Isabelle Carré

portrait-isabelle-carre-l-esprit-de-famille
Nationalité : Française

Métier : Actrice

Dernier film : L'Esprit de Famille

Crédits photographiques : Apollo Films


PORTRAIT

Isabelle Carré, née à Paris le 28 mai 1971, fille d'un designer et d'une secrétaire, suit les cours de comédie du Centre Américain, et prolonge ses études de théâtre au Cours Florent et à l'Enstat jusqu'en 1990. Elle débute au cinéma en 1988, sous l'égide de Coline Serreau, dans un petit rôle d'adolescente (la fille de Daniel Auteuil) à l'affiche de "Romuald et Juliette".

Elle rentre par la suite au Conservatoire, dont elle ressort avec un profil plutôt formé vers le classique. Et en effet, mademoiselle Carré, tout en blondeur mutine et sensible, sera particulièrement excellente dans des pièces de Musset telles que "Il ne faut jurer de rien" ou "On ne badine pas avec l'amour", toutes deux mises en scène par Jean-Pierre Vincent.

On la retrouve également dans "L'école des femmes", dans une mise en scène de Jean-Luc Boutté, dans "Le mal court", d'Audiberti, sous la direction de Pierre Franck, mais aussi dans "Dostoïevski va à la plage", de Marco Antonio de la Parra et "Le père humilié", de Paul Claudel. Jorge Lavelli la prend aussi dans sa troupe pour ses deux dernières mises en scène, "Arloc" et "Slaves".

Au cinéma, Isabelle Carré tient pour la première fois le haut de l'affiche de "Beau fixe", deuxième film de Christian Vincent, où elle incarnait une des quatre jeunes filles en fleur parties en week-end studieux dans une maison de campagne. Jeune préceptrice dans "Le hussard sur le toit", elle redonnera dans le film à costumes pour son apparition dans "Beaumarchais l'insolent" et, plus tard, dans "Les enfants du siècle" en Aimée d'Alton. Entre-temps, "La femme défendue" de Philippe Harel lui offrira le rare privilège d'être quasiment la seule actrice du film, avec un temps record de présence à l'écran.

La suite est imprévisible, entre une incarnation hystérique d'une vierge Marie brune dans "Superlove", et d'une jeune femme aussi charmante que dangereuse quand elle a un peu trop fumé la moquette dans "La mort du Chinois" : le message est clair, Isabelle Carré voulait casser son image un peu lisse de jeune fille blonde et sage.

Ex-femme de Christopher Thompson (un tout petit rôle) dans "La bûche", élève d'un cours de théâtre dans "L'envol", incarnation fantasmagorique de la Statue de la Liberté (!) dans la saga familiale "Bella Ciao", mère toxicomane dans "Mercredi, folle journée !" de Pascal Thomas, on retrouve la blonde actrice en amnésique amoureuse dans "Se souvenir des belles choses". En dépit d'un sujet douloureux, le film connaît un très beau succès et vaut à Isabelle Carré son premier César, celui de la meilleure actrice.

Après avoir rendu Audrey Tautou folle de jalousie dans "A la folie… pas du tout", Isabelle Carré égratigne passablement le mariage de Nathalie Baye et Jean-Pierre Bacri dans le drame musical, "Les sentiments" (avec à la clé une seconde nomination au César de la meilleure actrice) et joue les jeunes filles de bonne famille bisexuelle dans "Eros thérapie" de Danièle Dubroux, avant d'être la future mère – déchirée entre espoir et découragement – en quête d'un bébé dans les orphelinats du Cambodge, de "Holy Lola", sa première prestation sous la direction de Bertrand Tavernier.

L'année 2005 montre que l'actrice est plus que jamais capable de traverser les genres et les univers les plus variés : on l'a voit maman poule embarquée dans "L'avion", conte teinté de fantastique signé Cédric Kahn, puis épouse modèle titillée par l'énigmatique Poelvoorde dans le thriller amoureux "Entre ses mains", et dans la comédie de Christian Vincent, "Quatre étoiles", où elle donnait la réplique à José Garcia. Ont suivi "Anna M." de Michel Spinoza, et une prolifique année 2008 avec pas moins de trois films distribués en six mois dont "Coeurs" d'Alain Resnais. 2008 fut pas mal non plus avec "Cliente" de Josiane Balasko et "Les Bureaux de Dieu" de Claire Simon.

Après "Tellement proches", "Le Refuge", "Les Emotifs Anonymes", "Rendez-Vous avec un Ange" et le premier film réalisé par Jalil Lespert : "Des Vents Contraires" avec Benoît Magimel et Audrey Tautou, ont suivi "La cerise sur le gâteau" de Laura Morante, "Cheba Louisa" et "Cherchez Hortense" entre autres. Le charme agit toujours et encore notamment avec "Respire", réalisé par Mélanie Laurent et sorti en novembre 2014 tout comme "Marie Heurtin" de Jean-Pierre Améris.

Lors de l'été 2015, la comédienne était à l'affiche du film "Les Chaises Musicales", puis ce fut "21 Nuits avec Pattie", dirigé par les Frères Larrieu et ensuite "Paris Willouby". 7 autres films auront été ajoutés à son actif dont "Un Vrai Bonhomme" (sorti le 08 Janvier dernier) et "L'Esprit de Famille".

(Sources consultées : dossier de presse du film).

affiche-film-l-esprit-de-famille
L'Esprit de Famille. Un film réalisé par Eric Besnard avec Guillaume De Tonquédec, François Berléand, Josiane Balasko, Isabelle Carré. Distribué par Apollo Films - Sortie le 29 Janvier 2020

FILMOGRAPHIE
1988 - Romuald et Juliette (Coline Serreau)

1990 - La Reine blanche (Jean-Loup Hubert)

1990 - Le Blé en herbe (Serge Meynard)

1992 - Beau fixe (Christian Vincent)

1995 - Belle Epoque (Gavin Millar)

1995 - Le Hussard sur le toit (Jean-Paul Rappeneau)

1996 - Les Soeurs Soleil (Jeannot Szwarc)

1996 - Beaumarchais, l'insolent (Edouard Molinaro)

1997 - La Femme défendue (Philippe Harel)

1997 - Viens jouer dans la cour des grands (TV) (Caroline Huppert)

1998 - La Mort du Chinois (Jean-Louis Benoît)

1998 - Education sentimentale (C.S. Leigh)

1998 - Les Enfants du marais (Jean Becker)

1998 - Superlove (Jean-Claude Janer)

1999 - De source sûre (Laurent Tirard)

1999 - La bûche (Danièle Thompson)

1999 - Les Enfants du siècle (Diane Kurys)

2000 - Bella ciao (Stéphane Giusti)

2000 - Ca ira mieux demain (Jeanne Labrune)

2000 - J'peux pas dormir... (Guillaume Canet)

2000 - L'Envol (Steve Suissa)

2000 - Mercredi, folle journée ! (Pascal Thomas)

2001 - A la folie… pas du tout (Laetitia Colombani)

2001 - Se souvenir des belles choses (Zabou Breitman)

2002 - Eros Thérapie (Danièle Dubroux)

2002 - La Légende de Parva (Jean Cubaud)

2002 - Les Sentiments (Noémie Lvovsky)

2003 - Holy Lola (Bertrand Tavernier)

2005 - Entre ses mains (Anne Fontaine)

2005 - L'Avion (Cédric Kahn)

2005 - Maman est folle (TV) (Jean-Pierre Améris)

2005 - Quatre étoiles (Christian Vincent)

2006 - Coeurs (Alain Resnais)

2007 - Anna M. (Michel Spinosa)

2007 - Cliente (Josiane Balasko)

2007 - Le Renard et l'enfant (Luc Jacquet)

2007 - Musée haut, musée bas (Jean-Michel Ribes)

2007 - Les Bureaux de Dieu (Claire Simon)

2008 - Tellement proches (Eric Toledano)

2009 - Le Refuge (François Ozon)

2010 - Les Emotifs Anonymes (Jean-Pierre Améris)

2010 - Rendez-vous avec un ange (Yves Thomas)

2011 - 1, 2, 3 Voleurs (TV) (Gilles Mimouni)

2011 - Des Vents Contraires (Jalil Lespert)

2011 - Du Vent dans mes mollets (Carine Tardieu)

2011 - Grand garçon (Benoît Pétré)

2011 - Le Jour des Corneilles (Jean-Christophe Dessaint)

2011 - L'Annonce (Julie Lopes-Curval)

2011 - La Cerise sur le gâteau (Laura Morante)

2011 - La Prise en passant (TV) (Gilles Mimouni)

2012 - Cheba Louisa (Françoise Charpiat)

2012 - Cherchez Hortense (Pascal Bonitzer)

2012 - La Baïne (Diane Bertrand)

2013 - Du goudron et des plumes (Pascal Rabaté)

2014 - Respire (Laurent)

2014 - Marie Heurtin (Améris)

2015 - Les Chaises Musicales (Belhomme)

2015 - Ange et Gabriel (Giafferi)

2015 - 21 Nuits avec Pattie (Larrieu)

2016 - Paris Willouby (Reynaud / Delaire)

2016 - Le Coeur Régulier (D'Alcantara)

2017 - Comment j'ai rencontré mon père (Motte)

2017 - Une vie ailleurs (Peyron)

2017 - Garde alternée (Leclère)

2019 - Un vrai bonhomme (Parent)

2019 - L'esprit de famille (Besnard)

Tous nos contenus sur "Isabelle Carré"