Programme TV

Scarface de Brian de Palma

Par Pierre Delarra

Disponible sur
logo-tcm

« Mes mains sont faites pour l’or mais elles baignent dans la merde. » s’exclame Tony Montana (Al Pacino) à son ami Manny (Steven Bauer) alors qu’ils s’exténuent à faire la plonge dans une miteuse baraque à frites de la banlieue de Miami. Les deux acolytes rêvent de grandeur, de l’American Way Of Life, de l’argent et pouvoir quitter leurs habits d’immigrés cubains pour de rutilants et tapageurs costars d’apprentis gangsters.

Voilà en préambule le début de "Scarface". Oliver Stone ("Salvador", "Platoon", "Savages", ou "Né un Quatre Juillet") écrit le script de "Scarface" alors qu’il lutte lui-même contre son addiction à la cocaïne dont il connait parfaitement les effets et les malheureuses conséquences. Le film est un remake assez fidèle du film du même nom de 1932 relatant l’histoire d’un immigré bâtissant à Chicago un empire sur le trafic d’alcool pendant la prohibition, film de Howard Hawks, écrit par Ben Hecht et produit par le tout puissant Howard Hugues, reste célèbre pour l’incarnation de Tony Camonte joué par l’expressionniste et inoubliable Paul Muni.

Film à la production improbable, Sidney Lumet est pressenti pour sa réalisation vite débarqué pour Brian De Palma, les rôles principaux jouent aux chaises musicales : Sylvester Stallone est remplacé par Al Pacino pour le rôle de Tony Montana. Toutefois, c’est surtout pour le rôle d’Elvira que se crêpe le chignon des comédiennes du tout Hollywood : la liste est exhaustive : Rosanna Arquette, Mélanie Griffith, Kim Basinger, Kathleen Turner, Kelly Mcgillis, Sharon Stone sans oublier la célèbre actrice aux macarons intergalactiques Carrie Fisher ! Le choix final se portera sur la jeune et relativement inconnue Michelle Pfeiffer dont on ne compte qu’un rôle dans "Grease 2".

Le personnage de Tony Montana dans "Scarface" est emblématique : c’est un criminel mégalomane, tueur de masse, un psychopathe narcissique et méthodique qui n’a que pour seul objet, noyer Miami sous des tonnes de cocaïne, éliminer les Narcos de Medellin et éradiquer les flics véreux (magnifique rôle de Mel Berstein joué par Harris Yulin).

« Il n’y a d’excès que dans l’excès » prophétise Franck Lopez caïd de la pègre et patron de Tony ; un duel fratricide qui se terminera dans la mort. Personnage emblématique mais aussi ambivalent car Tony devient un criminel héroïque ! Il fascine tout comme il séduit, séduction des hommes (le colombien Sosa) des femmes (Elvira, Gina) et même un tigre !

Brian de Palma est bien loin d’être un novice. Durant ses années de Fac, il découvre avec émerveillement le cinéma d’Hitchcock reprenant alors les modèles de "Vertigo", "Fenêtre sur Cour" et "Psychose". Dans les années soixante-dix, il sublime les psychédéliques "Phantom of the Paradise" et "Carrie" pour se surprendre lui-même avec les productions sur le thème de la manipulation telles "Pulsion" et "Bow Out" et cela l’amènera par ailleurs, en 2021, à la production de "Predator", film sur l’ivresse du pouvoir en lien avec l’affaire Weinstein.

Reprises de Hitchcock encore dans "Scarface", la scène traumatisante du démembrement à la tronçonneuse d’un trafiquant colombien. De Palma ne montre rien des bras sectionnés, simplement du sang projeté, giclé sur les murs de la salle de bains. Le cinéaste suggère sans montrer. Le spectateur entend juste, avec frayeur, le son obsédant de la tronçonneuse qui découpe. C’est la force de De Palma. Toute la scène est filmée en mouvement par un long travelling déporté allant de la salle de bains et usant d’une grue pour rejoindre la digue de la plage. C’est une violence rare et réaliste dont Martin Scorcese notera encore : « ce film sera détesté mais aussi adulé. »

« The World Is Yours » est la définition même de "Scarface". Elle imprime avec force toute l’œuvre opiniâtre de Brian de Palma qui symbolise la folie et pourrait se résumer de cette façon : « J’aime mieux être mort haï que d’être mort méprisé. »

A vos sodas, pop-corn et bonne projection !

ça peut vous interesser

Blade Runner : L’âme humaine dans une machine

Rédaction

Frères de Sang : Black Live Matter

Rédaction

Le Quai des Brumes de Marcel Carné

Rédaction