VOD

Braquage Final : Good Robber

Par François Bour


De nos jours, il est rare de voir un acteur d’une série régulière passer du petit écran au grand écran. Ils ont été nombreux et nombreuses à tenter le transfert. Sans pour autant réussir à se détacher d’un rôle qui leur colle à la peau sur petit écran. Dans "Braquage final", Freddie Highmore met les scalpels de côté pour enfiler la tenue de braqueur de banque. Ce qui ne l’empêche pas de rester dans le même registre qui fait aujourd’hui son succès sur petit écran.

Retrouver Freddie Highmore dans un film a tout d’un retour aux sources. Lui qui s’était fait connaître, il y a déjà pas mal de temps, aux côtés des Minimoys. Pour autant l’acteur a bien évolué. Et c’est le petit écran qui a tout changé dans sa carrière. Après son rôle principal dans la série "Bates Motel" c’est aujourd’hui dans la série "Good Doctor" que le spectateur le retrouve régulièrement. Dès lors, braquage final apparaît comme une parenthèse cinématographique en lien avec son rôle récurrent.

Tout est possible pour un génie

Ce n’est en effet pas un hasard si le film du réalisateur espagnol Jaume Balagueró met en scène un jeune étudiant ingénieur qui s’avère être un petit génie. Le personnage joué par Freddie Highmore a bien quelques similitudes avec un jeune médecin. Autre similitude, la présence en coproduction de ce film de la chaîne de télé TF1. Deux éléments qui indiquent une affiliation voulue avec la série-phare "Good Doctor". Même si ça s’arrête là.

Il n’est, en effet, pas ici question d’un environnement similaire à la série télévisée. Braquage Final est un long-métrage qui se rapproche plus d’"Ocean's Eleven" que d’une quelconque référence médicale. D’ailleurs, la célèbre saga de braquage est une référence citée dans le film. Pas question pour les protagonistes d’être à la hauteur de la bande à George Clooney. Il s'agit plutôt d'identifier et résoudre un problème : récupérer quelque chose enfermer dans un coffre qui est réputé être impossible à forcer.

vod-braquage-final1
Freddie Highmore

Pour accomplir cette mission, le scénario ne prend pas les chemins de l’originalité. Il est d’abord question de constituer ou présenter l’équipe puis d’échafauder le plan avant d’exécuter ce dernier non sans quelques rebondissements de dernière minute. C’est donc ainsi que se décompose un récit classique qui a le mérite, néanmoins, d’être porté par des acteurs convaincants

Un casting de visages connus et reconnus

Sans surprise, Freddie Highmore porte le film avec un rôle, pour ne pas dire une personnalité, qui lui colle à la peau. L’acteur britannique ne surprend pas, mais offre une prestation honorable à l’instar du reste du casting. On n’y retrouve une ancienne sirène des Caraïbes, Astrid Bergès-Frisbey, bien plus convaincante dans "Braquage final" qu’aux côtés de Johnny Depp. Il faut aussi souligner la présence de deux acteurs habitués des seconds rôles que sont Sam Riley et surtout Liam Cunningham. Ce dernier s’est notamment fait remarquer un très large public dans une petite série de HBO : "Games of Thrones".

Si le casting ne manque pas d’assurance et de références pour le spectateur, la réalisation est-elle un peu plus en retrait. Plus de six ans après un timide "[REC] 4", Jaume Balagueró change de registre et propose une mise en scène propre, mais sans étincelles. À l’image de quelques faux raccords ou raccourcis faciles, il assure l’essentiel en s’appuyant sur les éléments traditionnels d’un récit de braquage.

"Braquage final" n’est pas un film qui a la qualité de ses illustres aînés. Ce n’est pas un long-métrage proposé au cinéma ni même sur une plate-forme en vogue. Pour autant, le film porté par Freddie Highmore n’est pas dénué d’intérêt puisqu’il n’affiche pas l’ambition d’être un grand film. Pour un film destiné à la VOD, il s’avère être, en réalité, plutôt sympathique à regarder. Une preuve de plus qu’il est tout à fait possible pour des acteurs ou actrices de séries d’exister dans des projets de long-métrage.

ça peut vous interesser

Le Discours : Où est le bouton stop ?

Rédaction

Un homme en colère : Sans popcorn c’est rageant

Rédaction

Nobody : N’est pas John Wick qui veut

Rédaction