Wes Bentley

wes-bentley

Nationalité : Américain
Métier : Acteur
Dernier film : The Best Of Enemies
Crédits photographiques : Sony Pictures / Netflix
Portrait mis à jour le : 2 mars 2022

 

PORTRAIT

Originaire d'Arkansas, Wes Bentley est né au sein d'une fratrie de quatre enfants et a été élevé selon les dogmes de l'Église méthodiste. Avec un père pasteur et une mère aumônier, ses frères et lui grandissent en recevant une éducation religieuse prégnante, mais le tempérament rêveur de Wes suscite déjà en lui une envie d'autre chose. Bien que sa famille soit solidement ancrée en Arkansas, ses multiples déménagements – Jonesboro, Mountain Home, Sherwood – ne lui permettent pas de bénéficier de la stabilité qu'il recherche et l'adolescent est souvent cantonné à l'image du 'petit nouveau'.

Le cap des études supérieures lui offre une première occasion de découvrir la côte Est et, surtout, de mettre sa vocation d'acteur à l'épreuve. Rejoignant les bancs de la prestigieuse section théâtrale de la Julliard School, il plonge avec plaisir dans le bouillon de culture newyorkais et s'épanouit sur les planches, où il fait preuve d'une belle aisance. Au milieu des années 1990, Wes Bentley se perfectionne à la comédie et apprend les ficelles du métier, avant de se lancer dans le grand bain en 1998 avec "Three Below Zero", un drame intimiste qui l'initie à la réalité d'un tournage cinématographique. La même année, le comédien débutant obtient un petit rôle dans le film engagé "Beloved", emmené par le duo Danny Glover / Oprah Winfrey.

C'est Sam Mendes qui lui offre le rôle de la consécration avec "American Beauty" (2000), son premier long métrage. Il incarne Ricky Fitts, un personnage névrosé et voyeur, qui le propulse sur le devant de la scène et lui vaut une citation aux BAFTA. Toutefois, les rouages du star system sont sans pitié pour ceux qui ne sont pas préparés à la célébrité et "American Beauty" l'entraîne aussi dans les affres de la drogue. Si Wes parvient à dissimuler un temps son addiction à son entourage, elle prend rapidement le pas sur sa carrière naissante, pour atteindre son paroxysme entre 2006 et 2008.

Conscient que cette descente aux enfers est en train de le détruire, le comédien se décide finalement à demander de l'aide à ses proches et entame une première cure de désintoxication. Le courage et la détermination dont il fait preuve pour remonter la pente font l'objet d'un documentaire intitulé "My Big Break" (2009). Devenu un modèle pour les jeunes acteurs, soucieux de rester dans le droit chemin, Wes Bentley retrouve un rôle d'importance avec "La Cadillac de Dolan" (2009), un thriller adapté de Stephen King, après avoir campé des rôles en demi-teinte dans "Ghost Rider" (2007) et "The Last Word" (2008).

Après avoir prêté ses traits à l'extravagant Seneca dans "Hunger Games" (2012), Wes Bentley s'était préparé à une année 2014 riche en projets d'envergure, dont le sulfureux "Lovelace" et la méga-production, "Interstellar", étaient les pierres angulaires. Malheureusement, le résultat final au box office fut quelque peu décevant pour l'un comme pour l'autre.

Après "Things People Do", "We Are Your Friends" et "Knight of Cups" de Terrence Malick, on oubliera "Illusions" et "Broken Wows" sortis en DVD, sont successivement sortis au cinéma les films "Au Prix du Sang" et "Mission Impossible : Fallout". Depuis, le petit écran a accaparé Wes Bentley avec les séries "American Horror Story" (2014/2016), "Yellowstone" (2018/2022) et "Blade Runner : Black Lotus" (2021/2022).

(Sources consultées : dossier de presse du film).

FILMOGRAPHIE

1995 - Serendipity Lane (Lisa Cole)

1998 - Beloved (Jonathan Demme)

1998 - Three Below Zero (Simon Aeby)

1999 - American Beauty (Sam Mendes)

1999 - The White river kid (Arne Glimcher)

2000 - Rédemption (Michael Winterbottom)

2001 - Soul survivors (Steve Carpenter)

2002 - Frères du désert (Shekhar Kapur)

2002 - le match de leur vie (David Anspaugh)

2006 - Weirdsville (Allan Moyle)

2007 - 2ème sous-sol (Franck Khalfoun)

2007 - Ghost Rider (Mark Steven Johnson)

2007 - The Last Word (Geoffrey Haley)

2008 - The Storyteller (Robert Angelo Masciantonio)

2009 - La Cadillac de Dolan (TV) (Erik Canuel)

2010 - Jonah Hex (Jimmy Hayward)

2011 - Hirokin (Alejo Mo-Sun)

2011 - Rites of Passage (W. Peter Iliff)

2011 - There Be Dragons (Roland Joffé)

2012 - Disparue (Heitor Dhalia)

2012 - Hunger Games (Gary Ross)

2013 - Lovelace (Rob Epstein)

2014 - Welcome to me (Shira Pivens)

2014 - Illusions (Michael Polish)

2014 - Interstellar (Christopher Nolan)

2015 - Things People Do (Saar Klein)

2015 - Final Girl (Tyler Shields)

2015 - We Are Your Friends (Max Joseph)

2015 - Knight of Cups (Terrence Malick)

2016 - Dangereuse Attraction (Bram Coppens)

2016 - Peter et Elliott le dragon (David Lowery)

2017 - Au Prix du Sang (Joffé)

2018 - Mission Impossible : Fallout (Christopher McQuarrie)

2019 - The Best Of Enemies (Robin Bissel)

Tous nos contenus sur "Wes Bentley"