21 juillet 2019

Mel Gibson

portrait-mel-gibson
Nationalité : Australien

Métier : Acteur, Réalisateur

Dernier film : Dragged Across Concrete

Crédits photographiques : Metropolitan Filmexport

mel-gibson-dragged-across-concrete
Mel Gibson dans le film Dragged Across Concrete
PORTRAIT

Cinquième des onze enfants de la famille, Mel déménage à l'âge de 12 ans avec ses parents en 1967 pour s'installer à Sydney, en Australie car son père veut éviter le service militaire (ou plutôt servir au Vietnam) à ses fils. Mel met déjà en avant ses qualités d'acteurs au National Institute of Dramatic Art de Sydney, en jouant dans "Roméo et Juliette", aux côtés de Judy Davis.

En 1977, il fait ses premiers pas dans "Summer City", de Christopher Frazer. Si certains acteurs patientent de très nombreuses années avant d'éclater, il n'en sera pas de même pour cet Australien d'adoption, qui connaît un succès mondial dès son deuxième film. C'est l'épopée "Mad Max" qui commence alors (nous sommes en 1979).

Décidé à ne pas s'enfermer dans ce rôle, il tourne dans "Tim", un drame dans lequel il incarne un handicapé mental. Une prestation qui lui vaut le Prix d'interprétation de l'Australian Film Institute, un prix qu'il remportera à nouveau pour son rôle dans "Gallipolli", de Peter Weir.

Suivront "Mad Max 2" (en 1985), toujours de George Miller, et "L'Année de Tous les Dangers" (en 1983), de Peter Weir. Attiré par le théâtre, il y fait un retour pour jouer dans "Mort d'un commis voyageur", d'Arthur Miller, avant d'incarner Fletcher Christian dans "Le Bounty" (en 1983) de Roger Donaldson.

Convoité par Hollywood, Mel Gibson s'exile et tourne dans "La Rivière", de Mark Rydell, avant de conclure en 1986 la trilogie "Mad Max", avec "Au-Delà du Dôme du Tonnerre". Toutefois, les trilogies lui collent visiblement à la peau, puisqu'à peine sortie "Mad Max : Au-Delà du Dôme du Tonnerre"", il tourne "L'Arme Fatale" (en 1987), avec Richard Donner, l'un de ses réalisateurs attitrés.

Les années qui suivent en font un des acteurs fétiche d'Hollywood, au répertoire varié. A tel point qu'il se permet d'exiger 20 millions de dollars pour ses films. Une rançon que ses producteurs ne regrettent pas, au vu des résultats des films dans lesquels il figure. Ce qui ne l'empêche pas de garder la tête sur les épaules et de vivre en paix avec Robyn Moore, son épouse depuis 1980, dont il ont eu 7 enfants.

De retour en 1988, juste après "L'Arme Fatale", Gibson fait une apparition remarquée dans "Tequila Sunrise", mais c'est surtout en 1990 qu'il étonne en jouant "Hamlet", un registre dans lequel on ne le connaissait pas encore.

En 1990, la gentille comédie "Comme un Oiseau sur la Branche", nous gratifie d'une association entre Gibson et la comédienne Goldie Hawn. On le verra la même année dans le peu patriotique "Air America" mis en scène par Roger Spotiswoode. En parallèle, Mel Gibson exerce le métier de producteur depuis 1988, et de réalisateur depuis 1993, date de la sortie de "L'Homme Sans Visage".

En 1995, après "Maverick", où il joue un génie du poker, il renouvelle le genre historique avec "Braveheart", son plus grand succès, personnel comme commercial qu'il a produit, réalisé et interprété (aux côtés de Sophie Marceau), et qui a rapporté à l'époque 202 millions ainsi que l'Oscar du meilleur film et du meilleur réalisateur.

Pour "Complots", il retrouvait Richard Donner une cinquième fois et y donnait la réplique à Julia Roberts. Par la suite, les spectateurs français ont pu le retrouver (en vidéo uniquement) dans "Drôles de Pères", le remake des "Compères" de Francis Véber. En fait une apparition hitchockienne comme celle qu'il avait faite dans "Casper", en 1995, et dans "Le Mystère des Fées", au générique duquel il n'est même pas crédité !

On a pu également le voir dans" La Rançon" et en 1999 il joue dans "Payback". Il tourne ensuite "Million Dollar Hotel" et prête sa voix lors du doublage de "Chicken Run". Il a enchaîné avec la comédie "Ce que veulent les femmes", une dans laquelle il joue aux cotés de Helen Hunt.

Après "Signes" et "The Patriot", en avril 2002, il était à l'affiche de "Nous Etions Soldats", une fresque épique et patriotique centrée sur la guerre du Vietnam et signée Randall Wallace. Quelques mois plus tard sortait "Signes" sous la direction de M. Night Shyamalan.

Avec "La Passion du Christ", il aura déchaîné les commentaires de tout bord auprès de la critique par sa vision apocalyptique et sanguinolente de la crucifixion. Une polémique qui a quelque peu rebondi avec "Apocalypto" et sa vision très personnelle de la civilisation maya.

2009 avait marqué le grand retour du comédien face à la caméra dans "Hors de Contrôle" suivi du "Complexe du Castor" aux côtés de Jodie Foster. Ainsi, après quelques années difficiles, Mel Gibson retrouvait les faveurs du public et était notamment au casting d'"Expendables 3".

Ces dernières années, on l'a vu dans "Blood Father" sous la direction de Jean-François Richet, ainsi que dans "Very Bad Dads 2" (une production plus anecdotique il est vrai). Entretemps, Gibson a également repris ses activités de réalisateur avec "Tu ne tueras point" (en 2016), et on attend maintenant avec impatience "Destroyers : Hell From The Heaven" ainsi que "Dragged Across Concrete" et "Boss Level" (en tant que comédien cette fois).


(Sources consultées : dossier de presse du film).

mel-gibson-boss-level

FILMOGRAPHIE

1977 - Summer City (Fraser)

1979 - Mad Max (George Miller)

1979 - Tim (Pate)

1980 - Attack Force Z (Burstall)

1980 - La réaction en chaîne (Barry)

1981 - Gallipolli (Peter Weir)

1981 - Mad Max 2 (George Miller)

1982 - L'Année de tous les dangers (Peter Weir)

1984 - Le Bounty (Roger Donaldson)

1984 - La Rivière (Mark Rydell)

1984 - Mrs. Soffel (Armstrong)

1985 - Mad Max, Au-Delà du Dôme du Tonnerre (George Miller)

1987 - L'arme fatale (Richard Donner)

1988 - Tequila Sunrise (Robert Towne)

1989 - L'arme fatale 2 (Richard Donner)

1990 - Comme un oiseau sur la branche (John Badham)

1990 - Air America (Roger Spottiswoode)

1990 - Hamlet (Franco Zeffirelli)

1992 - L'arme fatale 3 (Richard Donner)

1992 - Forever Young (Steve Miner)

1993 - Lhomme sans visage (Mel Gibson)

1994 - Maverick (Richard Donner)

1995 - Casper (Brad Silberling)

1995 - Braveheart (Mel Gibson)

1995 - Pocahontas, une légende indienne (Eric Goldberg)

1996 - La rançon (Ron Howard)

1997 - Father's Day (Ivan Reitman)

1997 - Complots (Richard Donner)

1997 - Le mystère des fées : une histoire vraie (Charles Sturridge)

1997 - L'arme fatale 4 (Richard Donner)

1998 - Payback (Brian Helgeland)

1999 - The Million Dollar Hotel (Win Wenders)

2000 - Chicken Run (Nick Park)

2000 - The Patriot (Roland Emmerich)

2000 - Ce que veulent les femmes (Nancy Meyers)

2002 - Nous Etions Soldats (Randall Wallace)

2001 - Signes (M. Night Shyamalan)

2003 - The Singing Detective (Keith Gordon)

2003 - Paparazzi objectif chasse à l'homme (Paul Abascal)

2009 - Hors de Contrôle (Martin Campbell)

2010 - Le Complexe du Castor (Jodie Foster)

2011 - Kill the Gringo (Adrian Grunberg)

2013 - Machete Kills (Robert Rodriguez)

2014 - Expendables 3 (Hughes)

2014 - Blood Father (Jean-François Richet)

2016 - Tu ne tueras point (Mel Gibson)

2017 - Very Bad Dads 2 (Sean Anders)

2017 - The Professor And The Madman (Farhad Safinia)

2019 - Dragged Across Concrete (S. Craig Zahler)

2019 - Boss Level (Joe Carnahan)


Tous nos contenus sur "Mel Gibson"