard Gere. Pour un coup d'essai, c'est un coup de maître, salué comme il se doit par une nomination aux Golden Globes.

Pour les nominations aux Oscars, il faudra attendre sa composition d'avocat téméraire dans "Larry Flynt", signé Milos Forman. Les ragots sur sa liaison avec la tumultueuse Courtney Love ne coupent pas la voix du comédien, qu'il met à contribution pour chanter son amour à Drew Barrymore dans "Tout le monde dit I love you", la fantaisie musicale de Woody Allen. Et voilà comment, en trois films, Edward Norton, quasi-sorti de nulle part, fait partie des jeunes comédiens les plus convoités du moment.

Roi de l'entourloupe dans Les joueurs, skinhead repenti dans le saisissant "American history X" (avec une nomination à l'Oscar du Meilleur acteur à la clé), et jeune homme névrosé entrant dans le jeu de violence d'un étrange comparse dans "Fight Club", le jeune comédien ajoute rapidement une nouvelle corde à son arc en signant la réalisation de la délicieuse comédie romantique "Au nom d'Anna", dont il partage la vedette avec Ben Stiller et Jenna Elfman.

Toutefois, Edward Norton ne s'endort pas sur ses lauriers : si on peut faire l'impasse sur le polar "The score", en dépit de ses partenaires de légende (Robert De Niro et Marlon Brando) l'acteur a tourné coup sur coup cinq films alternant les genres et les modes : farce satirique ("Death to Smoochy"), biopic de luxe ("Frida", avec Salma Hayek, dans lequel il incarne le milliardaire Nelson Rockefeller), thriller de prestige ("Dragon rouge", dans le rôle d'un flic en proie aux doutes alors qu'il enquête sur un serial-killer), drame psy sous la caméra rageuse de Spike Lee ("La 25ème heure", ou l'ultime journée d'un délinquant avant son incarcération), et polar stock-car ("Braquage à l'italienne
", avec Charlize Theron). Puis, il tient la vedette avec Orlando Bloom et Eva Green de l'épopée historique "Kingdom of Heaven" (2005), passe par le drame "Down in the valley" et le thriller "L'Illusionniste" (2007), qui le voit incarner un étrange magicien au début du 20ème siècle.

Avec "L'Incroyable Hulk" signé par le frenchy Louis Leterrier (2008), il endosse les habits du géant vert de l'écurie Marvel, succédant ainsi à Eric Bana qui a tenu le rôle en 2003. Deux ans plus tard, le comédien se retrouve confronté à un défi d'acteur dans l'inédit "Leaves of Grass" de Tim Blake Nelson, où il incarne des frères jumeaux. En 2008, il est également à l'affiche du "Prix de la loyauté".

En 2011, il incarne un prisonnier prêt à tout pour obtenir sa libération dans "Stone". Ce film lui permet de retrouver Robert De Niro, dix ans après "The Score", et John Curran qui l'avait déjà dirigé dans "Le Voile des illusions" (2007).

Entre 2013 et 2014, on a vu le comédien dans "Moonrise Kingdom", "Jason Bourne : l'héritage" et "The Grand Budapest Hotel". Depuis "Birdman" d'Alejandro González Iñárritu, Norton s'est fait plutôt discret d'où le plaisir de le retrouver dans "Beauté Cachée" de David Frankel (sortie le 21 décembre 2016).



(Sources consultées : dossier de presse du film).
Filmographie :1995 - Peur primale (Gregory Hoblit)

1996 - Tout le monde dit I love you (Woody Allen)

1996 - Larry Flynt (Milos Forman)

1998 - Les joueurs (John Dahl)

1998 - American History X (Tony Kaye)

1999 - Fight Club (David Fincher)

2000 - Au nom d'Anna (Edward Norton)

2001 - The score (Frank Oz)

2001 - Crève, Smoochy, crève ! (Danny DeVito)

2002 - Frida (Julie Taymor)

2002 - Dragon rouge (Brett Ratner)

2002 - La 25ème heure (Spike Lee)

2002 - Braquage à l'italienne (F. Gary Gray)

2004 - Kingdom of Heaven (Ridley Scott)

2005 - Down in the valley (David Jacobson)

2006 - L'Illusionniste (Neil Burger)

2006 - Le voile des illusions (John Curran)

2008 - L'Incroyable Hulk (Louis Leterrier)

2008 - Le Prix de la loyauté  (Gavin O'Connor)

2009 - The Invention of Lying (Ricky Gervais)

2010 - Stone (John Curran)

2010 - Escroc(s) en herbe (Tim Blake Nelson)

2012 - Jason Bourne : l'héritage (Tony Gilroy)

2012 - Moonrise Kingdom (Wes Anderson)

2013 - The Grand Budapest Hotel (Wes Anderson)

2014 - Birdman (Alejandro González Iñárritu)

2016 - Beauté Cachée (David Frankel)
Tous nos contenus sur "Edward Norton"