25 septembre 2020
Programme TV

La Grande Vadrouille : Le film aux 17 millions de spectateurs !

Par Jérémy Joly

En ces temps de confinement forcé, et alors que les chaînes de télévision essaient tant bien que mal de programme des émissions et des films permettant de lutter contre le caractère terriblement anxiogène de la grave crise que connaît notre pays, France 2 a décidé de rediffuser "La Grande Vadrouille" de Gérard Oury. Vous avez sûrement déjà vu ce film lors d'une des multiples rediffusions à la télévision. Toutefois, cet événement, ce Dimanche, va permettre aux spectateurs de le découvrir (pour les plus jeunes) et/ou de le redécouvrir. En effet, revoir ce grand film comique demeure encore aujourd'hui une expérience cinématographique magique.


Nous sommes en 1942, plongés durant la Seconde Guerre mondiale. Un avion anglais est abattu par les allemands au-dessus de Paris. Les trois pilotes atterrissent en parachute dans différents endroits de la capitale. Ils sont aidés par deux civils français, un chef d'orchestre et un peintre en bâtiment. Ceux-ci acceptent de les mener en zone libre et deviennent, malgré eux, des héros de la Résistance.

Deux ans après le succès du film "Le Corniaud", Gérard Oury reforme l'un des plus grands duos comiques Louis de Funès-Bourvil. C'est un régal de suivre l’aventure de ces deux personnages plutôt banals devenir des héros. "La Grande Vadrouille" comporte plusieurs scènes devenues cultes. Louis de Funès était un acteur perfectionniste. Il a répété pendant trois mois les mouvements réels de la « Damnation de Faust », d'Hector Berlioz, devant son miroir. C'est donc bien lui-même et non une doublure qui dirige l'orchestre à la surprise des musiciens du Palais-Garnier. Cela rend la scène très impressionnante.


Le moment plus que mémorable de "La Grande Vadrouille" est celui où Bourvil et de Funès sont à la recherche de Big Moustache et chantent le fameux « Tea for two » est extrêmement drôle. Cependant, on pourra citer aussi une longue séquence de poursuite, lorsque nos héros sont poursuivis par des allemands à moto, et qu'ils lancent des citrouilles sur la route, cela déclenche une avalanche de rires. Les cascades donnent naturellement de l'action mais sont appréhendées avec beaucoup d'humour, ce qui est plutôt difficile. Elles sont de surcroît réglées par le plus grand dans ce domaine : Rémy Julienne.


Si l'on devait retenir une seule réplique, ce serait « - Vous chaussez du combien ? - Du comme vous ! ». Toutefois, "La Grande Vadrouille" présente également l'une des meilleures scènes de quiproquos qui soit : Stanislas Lefort, suite à un numéro de porte mal fixé, se retrouve dans le lit d'un officier allemand et doit siffler pour stopper les énormes ronflements.

Le scénario, signé Gérard Oury, Danièle Thompson et Marcel Jullian, est truffé de scènes drôles. Pourtant, une des scènes parmi les plus cultes du film n'était pas écrite dans le scénario originel. Louis de Funès se retrouve sur les épaules de Bourvil et décide d'y rester « Pourquoi voulez-vous les faire arrêter ? On est très bien comme ça ! ». Cette improvisation géniale des deux acteurs s'est retrouvée finalement sur l'affiche.

Louis de Funès et Bourvil sont accompagnés par les anglais Terry-Thomas (Big Moustache), Claudio Brook et Mike Marshall, la ravissante Marie Dubois, la sœur André Parisy, le major Benno Sterzenbach et le soldat qui a un problème de strabisme : Michel Modo.

"La Grande Vadrouille" est donc devenue une référence dans le cinéma comique français qui aura atteint les 17 millions de spectateurs lors de sa sortie. Longtemps numéro 1 du box-office français, il aura fallu attendre l'arrivée du "Titanic" de James Cameron (1998) pour battre ce record. Il est resté pendant plusieurs décennies le plus gros succès public de l'Histoire du cinéma français avant que "Bienvenue chez les ch'tis" (2008) et "Intouchables" (2011) ne viennent à le détrôner.

ça peut vous interesser

Festival CineComedies 2020 : Demandez le programme !

Jérémy Joly

Bourvil avait peur d’être oublié…

Rédaction

Les Apparences : Sont trompeuses !

Rédaction