16 janvier 2021
Portraits Séries

Glen A. Larson : Un producteur éclectique

Par Christophe Dordain

Il est un fait qu'il faut bien admettre : les séries créées par Glen A. Larson ont rarement reçu les faveurs des critiques de télévision à la différence du grand public qui, lui, les a toujours bien accueillies. S'appuyant parfois sur des idées développées dans le cadre de longs-métrages (on peut notamment penser à "Opération Danger" et sa troublante similitude avec le film "Butch Cassidy et le Kid"), il n'en demeure pas moins que Glen A. Larson est un producteur représentatif d'un univers somme toute éclectique, passant avec talent de la série western et /ou d'espionnage au space opera remodelé pour le petit écran...

glen-a-larson-portrait-2
Lors d'une de ses dernières interventions en public peu avant sa disparition

Une carrière de musicien

Né en 1937, Glen Larson fait partie, au cours de son adolescence, d'un groupe de musique, The Four Preps, formé avec trois autres amis du lycée Hollywood High. The Four Preps qui, bien qu'inconnus chez nous, ont aligné quelques excellents cartons au billboard. En effet, leur talent précoce fait qu'ils sont contactés par Capitol Records, société de production de l'industrie musicale, avec qui ils signent leur premier contrat.

Le premier hit des Four Preps, Dreamy Eyes (reprise du groupe The Youngsters) sort en 1956. Mais leur plus gros succès, intitulé 26 Miles (Santa catalina), co-écrit par Glen Larson, se classe à la seconde place des meilleurs ventes à la mi-mars 1958, juste derrière Elvis Presley.

Le groupe multiplie de fait les galas aux Etats-Unis et en Europe. Vie trépidante que celle-là, mais qui présente un inconvénient majeur : ces fameux moments de solitude dans des chambres d'hôtel impersonnelles, loin de la foule et des honneurs. Alors, Larson ne lâche plus ce petit bijou (pour l'époque) que représente son téléviseur portatif dont il dévore littéralement les programmes à la moindre occasion. Il se découvre très vite une passion pour les séries et notamment pour l'écriture de scripts.

glen-a-larson-portrait-3
Robert Wagner dans Opération Vol

Star des années 70

De retour aux Etats-Unis, il prend contact avec Quinn Martin, en 1966, pour la série "Twelve O'clock High" (1964-1967), et surtout pour "Le Fugitif" (l’épisode intitulé "In a Palin of Paper Wrapper" réalisé par Richard Donner). Glen Larson se fait véritablement connaître, en 1968, en écrivant un épisode de "Opération Vol" ("It Takes a Thief" avec Robert Wagner). Son script plaît tellement qu'il est engagé comme responsable des scénarios, puis producteur associé. "Opération Vol", produit par Jack Arnold, Frank Price et Gordon Oliver, avec Robert Wagner, Malachi Throne et Fred Astaire, fut diffusé du 09 janvier 1968 au 14 septembre 1970 sur le réseau ABC.

Définitivement lancé dans une nouvelle carrière, il abandonne la musique et devient un des producteurs et concepteurs de séries parmi les plus réputés des années 1970. Ainsi, lorsque s'arrête "Opération Vol" en 1970, Glen Larson crée et met en place sa première série pour le compte du studio Universal, "Opération Danger" (dont le titre original est "Alias Smith and Jones"), une série western sur deux hors-la-loi qui se rangent malgré eux du bon côté. La production est assumée par des professionnels confirmés tels que Roy Huggins et Jo Swerling Jr.

Le pilote est diffusé sous forme d'un téléfilm en 1970 sur ABC. Les scores réalisés confirment le network dans sa décision de passer commande pour la série. Cette dernière, interprétée par Ben Murphy et Pete Duel, dure du 21 janvier 1971 au 13 janvier 1973, malgré le suicide de l'un des acteurs principaux, Peter Duel, le 31 décembre 1971. Il est alors remplacé par l'acteur qui dictait le texte d'introduction à la série : Roger Davis.

glen-a-larson-portrait-4
Ben Murphy en charmante compagnie dans Opération Danger
glen-a-larson-portrait-5
Pete Duel dans Opération Danger

Deux ans plus tard, Larson commence à manifester son intérêt pour la science-fiction en écrivant l'une des trois parties du pilote de "L’Homme qui Valait Trois Milliards" (diffusé en octobre 1973) intitulé "Wine, Women and War". La série débute véritablement le 20 octobre 1973 avec Kenneth Johnson (que l'on retrouvera plus tard à la tête de "L'Incroyable Hulk", "V" et "Alien Nation") en tant que producteur exécutif.

Dès 1974, Glen Larson met en place "Get Christie Love", la première série dans laquelle l'héroïne est une femme policière noire. Il est le producteur exécutif de ce show qui est programmé du 11 septembre 1974 au 18 juillet 1975 sur ABC, avec Theresa Graves en vedette (et dont on ne verra que le pilote en France).

En 1975 : Glen Larson est producteur exécutif de "Switch" (avec Robert Wagner et Eddie Albert, diffusion sur CBS du 09 septembre 1975 au 03 septembre 1978). C'est à cette occasion qu'il monte sa propre société de production, Glen A. Larson Productions.

glen-a-larson-portrait-6
Robert Wagner et Eddie Albert dans la série Switch

En 1976, il travaille sur "Quincy" (avec Jack Klugman, diffusion du 03 octobre 1976 au 05 septembre 1983 sur NBC), série policière dont le héros est un médecin légiste. En 1977, Larson conçoit "The Hardy Boys Mystery" (interprété par Parker Stevenson, diffusion du 30 janvier 1977 au 26 août 1979 sur ABC) qu'il officie. Mentionnons enfin, pour être complet, "Le Signe de Justice" ("Swords of Justice", avec Dack Rambo et Bert Rosario, diffusion du 07 octobre au 31 décembre 1978 sur NBC).

Toutefois, à la fin des années 70, l'essentiel de son activité se porte sur un projet au premier abord d'ambition pharaonique : "Galactica". Projet démentiel s'il en est marqué par une folle démesure. Au début conçu pour être un téléfilm de prestige en 3 parties avant de devenir une série hebdomadaire. Certes, il y aura bien un conflit juridique avec la 20th Century Fox au prétexte d'un possible plagiat de l'univers de "Star Wars". Pourtant, la célèbre compagnie sera finalement déboutée par le justice américaine en 1980. Reste alors une série d'une envergure inégalée à l'époque, qui aura profondément marqué la pop-culture au point de renaître de ses cendres bien des années plus tard sous l'impulsion de Ronald D. Moore.

glen-a-larson-portrait-10
Dirk Benedict, Lorne Greene et Richard Hatch

L'apogée des années 80

En 1980, pour remplacer "Hawaii Police d'Etat", CBS cherche un projet tout aussi fort, dont l’action se déroule également à Hawaii. Larson présente un premier projet, refusé par le network et par l'acteur principal (déjà Tom Selleck). Il s'adjoint alors les services de l'un de ses anciens collaborateurs sur "Galactica" et sur "Quincy", Donald Bellisario. Ce dernier a déjà écrit un scénario sur les aventures d'un détective privé qui vit dans une belle propriété de Bel Air (Californie) et qui roule dans la Ferrari du propriétaire des lieux. Il n'y a plus qu'à retranscrire l'idée à Hawaii.

"Magnum" est l'un des héros de télévision qui a le plus marqué les années 80. Cette série de qualité dure 166 épisodes, programmés au cours de huit saisons entre 1980 et 1988. Toutefois, si Larson est attaché au projet, les honneurs reviennent pour beaucoup à Donald Bellisario puisque ce dernier sera le véritable maître d'oeuvre de la série jusqu'à sa fin, en 1988.

En 1981, Larson engage Lee Majors, qu'il connaît depuis "L’Homme qui Valait Trois Milliards", pour "L'Homme Qui Tombe à Pic" (The Fall Guy), ou l'histoire d'un cascadeur chasseur de primes à ses heures perdues. La série se prolonge du 04 novembre 1981 jusqu'en 02 mai 1986 sur le réseau ABC.

En 1982 : Glen A. Larson produit "K 2000" ("Knight Rider") avec David Hassellhof. La série présente une sorte chevalier des temps modernes et sa voiture qui pense et agit par elle-même. Aux Etats-Unis, elle a été diffusée du 26 septembre 1982 au 08 août 1986 sur NBC. En 1983, Glen A. Larson essuie deux échecs successifs avec "Manimal" ('homme qui se transforme en panthère, serpent ou faucon) et "Automan".

En 1984, "Espion Modèle" débarque sur CBS. L'histoire nous narre les aventures d'un agent secret, dont la couverture est mannequin, et de la directrice et photographe de l'agence qui l'emploie. A signaler que John-Erik Hexum, le premier acteur principal, décède en novembre 1984 en jouant avec une arme qu'il croyait chargé à blanc. Il fut remplacé par Anthony Hamilton (connu pour son rôle dans "Mission Impossible : 20 Ans Après").

En 1988, Glen Larson est de nouveau producteur exécutif. Il s'agit cette fois de "Police 2000", l'histoire de deux agents qui travaillent pour le gouvernement américain et qui sillonnent les Etats-Unis à bord d'un camion plein de gadgets (une série qui fut diffusée dans "La Une est à Vous" version années 80/90). La cabine dudit camion se transforme en hélicoptère. Un concept peu innovant et qui confirme une certaine usure. On remarque ainsi que le producteur exécutif Larson n'arrive plus à imposer aucun projet durable, puisque la série est rapidement annulée après seulement 10 épisodes.

glen-a-larson-portrait-11
Earl Holliman, Maria Maples et Connie Selleca dans la série Enquêtes à Palm Spring

Un déclin progressif et inéluctable

Glen A. Larson débute la décennie avec "Enquêtes à Palm Spring" (1991-92). L'histoire raconte l'union d'un ancien marshall, d'une ancienne femme escroc et d'un policier qui s'associent pour former une entreprise de sécurité. Mais la série n'eut pas de succès et seuls 13 épisodes furent tourner. "Waïkiki Ouest" est à l'antenne entre 1994 et 1996. Le duo formé par un médecin légiste et un flic de la Brigade Criminelle est plutôt efficace, mais s'essouffle assez vite.

Vient ensuite "Nightman" (1997-1999), une série inédite en France adaptée d'un comics du type Marvel. Elle raconte comment l'esprit d'un jazzman capte, à la suite d'un accident, la "fréquence du mal". Il peut donc entendre ce que pensent les personnes les moins bien intentionnées. Le jazzman rencontre alors Raleigh, un scientifique noir, qui lui propose de se servir de l'armure qu'il a inventé. Additionnée à ses nouveaux pouvoirs, elle lui permettra de lutter contre le crime. Par la suite, Glen A. Larson produira deux téléfilms ("Darwin Conspiracy" et "Millenium Man").

Incontestablement supplanté par la vague des David E. Kelley, Steven Bochco, Barry Levinson et autre Tom Fontana qui dominèrent la télévision américaine des années 90 et 2000, Glen A. Larson n'aura pas su se renouveler sauf à sortir d'un oubli devenu quasiment définitif au moment de l'annonce de la production de la nouvelle version de "Galactica". Cette dernière aura connu quatre saisons consécutives entre 2005 et 2009 plus un spin-off : "Caprica". Toutefois, reconnaissons que c'est plutôt le nom de Ronald D. Moore est qui le plus cité quand on évoque l'importance de ces deux séries.

Glen A. Larson est décédé le 14 Novembre 2014 à Santa Monica en Californie.

glen-a-larson-portrait-12
Séries télévisées

1971-1973 : Opération danger (50 épisodes)
1975-1978 : Switch (71 épisodes)
1976-1983 : Quincy (148 épisodes)
1977-1979 : The Hardy Boys/Nancy Drew Mysteries (46 épisodes)
1978-1979 : Galactica (24 épisodes)
1978-1981 : B.J. and the Bear (48 épisodes)
1978-1979 : Le Signe de Justice (10 épisodes)
1979-1980 : Buck Rogers (24 épisodes)
1979-1981 : The Misadventures of Sheriff Lobo (37 épisodes)
1980 : Galactica 1980 (10 épisodes)
1980-1988 : Magnum (162 épisodes)
1981-1986 : L'Homme qui tombe à pic (112 épisodes)
1982-1986 : K 2000 (90 épisodes)
1983-1984 : Automan (13 épisodes)
1983 : Trauma Center (13 épisodes)
1983 : Manimal (8 épisodes)
1983-1984 : Masquerade (13 épisodes)
1984-1985 : Espion modèle (22 épisodes)
1985 : Half Nelson (8 épisodes)
1987-1988 : Police 2000 (10 épisodes)
1991-1992 : Enquêtes à Palm Springs (13 épisodes)
1994-1996 : Waikiki Ouest (20 épisodes)
1997-1999 : Night Man (44 épisodes)
2007-2009 : Battlestar Galactica (73 épisodes)
2008-2009 : Le Retour de K 2000 (18 épisodes)
2009-2010 : Caprica (18 épisodes)

ça peut vous interesser

Bernard L. Kowalski : Biographie

Rédaction

Le Magazine des Séries en fête !

Rédaction

Magnum avec Tom Selleck : Saison 8 en Bluray

Rédaction