Russell Crowe

russell-crowe-boy-erased
Nationalité : Néo-zélandais

Métier : Acteur, Réalisateur

Dernier film : Boy Erased

Crédits photographiques : Universal Pictures International France



PORTRAIT

Russell Crowe est d'ascendance norvégienne et possède 1/16ème de sang maori dans ses veines ! Il est né le 07 avril 1964 dans une banlieue de Wellington (capitale de la Nouvelle-Zélande) nommée Strathmore Park.

Issu d'une famille d'artistes (son grand-père était un directeur de la photo réputé au cours de la Seconde Guerre mondiale et ses parents, Alex et Jocelyn, travaillaient en tant que cantiniers pour la télévision, voyageant de fait assez souvent), Russell suit sa famille en Australie alors qu'il est âgé de 4 ans.

Entre 5 et 9 ans, il est déjà sur les plateaux, apparaissant dans des séries ("Spyforce", et "The Young Doctors" un peu plus tard). Sans être ce qu'on appelle un enfant-star, il sait déjà que sa vie sera devant les caméras.

A 14 ans, Russell retourne en Nouvelle- Zélande pour y achever ses études. Il y rencontre un certain Dean Cochran, avec lequel il forme un groupe, les Roman Atrix. La musique prend alors le pas sur le cinéma dans la vie de Russell. Toutefois, notons qu'une de ses premières chansons s'intitulait "I Want to Be Like Marlon Brando". Leurs disques n'ont malheureusement aucun succès et sa carrière de musicien tourne court.

En attendant, Russell exerce nombre de petits boulots, notamment celui d'animateur dans un centre de loisirs. Finalement, comme il continue de passer des auditions, il finit par décrocher un rôle dans une production locale de "Grease", et enfin surtout dans "The Rocky Horror Picture Show", qu'il jouera plus de quatre cents fois dans le rôle du terrifiant Frank N. Furter.

Toutefois, dans la continuité de son parcours, au lieu d'opter alors pour une formation artistique en bonne et due forme, il continue les années de galère, fait du théâtre de rue à Sydney, continue à écumer les auditions et finit enfin par trouver, au début des années 90, un premier rôle au cinéma dans un film intitulé "Prisoners of the Sun".

Ce n'est que quelques années plus tard, alors qu'il a 25 ans, qu'on le remarque finalement au générique de "The Crossing Proof", son premier film à sortir en France, lui vaut quelques citations et divers prix (dont l'Australian Film's Institute Award du Meilleur acteur dans un second rôle).

C'est alors que "Romper Stomper", dans lequel il incarne un skin ultra- violent, fait enfin de lui une vedette confirmée. Sharon Stone l'y remarque et le demande sur le tournage de "Mort ou vif", mais Russell est à ce moment-là sur le tournage d'un autre film, "The Sum of Us".

Une fois cette ultime production australienne terminée, les jeux sont faits : Russell file pour les Etats-Unis, participe à "Mort ou vif" de Sam Raimi avec Sharon Stone et Leonardo Di Caprio. Russell Crowe affronte ensuite Denzel Washington dans le thriller technologique "Programmé pour tuer". Pas un chef-d'œuvre, mais un moyen de se faire remarquer par les agents tout-puissants d'Hollywood.

C'est ainsi que lui échoit un des rôles principaux de "L.A. confidential", celui de Bud White, salopard raciste et grand gueule qui dissimule mal, au fond, un être à la recherche de l'amour. Il faut dire que Curtis Hanson, réalisateur de "L.A. confidential", avait aussi vu Russell dans "Romper Stomper".

Entre-temps, le comédien néo-zélandais s'était déjà fait la main dans des films à plus petit budget comme la comédie "Miss Shumway jette un sort", avec Bridget Fonda, ou bien le drame intimiste "Breaking Up", dans lequel il partageait la vedette avec Salma Hayek.Une fois "L.A. confidential" tourné, montré et applaudi un peu partout dans le monde.

Russell Crowe joue désormais dans la cour des grands : il affronte Al Pacino dans "Révélations" dans le rôle d'un croisé anti-grandes puissances du tabac américain. A ce sujet, Jean-François Ballot, pour la rédaction du Quotidien du cinéma, notait que : "On se demande à chaque instant quand le personnage très retenu de Russell Crowe va craquer ou quand le personnage d'Al Pacino va vraiment se mettre en colère pour de bon. Il convient d'ailleurs de s'arrêter un instant sur la performance magistrale de ce grand acteur qu'est Al Pacino. Il mange littéralement l'écran avec sa présence, ses regards, ses gestes anodins et sa verve dithyrambique qui emporte tout avec elle. Il faut admettre qu'il prend la dominante sans effort devant un Russell Crowe contenu dans un rôle qui ne lui laisse peut-être pas s'exprimer dans le jeu qu'il adopte plus naturellement : un jeu physique, lutteur, guerrier, gladiateur… les lunettes de son personnage cassent le regard de voyou que l'on a aimé dans "L.A. Confidential". Reste que Russell Crowe s'essaie à un une nouvelle composition avec un grand contrôle et le talent qu'il a confirmé dans "Gladiator". Il est crédible dans les scènes intimistes du film, avec les personnages de sa femme et ses filles qui comptent plus que tout pour son personnage".

L'année 2000 avait commencé en beauté pour Russell, qui était l'un des principaux protagonistes de "Gladiator". Dans ce péplum signait Ridley Scott, il frappait l'imagination du public par sa magnifique présence. A ce sujet, notre confrère Fabien Rousseau remarquait que : "Russell Crowe y impose sa stature dans un jeu sobre mais néanmoins très physique face à un Joaquin Phoenix incarnant subtilement un Commode torturé avec une réelle profondeur psychologique".

Place au film à grand spectacle avec "Master and Commander", de Peter Weir. Puis, Russell Crowe se risque au film de boxe pour "De l'Ombre à La Lumière" sous la direction de Ron Howard.

Suivra alors une découverte de l'univers des vins avec "Une Grande Année" de Ridley Scott. On retrouvera ensuite un Russell Crowe en très grande forme affrontant Denzel Washington dans le formidable "American Gansgter", toujours mis en scène par Ridley Scott.

Après le pétaradant et très attachant western : "3:10 pour Yuma" mis en scène par James Mangold, 2009 sera une belle année avec l'excellent "Mensonges d'Etat" aux côtés de Leonardo Di Caprio, encore et toujours sous la direction de Ridley Scott.

Suivront "Jeux de Pouvoir" aux côtés de Ben Affleck, "Robin des Bois" de Ridley Scott, puis "Les Trois Prochains Jours" de Paul Haggis. En 2013, après "L'Homme aux Poings de Fer" produit par Quentin Tarantino et "Les Misérables" aux côtés de Hugh Jackman.

Ces dernières années, les spectateurs ont suivi Russell Crowe dans "Man Of Steel" de Zack Snyder, dans "Broken City" aux côtés de Mark Wahlberg et de Catherine Zeta Jones, ainsi que dans "Rush" de Ron Howard et dans "Noé", de Darren Aronofski.

Après "La Promesse d'Une Vie", qu'il a également réalisé, "The Nice Guys" aux côtés de Ryan Gosling et "La Momie", avec Tom Cruise, en ce mois de mars 2019, Russell Crowe est de retour avec "Boy Erased".


(Sources consultées : dossier de presse du film du film). 

film-boy-erased-affiche
FILMOGRAPHIE

1990 - Prisoners of the Sun (Wallace)

1990 - The Crossing (Ogilvie)

1991 - Spotswood (M. Joffe)

1991 - Hammers Over the Anvil (Turner)

1991 - Proof (Moorhouse)

1992 - Romper Stomper (Wright)

1993 - The Silver Brumby (Tatoulis)

1993 - Love in Limbo (Elfick)

1994 - The Sum of Us (G. Burton, Dowling)

1994 - For the Moment (Johnston)

1995 - Programmé pour tuer (Leonard)

1995 - Miss Shumway jette un sort (Peploe)

1997 - L.A. Confidential (Hanson)

1997 - Heaven's Burning (Lahiff)

1997- Breaking Up (Greenwald)

1999 - Mystery, Alaska (Roach)

1999 - Révélations (Mann)

2000 - Gladiator (Scott)

2001 - L'échange (Hackford)

2001 - Un Homme d'Exception (Howard)

2003 - Master and Commander (Weir)

2005 - De l'Ombre à la Lumière (Howard)

2006 - Une Grande Année (Scott)

2007 - American Gangster (Scott)

2008 - 3:10 Pour Yuma (Mangold)

2008 - Mensonges d'Etat (Scott)

2009 - Jeux de Pouvoir (MacDonald)

2010 - Robin des Bois (Scott)

2010 - Les Trois Prochains Jours (Haggis)

2012 - L'Homme aux Poings de Fer (RZA)

2013 - Les Misérables (Hooper)

2013 - Man Of Steel (Snyder)

2013 - Broken City (Hughes)

2013 - Rush (Howard)

2014 - Un Amour d'Hiver (Goldsman)

2014 - Noé (Aronofski)

2015 - La Promesse d'Une Vie (Crowe)

2016 - The Nice Guys (Black)

2017 - La Momie (Alex Kurtzman)

2019 - Boy Erased (Joel Edgerton)


Tous nos contenus sur "Russell Crowe"