Jean-Pierre Darroussin

portait-jean-pierre-darroussin
Nationalité : FrançaisMétier : Acteur, Réalisateur, ScénaristeDernier film : Chacun pour tousCrédits photographiques : SND



Né le 04 décembre 1953, Jean-Pierre Darroussin suit des cours au Conservatoire d'art dramatique de Paris, et fait ses débuts en 1979 au théâtre avec la Compagnie du Chapeau Rouge pour la pièce "Babylone", d'Alain Gautré. Fidèle à cette compagnie jusqu'en 1986, il se produira régulièrement sur les planches dans des œuvres diverses : "La maison d'os", "Gevrey Chambertin", "Les amis de monsieur Gazon", "Place de Breteuil", etc.

Parmi les pièces jouées, il compte également "Est-ce que tu m'aimes vraiment ?", co-écrit avec Ariane Ascaride et mis en scène par ses propres soins, ainsi que "Cuisine et dépendances" et "Un air de famille", toutes deux écrites par le tandem Jaoui/Bacri et portées avec succès à l'écran.

En 1980, Jean-Pierre Darroussin débute au cinéma sous la direction de Philippe de Broca dans "Psy", mais on le remarque vraiment dans le film à sketches "Celles qu'on n'a pas eues", dans lequel il incarne un thanatopracteur (personne chargée d'embellir les cadavres pour les cérémonies religieuses).

On lui doit également la fantastique composition du copain baba dans "Mes meilleurs copains", où il répétait à tout bout de champ et sur un ton vaguement embrumé par les vapeurs de shit : “Y a pas mort d'homme...” Tout à la fois drôle et pince-sans-rire, Darroussin s'adapte à tous les genres et à tous les cinémas : pour preuve, il fait partie des fidèles de Robert Guédiguian, avec lequel il a tourné pas moins de cinq films et un téléfilm, prenant l'accent marseillais pour l'occasion.

En 1992, il reçoit le César du Meilleur second rôle masculin pour "Un air de famille", une récompense pour laquelle il avait déjà été nommé pour "Cuisine et dépendances". Après être entré dans la peau du "Poulpe" pour le film de Guillaume Nicloux, il incarne un père marseillais dans "A la place du cœur". Il interprète ensuite Robert, de retour au pays après une vie d'échecs dans " Inséparables". La même année, on le voit également en veuf inconsolable à l'affiche de "Qui plume la lune ?" puis en amant et père de trois enfants dans la première comédie réalisée par Danièle Thompson, "La bûche".

2000 marque une fois encore sa fidélité au cinéaste Robert Guédiguian, avec lequel il tourne coup sur coup "A l'attaque !", un conte social marseillais et La ville est tranquille, une chronique phocéenne nettement plus ambitieuse et militante. Il tourne également pour la seconde fois avec Jeanne Labrune "Ça ira mieux demain", une fantaisie sentimentale où il est un psy pas vraiment recommandable.

En 2001, l'acteur apparaît aussi dans "L'Art délicat de la séduction" sous la direction de Richard Berry, et le retrouve comme partenaire dans "15 août", où il incarne un mari pour le moins surpris d'être plaqué par sa femme lors du week-end de l'Assomption. Figure hautement sympathique du cinéma français, Darroussin enchaîne les personnages et les genres avec gourmandise. Après une apparition en voyeur dans une boîte de nuit dans "Une Affaire Privée" de Guillaume Nicloux et "Mille millièmes" où il joue un copropriétaire revendicatif.

Darroussin renoue ensuite avec Robert Guédiguian et Ariane Ascaride pour "Marie-Jo et ses deux amours", présenté en sélection officielle à Cannes. Employé d'une start-up dans "C'est le Bouquet !", représentant en produits capillaires, sauvé du naufrage grâce à la loterie nationale dans "Ah, si j'étais riche !" charcutier-traiteur des mieux achalandés dans "Le Cœur des Hommes", Jean-Pierre Darroussin est le mari frustré et légèrement porté sur la bouteille de Carole Bouquet dans "Feux Rouges" de Cédric Kahn.

Il apparaît ensuite dans le très attendu "Un Long Dimanche de Fiançailles" de Jean-Pierre Jeunet, dans "Cause toujours !" qui marquera sa quatrième collaboration avec Jeanne Labrune, et dans "Mon père est ingénieur", son dixième film sous la direction de Robert Guédiguian. Si c'est pas de la fidélité, ça !

Toujours fidèle, il retrouve ensuite, pour la deuxième fois, Marc Esposito dans "Toute la Beauté du Monde", après avoir collaboré pour la troisième fois avec Bertrand Blier dans "Combien tu m'aimes ?" et jouer pour la première fois sous la direction de Coline Serreau dans "Saint Jacques… La Mecque". Autre première, Jean-Pierre Darroussin dirige son premier long métrage où il tenait également le rôle principal d'un homme qui plaque famille et vie huppée pour vivre dans un petit studio délabré dans "Le Pressentiment".

Il retrouve ensuite ses acolytes du "Cœur des Hommes" en 2006 pour une suite très populaire. Dans les années qui suivent, il prouve un peu plus sa polyvalence en alternant avec succès entre le drame ("L'Armée du crime", "Fragile(s)", "L'Immortel") et la comédie ("J'attends quelqu'un", "Le Voyage aux Pyrénées", "Erreur de la Banque en votre Faveur", "Holiday"), et se voit une nouvelle fois cité au César pour son rôle dans "Dialogue avec mon Jardinier".

2011 fut une année chargée pour l'acteur puisqu'il était au générique de quatre films bien différents les uns des autres : il maîtrise ainsi l'accent du sud pour "Marius" et joue un salarié à bout de nerfs commettant l'irréparable dans "De bon matin", pour ensuite rejoindre l'univers poétique d'Aki Kaurismäki dans "Le Havre" et retrouver Robert Guédiguian pour "Les Neiges du Kilimandjaro".

En octobre 2013, il était à l'affiche du "Coeur des Hommes 3". A l'été 2014, Darroussin était associé à Isabelle Huppert dans "La Ritournelle". Puis, à la rentrée suivante, il retrouvait Gérard Lanvin dans "Bon Rétablissement". Après "Coup de Chaud" et "Une Vie" mis en scène par Stéphane Brizé, ont suivi "La Villa" de Robert Guédiguian, "La Promesse de l'Aube" d'Eric Barbier et maintenant "Chacun pour tous".


(Sources consultées : dossier de presse du film).
Filmographie :1980 - Psy (Philippe de Broca)

1981 - Est-ce bien raisonnable ? (Georges Lautner)

1981 - Celles qu'on n'a pas eues (Thomas)

1984 - Notre histoire (Bertrand Blier)

1985 - Tranches de vie (François Leterrier)

1985 - On ne meurt que deux fois (Jacques Deray)

1985 - Elsa, Elsa (Didier Haudepin)

1986 - Ki lo sa ? (Robert Guédiguian)

1988 - Mes meilleurs copains (Jean-Marie Poiré)

1989 - Mado, poste restante (Adabachian)

1989 - Dieu vomit les tièdes (Robert Guédiguian)

1991 - L'amour en 2 (Gallotta)

1992 - Cuisine et dépendances (Philippe Muyl)

1992 - Riens du tout (Cédric Klapisch)

1993 - Cache cash (Claude Pinoteau)

1994 - Le fabuleux destin de Mme Petlet (Casabianca)

1995 - Mon homme (Bertrand Blier)

1995 - A la vie à la mort (Robert Guédiguian)

1996 - Marius et Jeannette (Robert Guédiguian)

1996 - Un air de famille (Cédric Klapisch)

1997 - On connaît la chanson (Alain Resnais)

1997 - A la place du cœur (Guédiguian)

1997 - Le Poulpe (Nicloux)

1997 - Si je t'aime, prends garde à toi (Labrune)

1998 - Qui plume le lune ? (Carrière)

1999 - Inséparables (Michel Couvelard)

1999 - Ça ira mieux demain (Labrune)

1999 - La bûche (Danièle Thompson)

1999 - A l'attaque ! (Robert Guédiguian)

2000 - Ça ira mieux demain (Labrune)

2000 - La Ville est tranquille (Robert Guédiguian)

2001 - L'Art délicat de la séduction (Berry)

2000 - 15 août (Patrick Alessandrin)

2001 - Une Affaire Privée (Guillaume Nicloux)

2001 - Marie Jo et ses deux amours (Guédiguian)

2002 - Mille millièmes, fantaisie immobilière (Rémy Waterhouse)

2002 - Ah, si j'étais riche ! (Gérard Bitton)

2002 - C'est le Bouquet ! (Labrune)

2002 - Le Cœur des Hommes (Marc Esposito)

2003 - Feux rouges (Cédric Kahn)

2004 - Cause toujours ! (Labrune)

2004 - Un Long Dimanche de Fiançailles (Jean-Pierre Jeunet)

2004 - Mon père est ingénieur (Guédiguian)

2005 - Saint-Jacques... La Mecque (Coline Serreau)

2005 - Combien tu m'aimes ? (Blier)

2006 - Toute la Beauté du Monde (Esposito)

2006 - Le Pressentiment (Darroussin)

2006 - Fragile(s) (Martin Valente)

2006 - J'Attends Quelqu'Un (Jérôme Bonnell)

2006 - Le Voyage En Arménie (Robert Guédiguian)

2006 - Dialogue avec mon Jardinier (Jean Becker)

2006 - Le Coeur des Hommes 2 (Marc Esposito)

2007 - Le Voyage aux Pyrénées (Jean-Marie Larrieu, Arnaud Larrieu)

2008 - Les Grandes Personnes (Anna Novion)

2008 - Erreur de la Banque en votre Faveur (Michel Munz)

2008 - L'Armée du Crime (Robert Guédiguian)

2008 - Rien de Personnel (Mathias Gokalp)

2009 - L'Immortel (Richard Berry)

2010 - Holiday (Guillaume Nicloux)

2010 - La Fille du puisatier (Daniel Auteuil)

2011 - Les Neiges du Kilimandjaro (Robert Guédiguian)

2011 - Le Havre (Aki Kaurismäki)

2011 - La Mer à l'aube (Volker Schlöndorff)

2012 - Rendez-vous à Kiruna (Anna Novion)

2012 - Fanny (Daniel Auteuil)

2012 - Marius (Daniel Auteuil)

2012 - Le Coeur des hommes 3 (Marc Esposito)

2013 - Mon âme par toi guérie (François Dupeyron)

2014 - La Ritournelle (Fitoussi)

2014 - Bon Rétablissement (Becker)

2015 - Coup de Chaud (Jacoulot)

2016 - Une Vie (Brizé)

2017 - La Villa (Guédiguian)

2017 - La Promesse de l'Aube (Barbier)

2018 - Chacun pour tous (Lebasque)
Tous nos contenus sur "Jean-Pierre Darroussin"