18 septembre 2020

Tommy Lee Jones

Tommy Lee Jones
Nationalité : AméricainMétier : ActeurDernier film : Mechanic RésurrectionCrédits photographiques : Metropolitan Filmexport


Né le 15 septembre 1946 à San Saba, en plein cœur du Texas, Tommy Lee Jones incarne à lui seul toute la saveur du melting- pot américain : le sang cherokee et le sang gallois coulent dans ses veines. Comme son père, Tommy Lee Jones travaille tout d'abord dans l'industrie du pétrole et sur des constructions sous- marines.

Après un passage à la prestigieuse St Mark's School of Texas, une école réservée à la future élite masculine américaine, Jones intègre la non moins prestigieuse université d'Harvard, où il partage sa chambre avec un certain Al Gore, devenu, depuis, le vice-président des États-Unis sous l'administration de Bill Clinton.

L'université fut aussi l'occasion pour lui de montrer ses talents de footballeur US. Pourtant, dix jours après avoir reçu son diplôme de littérature anglaise, Tommy entre, à 23 ans, dans le monde du spectacle pour une pièce intitulée "A Patriot for Me", montée à Broadway. Après quarante-neuf représentations, il se lance dans le cinéma sous la direction d'Arthur Hiller dans "Love Story" (crédité sous le nom de Tom Lee Jones).

Toujours installé à New York, il poursuit ses aventures théâtrales et se produit dans différentes pièces, que ce soit à Broadway ou off-Broadway : "Fortune and Men's Eyes", "Four on a Garden", "Blue Boys", "Ulysses in Nighttown"…

En parallèle, il tourne dans un soap intitulé "One Life to Live", dans lequel il figurera jusqu'en 1975. Les années suivantes seront surtout dévouées à la télévision, où le physique rude et la grosse voix de Tommy Lee Jones font des merveilles. Ainsi les téléfilms "Outside Chance", "The Rainmaker" et surtout "The Amazing World of Howard Hughes", où il connaît son premier grand succès critique dans le rôle-titre du célèbre producteur mogul.

On le voit aussi au cinéma, mais dans de petits rôles et souvent dans des films d'action costauds : "Rolling Thunder" de John Flynn, "La prison du viol"… Jones est nommé pour la première fois aux Golden Globes pour son rôle de Doolittle Lynn dans "Nashville Lady", de Michael Apted, mais son cercle de fans reste encore restreint, et le comédien est virtuellement inconnu à l'étranger. Oliver Stone va lui offrir la chance de changer la donne avec le rôle de Clay Shaw dans "JFK", qui lui vaudra une nomination aux Oscars pour le Meilleur second rôle masculin.

Deux ans plus tard, la nomination se concrétise en statuette pour son rôle de marshal lancé sur les traces de Richard Kimble/Harrison Ford dans "Le Fugitif", qui triomphe au box-office. Il est à noter que l'une des répliques les plus cinglantes du film (Richard Kimble : "I didn't kill my wife" - Marshal Samuel Gerard : "I don't care.") est l'œuvre de l'acteur, qui a pris l'habitude, avec les années, de modifier son texte comme bon lui semble.

Bref, "Le fugitif", qui lui rapporte aussi un Golden Globe Award et le Los Angeles Film Critic Award pour le Meilleur second rôle masculin, est un tremplin de taille pour Tommy Lee Jones, qui compte aujourd'hui parmi les grandes figures de Hollywood. On l'a vu, ensuite, dans "Blown away", de Stephen Hopkins, et dans "Batman forever", de Joel Schumacher, où il incarnait le terrifiant Double-Face. En 1995, cet amateur de polo (il possède son propre ranch et dirige un élevage de chevaux) écrivait et réalisait un premier film, "The Good Old Boys", destiné à la télévision.

Après le succès de "Men in Black" et du torride mais un peu bancal "Volcano", Tommy Lee Jones reprenait le rôle du Marshal Samuel Gerard pour la suite du Fugitif, "U.S. Marshals", puis prêtait sa voix au major Chip Hazard dans le parodique "Small soldiers" avant d'incarner le contrôleur judiciaire Travis Lehman dans "Double jeu".

Un peu moins actif depuis 15 ans ans qu'au début des années 90, Tommy Lee Jones, réputé pour son caractère peu amène et ses coups de gueule légendaires, a enchaîné dans la foulée le "Space Cowboys" de Clint Eastwood, "Men In Black 2" et le thriller militaire "L'enfer du devoir", de William Friedkin, dans lequel il incarnait le colonel Hayes Hodges. Il a retrouvé William Friedkin, le réalisateur de "L'Enfer du devoir", pour le thriller nerveux "Traqué" (2002). Du maniement du couteau à la pratique du tir à l'arc, il n'y a qu'un pas que franchissait Tommy Lee Jones en interprétant le western "Les Disparues" (2004) de Ron Howard.

Fort de cette expérience devant la caméra, il se lançait dans la réalisation avec un premier long métrage, "Trois Enterrements", présenté à Cannes en 2005. Ce coup d'essai fut couronné de succès, puisque l'acteur-réalisateur repartira de la Croisette auréolé du Prix du Scénario et du Prix d'interprétation masculine. Croisette qu'il a retrouvée pour le des frères Cohen, "No Country For Old Men", sorti en janvier 2008 sur les écrans français.

Entretemps, on avait retrouvé le solide comédien dans "The Last Show", puis aux côtés de Charlize Theron dans une réalisation de Paul Haggis : "Dans La Vallée d'Elah". Signalons également "Dans la brume électrique" sous la direction de Bertrand Tavernier.

En 2011, il a partagé l'affiche de "The Company Men", un bon film interprété aussi par Ben Affleck, Chris Cooper et Kevin Costner. Pour en mai 2012, c'était le retour au blockbuster avec "Men In Black 3", ainsi qu'à la comédie plutôt légère avec : "Tous les espoirs sont permis", sorti en octobre 2012 en France. 

Ont suivi "Lincoln", un grand film de Steven Spielberg, et la catastrophe "Malavita" sous la direction du sinistre Luc Besson. En mai 2014, Jones revenait avec un projet bien plus intéressant, un authentique western : "The Homesman". Résultat final plus que brillant ! Après "Criminal" aux côtés de Kevin Costner, et "Jason Bourne", qui aura marqué le grand retour de Matt Damon, voici "Mechanic Résurrection" (le 31 août).


(Sources consultées : dossier de presse du film).

Filmographie :1970 - Love Story (Hiller)

1970 - Eliza's Horoscope (Shepard)

1973 - Life Study (Nebbia)

1976 - La prison du viol (Miller)

1977 - Rolling Thunder (Flynn)

1978 - Les yeux de Laura Mars (Irvin Kershner)

1978 - Betsy (Petrie)

1980 - Nashville Lady (Michael Apted)

1980 - Barn Burning (Werner)

1981 - Back Roads (Ritt)

1983 - Les pirates de l'île sauvage (Fairfax)

1984 - The River Rat (Rickman)

1986 - Sans issue (Cockliss)

1987 - The Big Town (Bolt)

1988 - Stormy Monday (Mike Figgis)

1989 - Opération Crépuscule (Andrew Davis)

1990 - Fire Birds (Green)

1991 - JFK (Oliver Stone)

1992 - Piège en haute mer (Andrew Davis)

1993 - House of Cards (Lessac)

1993 - Le fugitif (Andrew Davis)

1993 - Entre ciel et terre (Oliver Stone)

1994 - Tueurs nés (Oliver Stone)

1994 - Cobb (Ron Shelton)

1994 - Le client (Joel Schumacher)

1994 - Blue Sky (Richardson)

1994 - Blown Away (Stephen Hopkins)

1995 - Batman Forever (Joel Schumacher)

1997 - Men in Black (Barry Sonnenfeld)

1997 - Volcano (Mick Jackson)

1997 - U.S. Marshals (Stuart Baird)

1999 - Double jeu (Bruce Beresford)

1999 - L'enfer du devoir (Friedkin)

2000 - Space Cowboys (Clint Eastwood)

2001 - Men In Black 2 (Barry Sonnenfeld)

2002 - Traqué (William Friedkin)

2004 - Les Disparues (Ron Howard)

2005 - Garde Rapprochée (Stephen Herek)

2005 - Trois Enterrements (Jones)

2006 - The Last Show (Altman)

2007 - Dans La Vallée d'Elah (Haggis)

2008 - No Country For Old Men (Cohen)

2009 - Dans la brume électrique (Tavernier)

2011 - The Company Men (Wells)

2012 - Men In Black 3 (Sonnenfeld)

2013 - Lincoln (Spielberg)

2013 - Malavita (Besson)

2014 - The Homesman (Jones)

2016 - Criminal (Vromen)

2016 - Jason Bourne (Greengrass)

2016 - Mechanic Résurrection (Gansel)
Tous nos contenus sur "Tommy Lee Jones"