Séries

Paris Police 1900 : La Belle Époque n’a de belle que le nom

Par Clara Lefèvre-Manond


"Paris Police 1900", c’est la nouvelle série historique de Canal + et créée par Fabien Nury. Plongée au cœur de Paname en pleine affaire Dreyfus. Ce polar historique nous dresse un portrait brutal, violent et captivant de la France au début du XXIe siècle. Retour sur la nouvelle série du moment.

C'est quoi cette série ?

1899, la République française est au bord de l’explosion. Prise en étau entre les ligues nationalistes, antisémites, xénophobes et la menace anarchiste, la France est aussi secouée par l’affaire Dreyfus. C’est dans ce climat explosif que l’on retrouve le cadavre d’une inconnue dans la Seine où l’enquête criminelle va propulser Antoine Jouin, un jeune enquêteur ambitieux. Sur sa route, il croisera le préfet Lépine, la première avocate de France ou encore une célèbre courtisane. Entre luttes de pouvoir, secrets d’État et espionnages, il va falloir s’unir pour affronter un coup d’État à venir…

1 saison (en cours) - 8 épisodes - Avec Jérémie LaheurteEvelyne BrochuThibaut Evrard

Une atmosphère tendue

C’est un Paris brillamment reconstitué que nous avons là. De la crasse à profusion dans les quartiers, des calèches sur les quais de Seine, et du raffiné dans les hôtels particuliers. La capitale française est grise, sale et vérolée par des luttes de pouvoir et une montée folle du nationalisme. On sent très vite que la ville, et le pays sont à deux doigts de l’explosion. "Paris Police 1900", nous transporte avec brio dans le Paname de 1899. Ce sont des décors de qualités qui aident à rendre cette époque crédible à nos yeux. Costumes et rouflaquettes sont aussi de rigueur, l’habillage et le maquillage sont également réussis. Le créateur, Fabien Nury s’est inspiré de faits réels pour imaginer sa nouvelle série politico-historique.

series-paris-police-1900-2
Jérémie Laheurte - Copyright Rémy Grandroques - Tetra Media Fiction / Canal+
Personnages réels et faits divers

Le créateur, Fabien Nury a passé une année à se documenter sur la fin du XIXème siècle, à traquer le moindre détail pour alimenter les scènes de sa série. « Il s’agissait d’essayer d’extrapoler sur la base de la réalité. L’affaire de la valise sanglante, non résolue en avril 1899, est bien renseignée. Comme celle du Fort Chabrol. Elles n’ont rien à voir et j’ai essayé d’inventer un lien », explique le créateur.

Parmi les personnages, plusieurs ont bel et bien fait partie de l’Histoire française. Comme Jules Guérin (président de la Ligue antiémétique et directeur du journal « L’antijuif »), le député Édouard Drumont, Jeanne Chauvin (première femme avocate de France) ou encore le préfet de police Louis Lépine et Alphonse Bertillon. Jules Guérin s’est bien retrouvé en état de siège pendant 38 jours rue Chabrol. L’épine a équipé des policiers de vélos et il est à l’origine des brigades criminelles, cynophiles et fluviales. De son côté Bertillon a contribué à l’avènement de la police scientifique et de l’anthropométrie judiciaire (fichage de criminels). Quant à Jeanne Chauvin, elle fut la première femme avocate de France, elle prête serment au Barreau de Paris le 19 décembre 1900, elle est également la première à plaider en 1901.

Grâce à une forte documentation, le récit de la série est passionnant. Pas trop lourd, on comprend de quoi il en retourne, les traits qui sont grossis ne sont pas pesants et ne dénaturent pas l’histoire. Fabien Nury a construit une série mettant en exergue les débuts de l’institution policière.

Un casting de qualité mais quelques erreurs

Dans ce thriller, ce sont des personnages forts que l’on retrouve à l’écran, avec un casting réussi. Marc Barbé (Lépine) en impose, avec son charisme et sa prestance. Thibaut Evrard, joue son rôle du policier Fiersi avec brio. C’est cependant Jérémie Laheurte qui interprète l’inspecteur Jouin qui nous déçoit un peu. Tantôt très vif, tantôt très mou, il peine parfois à convaincre. Cependant, "Paris Police 1900" fait aussi la part belle aux femmes. On retrouve des femmes de l’ombre comme Madame Lépine jouée par Valérie Dashwood, les femmes qui font profil bas comme Hélène Chagnole (Astrid Roos), les femmes qui veulent le pouvoir avec Meg Steinheil, interprétée par Évelyne Brochu. Ou encore celles qui veulent un métier d’homme alors qu’elles n’en ont pas le droit, Jeanne Chauvin jouée par Eugénie Derouand.

series-paris-police-1900-1
Marc Barbé - Copyright Rémy Grandroques - Tetra Media Fiction / Canal+

Pourtant, il y a des scènes où les dialogues sont plats, ou la scène presque gênante. Certains acteurs connaissent des moments de mous, où le spectateur va trouver que c’est mal joué ou en trop. Notamment la scène où Madame Lépine reçoit trois bourgeoises… la discussion est affreusement mal jouée, est-ce que cela vient de l’écriture ou des acteurs ? Plutôt les acteurs. Ce qui donne ensuite quelques petites longueurs aux épisodes. Mais dans son ensemble, le casting (qui n’est pas composé de grosses têtes d’affiche) reste très bon.

Le travail mené par les créateurs, scénaristes, acteurs est remarquable. "Paris Police 1900" se révèle être une série de qualité. Les décors et les costumes sont impeccables et rajoutent une touche supplémentaire à ce thriller politique. Il n’est pas étonnant de savoir que la saison 2 est déjà en cours d’écriture où l’on retrouvera l’inspecteur Jouin, cinq ans plus tard. Alors, vous vous lancez ?

ça peut vous interesser

The One : Quand Tinder rencontre le thriller

Rédaction

Désenchantée : Bienvenue à Dreamland !

Rédaction

Minuit dans l’univers : De l’ennui

Rédaction