Séries

Les Envahisseurs avec Roy Thinnes

LES ENVAHISSEURS

(1967/1968)

Une présentation de la série Les Envahisseurs par Christophe Dordain.




Unanimement reconnu comme un modèle de programme télévisé intelligent, et solidement réalisé par les meilleurs professionnels d'Hollywood, cette série constitue l'un des fleurons du catalogue du grand producteur Quinn Martin.

Diffusée pour la première fois le 10 janvier 1967 sur le réseau ABC, la série : "The Invaders" ne présente pas un thème fondamentalement nouveau. L'hypothèse de la pluralité des mondes habités et des voyages interplanétaires remonte à l'origine de la civilisation humaine. Qui plus est, l'invasion de notre planète par une espèce, technologiquement plus avancée, est, depuis longtemps, un des thèmes centraux et récurrents de la littérature de science-fiction.

Ce qui en fait sa particularité, c'est son traitement visuel et le climat de paranoïa voire de trouille littérale que provoque la vision de chaque épisode auprès des téléspectateurs dans les années 1960, et même encore un peu aujourd'hui.

serie-les-envahisseurs-2
Roy Thinnes est David Vincent.

AUX SOURCES D'UNE SERIE-CULTE

"Les Envahisseurs" s'inscrivent en droite ligne dans la perspective du roman de H.G. Wells : La Guerre des Mondes, dont l'adaptation cinématographique, signée Byron Haskins en 1951, est une brillante réussite. Cet ouvrage, qui date de 1897, fait le constat que, sur terre, aucune puissance européenne ne parvient à être soumise.

Nous sommes alors à la grande époque de la colonisation et de l'impérialisme des pays européens. C'est pourquoi le livre décrit une invasion punitive dont sont victimes les nations les plus avancées, invasion qui ne peut être que le fait d'une superpuissance venue des étoiles.

Ainsi, peut-on établir un parallèle avec la situation des USA, au milieu des années 1960. Quoiqu'à la vérité, les américains n'aient pas vraiment profité, autant que les autres nations, de cette faste période appelée les Trente Glorieuses.

Cependant, déjà à cette époque, les USA se présentent tel le gendarme de l'espace mondial, comme le véritable défenseur du monde libre. Ils apparaissent comme la seule puissance qui puisse être l'objet d'une attaque organisée par des ennemis venus d'une autre planète ou, mieux encore, par des adversaires bien humains et dangereux, fort nombreux de l'autre coté du "Rideau de fer".

Ceci permet de mieux comprendre la dimension anticommuniste qui fut donnée par certains spécialistes à la série. Le halo rouge qui entoure le corps de l'envahisseur en voie de désintégration, au moment de sa disparition, en serait-il le révélateur ? L'interprétation reste quand même bien discutable avec le recul.

A l'origine de ce programme, dont la production est entamée au cours de l'année 1966, se trouvent deux fortes personnalités : Larry Cohen et Quinn Martin. L'arrivée de ce dernier au poste de producteur exécutif provoque d'ailleurs de sérieux remous.

En effet, Martin possède une solide expérience et va en user pour imposer quelques changements radicaux, et que d'aucuns considèrent comme salutaires, au concept initial développé par Larry Cohen. Il est vrai qu'il est difficile de résister à celui qui avait déjà produit les deux premières saisons du show "Les Incorruptibles", lancé ensuite "Sur la Piste du Crime" et dont le grand succès, en cette année 1966, est "Le Fugitif" avec David Janssen.

La première décision de Quinn Martin est de porter la durée de chaque épisode de 26 à 52 minutes. Puis, il refuse les 22 scripts écrits par Larry Cohen tout en conservant leur trame, preuve qu'ils n'étaient pas aussi mauvais que cela...

Enfin, pour le rôle principal, il engage Roy Thinnes. Ce dernier présente une certaine similitude avec Paul Newman. Aussi, l'opportunité de conquérir l'audience féminine et de l'amener à suivre une série relevant de la science-fiction, n'est pas négligée.

serie-les-envahisseurs-3
Logo de la diffusion de la série Les Envahisseurs en 1967.

LE CONCEPT DE DEPART

"Le début d'un cauchemar pour moi, en tant que Roy Thinnes, mais ce fut bel et bien le commencement de celui de David Vincent. Je pense souvent au premier épisode : si seulement cette pancarte "route barrée" avait été sur pied, la série n'aurait jamais existé ! Et David Vincent n'aurait jamais vu cette soucoupe volante", s'exclamait Roy Thinnes lorsqu'on l'interviewait quelques années plus tard au sujet de la série.

Dans les semaines qui suivirent l'intrusion des Envahisseurs sur le petit écran, un bon nombre de téléspectateurs devaient repasser dans leur mémoire maintes et maintes fois le fameux pré-générique citée ci-dessus.

Lancée au moment même où les théories sur l'existence des extraterrestres et de leur présence éventuelle sur Terre préoccupaient fortement le public, la série frappait toutes les imaginations. C'était la première fois que des êtres à figure humaine, venus d'ailleurs, envahissaient la télévision par le truchement d'une série.

Quand Larry Cohen (scénariste) et Alan A. Armer (producteur), passionnés par les étoiles et les ovnis, se rencontrent, naît dans leur esprit l'idée d'une série où un héros solitaire combattrait des êtres extraterrestres, dont nul ne soupçonnerait la présence sur Terre.

Il est tout de suite décidé qu'aucun moyen ne permettra de distinguer les Envahisseurs des humains. Alan Armer s'explique: "Un extraterrestre est beaucoup plus terrifiant quand il ressemble à votre voisin de palier." Mais un petit détail permettra quand même de les différencier. Un oeil apparaîtra de temps à autre dans la paume de leur main.

Le réseau ABC, qui est intéressé par le projet, refuse catégoriquement un tel artifice, qui risque non seulement d'être risible, mais surtout coûter très cher à réaliser. Larry Cohen propose à la place d'affubler les Envahisseurs d'un auriculaire dont la raideur toute particulière permettra à David Vincent de les reconnaître à coup sûr. A-t-on évacué du même coup l'aspect comique de la chose ? Peut-être pas...

Force est pourtant de constater que l'utilisation de ce gimmick sera parcimonieuse : le téléspectateur ne verra un individu à l'auriculaire dressé que si, pour les besoins du scénario, il doit deviner sur-le-champ qu'il s'agit d'un Envahisseur.

Mais le simple petit doigt tendu permet aussi de savoir que son propriétaire n'est qu'un extraterrestre de bas étage, un sous-fifre souvent destiné à effectuer les sales besognes. Les têtes pensantes ont elles, une constitution humaine beaucoup plus élaborée. Leur petit doigt peut se plier...

serie-les-envahisseurs-4
David Vincent à bord d'une soucoupe volante...

LE TOURNAGE DU PILOTE

La réalisation du pilote est confiée à Joseph Sargent qui saura utiliser toutes les dernières trouvailles techniques qui vont conférer à la série son style. Courtes focales, mouvements rapides et obliques (voir l'épisode n°2, "L'expérience", avec Roddy Mc Dowall en guest-star) et qui vont devenir la marque de fabrique du show.

On peut ajouter à cela les effets spéciaux signés Darrell H. Anderson, la musique célèbre et lancinante de Dominic Frontiere, ainsi que la structure en quatre actes qui constitue la signature de tous les programmes produits par Quinn Martin jusque "Cannon" et "Les Rues de San Francisco".

Il faut noter que la durée initiale du pilote était de 90 minutes. Pourtant, il ne reste plus de traces visibles de ce montage initial qui fut diffusé en public, pour la première fois dans sa version d'origine, en 1969, au cours d'une exposition au Musée d'art moderne de New York. Il aura fallu attendre une nouvelle édition en DVD, aux USA, en 2014, pour pouvoir enfin découvrir l'épisode-pilote dans son intégralité.

Sachez par ailleurs que Quinn Martin réutilisera le scénario de l'épisode-pilote, dans un format de 60 minutes, en l'intégrant parmi les 8 épisodes de la série "Voyage dans l'Inconnu", en 1977, sous le titre "The Nomads", avec David Birney dans le rôle principal.

serie-les-envahisseurs-5
Roy Thinnes à la une de Télé 7 Jours en 1969.

LA DIFFUSION

La série démarre le 10 janvier 1967 pour une première saison de 17 épisodes.

C'est au cours des longs trajets, d'une moyenne de deux à trois heures, dans les véhicules qui transportent l'équipe sur les lieux de tournage, que le directeur de la photographie, Andrew Mc Intyre, raconte à Roy Thinnes ses missions aériennes pendant la Seconde Guerre mondiale et ses observations de phénomènes lumineux bien étranges. Des histoires à glacer le sang qui pousseront l'acteur, d'abord incrédule, à se persuader que les extraterrestres existent et que "Les Envahisseurs" sont peut être bien plus qu'une simple fiction.

La seconde saison commence en septembre 1967 pour s'achever le 10 mars 1968, au 43ème épisode, sans la possibilité d'une histoire finale qui aurait donné à la série une cohérence d'ensemble, ce qui est éminemment regrettable. Le mystère qui entoure l'annulation de la série reste entier.

Les sondages, contrairement à ce qui fut affirmé par la suite, étaient encourageants. Il semble qu'un profond désaccord entre les dirigeants d'ABC et Quinn Martin soit la cause véritable entraînant la suppression malencontreuse des "Envahisseurs".

Il reste, au final, une série phare, devenue, au fil du temps, une référence. Loin d'être un programme à l'anticommunisme primaire, "Les Envahisseurs" nous montrent une Amérique matériellement et moralement en ruines.

L'action se déroule le plus souvent dans le désert ou dans des bâtiments désaffectés situés dans des petites villes sinistrées. Doit-on y voir les prodromes des secousses qui vont agiter la société américaine vers la fin des années 60 ? C'est au téléspectateur qu'il incombe de répondre à cette interrogation.

Mettant en scène, dans des décors typiques, l'une des grandes figures traditionnelles de la fiction américaine, le héros solitaire, et jouant sur la peur du complot, sentiment typiquement américain, "Les Envahisseurs" se présentent comme l'une des séries les plus habiles et étranges jamais produites.

Elle apparaît clairement aussi comme l'une des plus américaines qui soit, dans la mesure, où, toutes les ressources historiques, géographiques et politiques de ce vaste pays y sont habilement exploitées.

serie-les-envahisseurs-6
Roy Thinnes à la une du magazine Télé 7 Jours en 1971 au moment de la seconde diffusion.

LA DIFFUSION EN FRANCE

La France se passionne dès 1969 pour les aventures de David Vincent. "Les Envahisseurs" est, en effet, la première grande série de science-fiction à apparaître sur les petits écrans hexagonaux, sur la 1ère chaîne de l'ORTF.

Toutefois, hormis la rediffusion presque totale de la première saison dans le cadre de l'émission "Samedi est à Vous en 1975, il faudra attendre 1987 pour que TF1 diffuse l'intégralité de la série, au cours de l'été, en fin de soirée. Il n'était d'ailleurs pas rare que le doublage de certains épisodes, jusqu'alors inédit, s'achève dans la journée pour une diffusion le soir même. Légende de la télévision quand tu nous tiens...

Depuis 1989, la série a été plusieurs fois rediffusée sur M6, mais jamais dans son intégralité (quelque épisodes échappent immanquablement à l'attention des programmateur.) La dernière diffusion remonte à fin 1992, début 1993, le dimanche matin, et fut très partielle.

Il faudra attendre 1995 pour voir l'intégrale de la série diffusée en Belgique, par une nouvelle chaîne ayant vu le jour, CLUB RTL, et qui diffusait alors un épisode par semaine le samedi en fin de soirée.

Enfin, France 3, en 2001, avait relancé la diffusion mais à des horaires que l'on peut qualifier d'indignes (souvent minuit voire 1 heure du matin !) démontrant de fait l'impéritie de ses programmateurs.

Heureusement, Paris Première aura remédié à cela avec une diffusion intégrale lors de l'été 2005. Quant à TF1 Vidéo, elle a mis en vente une première édition en DVD en 2008. Suivie d'une nouvelle édition, avec un nouveau packaging, en octobre 2018. Pas de bluray à l'horizon par contre. Voilà qui est bien regrettable.

serie-les-envahisseurs-8
David Vincent : prêt à combattre Les Envahisseurs.

LES REACTIONS DES TELESPECTATEURS DE L'EPOQUE

Dire que la première diffusion des "Envahisseurs" a suscité un immense intérêt de la part du public français relève du doux euphémisme. En effet, "Les Envahisseurs" ont été suivis avec passion par les téléspectateurs qui, fort nombreux (des millions, c'est certain), se blôtissaient devant leur petit écran afin de partager le combat de Roy Thinnes alias David Vincent.

Voici un florilège des réactions enregistrées par courrier, du plus sérieux au plus anecdotique, ainsi que l'avis des critiques télévisuels de l'époque tel Guillaume Hanoteau du magazine Télé 7 Jours :

- "Un nouveau feuilleton américain a fait ses débuts. Il est à mi-chemin entre le policier et la science-ficition. Après l'événement des premiers pas de l'homme sur la Lune (juillet 1969, il faut le rappeler pour bien mesurer l'intérêt du public pour le domaine spatial, ndlr), on sait combien il est difficile de parler de l'avenir cosmique. Tout, soudain, nous paraît ou dépassé ou excessif. Il faut convenir que "Les Envahisseurs" ont réussi à trouver un juste équilibre entre ces deux écueils. L'aventure que cette série nous propose, l'invasion de notre monde par des êtres débarqués du cosmos, est néanmoins plausible. Ces monstres ont nos figures et nos comportements. Seule, la disposition de leurs doigts de main est différente de la nôtre. Grâce à cette précaution et à cette modération, nous avons suivi avec intérêt, et même par instants avec passion, cette histoire encore à son début."(Le critique Guillaume Hanoteau dans Télé 7 Jours, n°490, 13 septembre 1969).

- "Je voudrais vous faire part de ma grande satisfaction au sujet du nouveau feuilleton de la 1ère chaîne : "Les Envahisseurs". Pas une seule seconde, le suspense ne s'est relâché. C'est vraiment une réussite du genre. Espérons que l'O.R.T.F. insérera à l'avenir, dans ses programmes, plus de sujets touchant aux mondes des extra-terrestres, aux soucoupes volantes. Je pense qu'il faut habituer l'opinion publique à une réalité qui se précisera sûrement dans les années à venir." (Monsieur Papouse, maître de recherche au C.N.R.S (rien que cela !) dans Télé 7 Jours, n°491, 20 septembre 1969).

- "J'ai été très intéressé et passionné par le nouveau feuilleton "Les Envahisseurs". J'ai douze ans et je suis en C.E.S. Serait-il possible que l'émission "Panorama" soit programmée après "Les Envahisseurs" ? Le matin, il faut se lever de bonne heure, et la fin de cette série, 22h30, est tardive pour nous les écoliers." (Philippe Vergne dans Télé 7 Jours, n°491, 20 septembre 1969).

- "Le deuxième épisode des "Envahisseurs" a été aussi amusant que le précédent. Nous ne lui adresserons qu'un reproche : le ton mélodramatique qu'emploie le commentateur pour annoncer les malheurs passés ou les malheurs à venir de David Vincent..." (Guillaume Hanoteau, Télé 7 Jours n°491, 20 septembre 1969). Notons que l'on ne peut qu'exprimer un vif désaccord avec cet avis tant le commentaire accompagnant les aventures de David Vincent fait beaucoup pour l'attrait qu'exerce encore aujourd'hui ce classique de la télévision.

- "Décidément, est-ce la mode de l'O.R.T.F. ? Après "Chapeau Melon et Bottes de Cuir", "Les Envahisseurs" sont diffusés à une heure bien trop tardive. A quand la campagne contre les feuilletons pour insomniaques ?" (Mr Perez, Paris 13ème dans Télé 7 Jours n°493 du 01 novembre 1969).

- "21h45 : "Les Envahisseurs"... Je suis indigné ! C'est à croire que les responsables des programmes n'ont jamais lu, dans Télé 7 Jours, les lettres des téléspectateurs protestant contre les heures impossibles de diffusion des feuilletons !" (Mr Gilles, Coulomiers, dans Télé 7 Jours n°493 du 01 novembre 1969). Le débat portant sur le respect des horaires de diffusion et sur le respect des séries a-t-il vraiment évolué depuis plus de 50 ans ? On peut en douter...

- "Episode sensationnel des "Envahisseurs". Ces êtres commencent à devenir très méchants, puisqu'ils s'attaquent directement aux hommes et les soumettent maintenant à d'horribles tortures, afin de laver leur cerveau. Ce feuilleton demeure remarquable, parce que, tout en voguant dans l'extravagant, il sait toujours demeurer à la limite du vraisemblable." (Guillaume Hanoteau dans Télé 7 Jours, n°492 du 27 septembre 1969). Il est ici clairement fait allusion à l'excellent épisode 1.04, "Les Sangsues", qui représente incontestablement un des sommets de la première saison.

- "Après avoir suivi le dernier épisode des "Envahisseurs", je m'attendais malgré mon étonnement à ce qu'il arrive à un dénouement digne des épisodes précédents. Il n'en a malheureusement rien été : "Les Envahisseurs" ne sont pas repartis. Je présume que les crédits de l'O.R.T.F. ne sont pas assez grands pour acheter la collection complète des épisodes. Dans ce cas, nous pourrions peut être les aider en faisant une quête !" (Mme Valat de Marseille dans Télé 7 Jours, n°504, 20 décembre 1969).

Lettre révélatrice des pratiques de la télévision française et de son grand respect de son public... En effet, il faudra attendre du 18 novembre 1971 au 22 février 1972 pour une nouvelle diffusion sur la 2ème chaîne de l'ORTF cette fois. C'est-à-dire sur une chaîne dont le taux de couverture du territoire était notoirement plus faible que celui de la 1ère ! Comprenne qui pourra...

serie-les-envahisseurs-9
Roy Thinnes.

FICHE TECHNIQUE

Créée par : Larry Cohen
Producteur exécutif : Quinn Martin
Produite par : Alan A. Armer
Assistant du producteur exécutif : John Conwell
Directeurs de production : Fred Ahern, Howard Alston
Chargés de production : Adrian Samish, Arthur Fellows
Producteur associé : Anthony Spinner
Responsables de la production : Robert Huddleston, Robert G. Stone
Supervision de la post-production : John Elizalde
Supervision des scripts : Marshall Schlom, John Dutton
Directeurs de la photographie : Meredith Nicholson (pilote), Andrew J. McIntyre
Musique : Dominic Frontiere, Richard Markowitz
Directeurs artistiques : James Dowell Vance, George B. Chan
Décorateurs : Robert Nelson, Carl Biddiscombe
Effets visuels spéciaux : Darrell A. Anderson
Effets photographiques spéciaux : Howard Anderson
Effets sonores : Ira Anderson
Mixage : Al Overton, Barry Thomas
Ingénieur du son : Barry Campbell
Montage de la musique : Dan Carlin
Montage son : Werner Kirsch
Monteurs : Jerry Young, Walter Hannemann, Lee Gilbert, Richard H Cahoon
Assistants monteurs : Ray Daniels, Tom Neff Jr, Orven Schanzer, Martin Fox
Chefs accessoiristes : Arthur Friedrich et Ray Thompson
Supervision du script : Marshall Schlom, John Dutton et Wallace Bennett
Assistants réalisateurs : Paul Wurtzel, Harold Schneider, Robert G. Stone, Donald Klune
Deuxième cameraman : Gail Parker
Casting : Patricia Rose Mock
Supervision des costumes : Frank Beetson
Chef électricien : Robert R. Farmer, Key Grip, Larry Milton
Maquillage : Jack Wilson (pilote), Jack Barron
Coiffures : Annabel
Réalisateur 2ème équipe : Carl Bath
Cascadeurs : Carey Loftin, Hal Baylor, Max Kleven, Ray Kellog, Roy Jenson, Bill Hickman, Fred Waugh, George Robotham, Troy Melton
Une production Quinn Martin tournée aux studios MGM à Hollywood et en extérieurs sur le site de Vasquez Rocks (Californie)


ça peut vous interesser

Lee Majors : Son portrait

Rédaction

Les Aventuriers des Salles Obscures : 20 avril 2019

Rédaction

Banacek avec George Peppard

Rédacteur